Prix de blay (b)

Autres informations / 30.08.2010

Prix de blay (b)

DEAUVILLE, LUNDI

CAMÉLIA ROSE TOURNE

AUTOUR DE LA LIGNE DES "MARETTES"

Bonne gagnante de son

maiden à Clairefontaine grâce à une double accélération, Camélia rose

(Oratorio) affrontait dans le Prix de Blay (B) trois pouliches placées dans le

Prix des Marettes (F), ainsi que la troisième du Prix du Lisieux (F). Partie

avec la grande confiance des parieurs (9/10 au PMU), Camélia Rose a littéralement

tourné autour de ses rivales après 

avoir  un  peu 

manqué  sa  mise en jambes. Visiblement sous le charme,

Jean-Claude Rouget, entraîneur de Camélia Rose, racontait : « Dans le tournant

final, on sentait qu’elle était au-dessus du lot. Je ne sais pas pourquoi en

revanche elle ne part pas très bien [Camélia Rose s’était cabrée en débutant à

La Teste dans sa stalle de départ,

ndlr]. Finalement, elle gagne facilement, comme French Navy chez les poulains.

Elle progresse de course en course et nous allons sûrement la recourir une fois

à 2ans, avant de préparer l’année de 3ans. » L’impression de facilité laissée

par Camélia   Rose ainsi que

l’excellente qualité du lot qu’elle affrontait nous autorise à lui décerner une

JdG rising Star. À l’évidence,

Camélia Rose est une pouliche de Groupe, de plus capable de tenir un peu plus

de 1.600m. On notera qu’elle est engagée dans le Prix Marcel Boussac (Gr1),

disputé le 3 octobre à Longchamp.

GYPSY

HIGHWAY EN PROGRÈS

Quatrième du Prix des Marettes, Gypsy Highway (High Chaparral) a

longtemps mené l’épreuve à un rythme régulier.

Dans la phase finale, elle n’a rien lâché et prend une méritoire

deuxième place, annonciatrice d’un prochain

succès. « Elle a progressé depuis ses débuts,

mais elle est tout

simplement très bonne, nous a déclaré David Smaga, son entraîneur. Je n’ai pas pour habitude de sauter les échelons,

mais je n’avais pas d’autre choix que de courir cette "B". En effet,

il aurait fallu sinon attendre le 25 septembre pour trouver un maiden, il

faudrait d’ailleurs que l’on m’explique

ce programme… Nous allons faire en sorte de lui faire gagner sa course avant,

ensuite, d’attaquer les niveaux supérieurs. » Très

bien née – sa mère, rose Gypsy,

a gagné la Poule d’Essai (Gr1) sous l’entraînement

d’Aidan O’Brien – Gypsy Highway a montré des progrès par rapport à ses débuts.

En effet, elle devance Nosail (Anabaa

Blue), deuxième le 10 août en ayant bénéficié de la décharge de son apprenti.

MADLY IN LOVE À REVOIR SUR PLUS COURT

Troisième du Prix de Lisieux (F), madly in

Love (Slickly) se retrouvait rallongée de quatre cents mètres. Encore sur

la    meme ligne que Camelia Rose à deux

cents mètres du poteau, la pensionnaire de Jean-Louis Gay a ensuite demandé à

souffler. Elle se classe sixième, à une tête de la cinquième, Visinada (Sinndar) – sixième du Prix

des Marettes – et son entourage nous disait après la course : « On pense que

1.600m, c’est trop long pour elle. On venait sur cette épreuve pour se donner une

meilleure idée de notre pouliche et nous ne sommes pas déçus. Elle court très

bien et est seulement battue par la distance. Nous allons maintenant essayer de

lui trouver une course sur plus court et on espère bien atteindre le niveau

Listed avec elle. »

CHRISTOPHE

SOUMILLON : « CAMÉLIA ROSE VAUT UNE COURSE DE GROUPE »

Lorsqu’il

avait mené Camélia Rose à la victoire à Clairefontaine,   Christophe  

Soumillon   avait  déclaré : « J’ai hâte de la revoir à un

niveau supérieur ! » Il a vu et il a de nouveau vaincu avec cette pouliche qui

lui plait bien, comme il nous l’a expliqué : « C’est une pouliche que j’aime

beaucoup. Elle n’a cessé de progresser depuis son dernier succès et sa victoire

d’aujourd’hui à de quoi nous laisser rêver un peu. Je pense que Camélia Rose

vaut une course de Groupe. Pour le niveau Gr1, il faudra déjà la voir dans un

Groupe intermédiaire, mais elle possède le niveau Groupe, c’est sûr. J’ai

préféré venir à l’extérieur des autres aujourd’hui, car la pouliche était bien

décontractée et je sentais dans le tournant que j’avais la mesure des autres.

J’ai préféré venir ici, plutôt qu’en dedans, où j’aurais pu prendre des coups

pour rien. »

AUX  ORIGINES 

D’ALA ROMARA

Élevée

dans les Pyrénées-Atlantiques par Javier Aznar Rivero, Camélia Rose a été

achetée 47.000€ par Horse France. Elle est née d'Oratorio – le père du bon

Beethoven notamment –, dont les premiers produits ont 3ans. Sa mère, Solaz (Galileo), était entraînée par

Carlos Laffon-Parias et n’a pas réussi à s’imposer, mais a participé à

l’arrivée de trois de ses cinq sorties. Pour retrouver du caractère gras dans

la généalogie de Camélia Rose, il faut remonter à la troisième mère, Ela romara (Ela Mana Mou), qui a

montré beaucoup de précocité et de classe, remportant les Lowther Stakes (Gr2)

à 2ans, avant de prendre la troisième place des Cheveley Park Stakes (Gr1) de ravinella. À 3ans, Ela Romara a

ensuite gagné les Nassau Stakes (Gr1) en 1988, une épreuve qui est ensuite

devenue Gr1 en 1999. Ela Romara est à l’origine de trois chevaux black type,

dont Earlene, une lauréate du Prix d’Harcourt (Gr2).

LES POULICHES PLUS

RAPIDES QUE LES MÂLES

En

s’imposant en 1’46’’80, Camélia Rose a mis 1’’30 de moins que French Navy pour

boucler les 1.600m. Ce qui est intéressant, c’est que Camélia Rose a tracé son

parcours à l’extérieur dans la ligne droite et le tournant ; elle a donc

parcouru plus de distance que les mâles, restés entre le centre de la piste et

son intérieur. C’est dommage qu’on ne puisse avoir le temps partiel de Camélia

Rose entre 400m et 200m, moment où elle est passée de la sixième place à la

première. Également, il faut noter que French Navy s’est imposé en mettant

trois secondes de plus qu’en débutant, sur cette même distance de 1.600m.