Prix des poiriers (f)

Autres informations / 09.08.2010

Prix des poiriers (f)

RESULTATS

CLAIREFONTAINE, LUNDI

CAMÉLIA ROSE IMPRESSIONNE

«

J’ai hâte de la voir au niveau supérieur ! » Tels ont été les mots de

Christophe Soumillon en descendant de Camélia

rose (Oratorio) à son retour aux balances, après avoir remporté haut la

main le Prix des Poiriers (F). La 2ans de Jean-Claude Rouget, propriété de

Béatrice Hermelin, a séduit tout son monde. Lors de ses débuts à La Teste-de-Buch,

rien ne s’était passé comme prévu. « Elle s’est cabrée dans sa stalle de départ

lors de ses débuts et a perdu beaucoup de terrain, nous a confié Jean-Claude

Rouget. Son jockey s’est montré patient, mais tout était déjà joué. Je

m’attendais à ce qu’elle coure bien aujourd’hui et qu’elle nous montre ce

qu’elle faisait le matin. C’est chose faite et je pense qu’elle a de l’avenir.

» En position d’attente dans le dos des animatrices, Camélia Rose s’est

rapprochée librement dans le dos des animatrices puis a progressivement

accéléré pour venir à hauteur de la favorite, réalisatrice (Numerous), avant de la déposer au prix d’une remarquable

deuxième accélération. Des écarts ont été créés en un minimum de distance

puisqu’à trois cents mètres du but, elles étaient encore nombreuses sur la même

ligne. À six longueurs de la lauréate, c’est Urban kiss (Take Risks) qui a pris la troisième place, sans

pouvoir suivre le mouvement des deux premières. Lors de ses débuts à Compiègne,

cette dernière avait été seulement battue par Militante (Johannesburg), une bonne pouliche d’Yves de Nicolay qui

a ensuite pris la troisième place du Prix Six Perfections (L) à Deauville. Ceci

confère donc une bonne ligne aux pouliches qui l’ont devancée ce lundi à

Clairefontaine, ou du moins, de bons espoirs.

AUX 

ORIGINES  D’ELA ROMARA

Élevée

dans les Pyrénées-Atlantiques par Javier Aznar Rivero, Camélia Rose a été

achetée 47.000€ par Horse France. Elle est née d'Oratorio, le père du bon Beethoven

notamment, dont les premiers produits ont 3ans. Sa mère, Solaz (Galileo), était entraînée par

Carlos Laffon-Parias et n’a pas réussi à s’imposer, mais a participé à l’arrivée

de trois de ses cinq sorties. Pour retrouver du caractère gras dans la

généalogie de Camélia Rose, il faut remonter à la troisième mère, ela romara (Ela Mana Mou), qui a

montré beaucoup de précocité et de classe, remportant les Lowther Stakes (Gr2)

à 2ans, avant de prendre la troisième place des Cheveley Park Stakes (Gr1) de ravinella. À 3ans, Ela Romara a

ensuite gagné les Nassau Stakes (Gr1) en 1988, une épreuve qui est ensuite

devenue Gr1 en 1999. Ela Romara est à l’origine de trois chevaux black type,

dont earlene, une lauréate du

Prix d’Harcourt (Gr2).



 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.