Longchamp, dimanche – prix de condé (gr3)

Autres informations / 18.10.2010

Longchamp, dimanche – prix de condé (gr3)

UN POULAIN CLASSIQUE SE

DESSINE EN PRAIRIE STAR

La Jdg rising

Star prairie Star (Peintre Célèbre) était attendue dans le Prix de Condé

(Gr3) et le pensionnaire d’Élie Lellouche n’a pas déçu. Sur la longue distance

de 1.800m, il a constamment maîtrisé son sujet et confirmé qu’il avait bien l’étoffe

d’un poulain classique. Venu facilement à hauteur de l’animateur, Kreem (Hurricane Run), au Pavillon, il

a pris la mesure de son rival sans un seul coup de cravache et il a filé ainsi

au poteau. Ce dimanche, il a appris à attendre et a donc eu une bonne leçon

puisqu’il avait été contraint d’aller devant lors de ses trois premières

sorties. Comme nombre de produits de peintre

célèbre (Nureyev), il devrait s’améliorer en vieillissant, ce qui est de bon augure pour l’année prochaine. Mais,

dans l’immédiat, le poulain de l’Écurie Wildenstein pourrait être revu encore

une fois, comme nous l’a confié son mentor : « On va voir mais il pourrait

courir le Critérium de Saint-Cloud (Gr1, 13/11) puisque c’est la voie royale.

Il gagne vraiment très bien aujourd’hui.» Jockey du lauréat, Anthony Crastus

était séduit par son partenaire   : « Il

a fait d’énormes progrès puisqu’il n’était pas capable d’accélérer de la sorte

lors de ses précédentes sorties. Il est maniable, sérieux et appliqué et s’est

imposé aisément. » Par le passé, Élie Lellouche a déjà réussi le doublé

"Prix de Condé-Critérium de Saint-Cloud", avec pistolet bleu 

(Top  Ville) en 1990, avant

que celui-ci ne   s’affirme comme l’un

des meilleurs 3ans en 1991.

BUBBLE CHIC INVERSE LA TENDANCE

 bubble chic (Chichicastenango)

venait d’être battu par Kreem dans le Prix Nino (B) à Saint-Cloud. Ces deux

poulains étaient supplémentés  pour  participer au Prix de Condé. Mais cette fois,

Bubble Chic a terminé devant le protégé d’André Fabre en arrachant le premier accessit

en poulain très courageux. Fils de l’entraîneur, Alessandro Botti nous a confié

: « Il court très bien mais, comme à chacune de ses sorties, il tombe sur un

très bon cheval. Je l’avais supplémenté car je lui voyais une bonne chance.

J’ai préféré cette option à un Gr1 en Italie. Il faut en discuter avec son

propriétaire mais je n’ai pas envie de le courir à nouveau. C’est le meilleur

de l’écurie et il mérite que l’on soit patient avec lui. Il fera un très bon

3ans et ne sera pas dérangé par l’allongement de la distance. » Quant à Kreem,

il s’est très bien défendu puisque après avoir paru dominé, il a remis une

accélération pour lutter avec les deux premiers. Le poulain du prince Muteb bin

Abdullah manquait simplement de métier.

DE LA TENUE DANS LE SANG

Élevé par Dayton Investments, Prairie Star est né du

croisement de peintre célèbre (Nureyev)

et prairie runner (Arazi), deux

chevaux qui ont évolué principalement sur la distance de 2.400m. Comme beaucoup

de sujets issus de cet élevage, la précocité n’est pas la “marque de fabrique

de la maison” et pourtant, Prairie Star en dispose. Toutefois, si Peintre

Célèbre est surtout connu pour sa carrière à 3ans, il s’est imposé à 2ans dans

un important maiden au mois d’août à Deauville, et Arazi (Blushing Groom), le père de Prairie Runner, était un

champion à 2ans. Peut-être même le meilleur 2ans entraîné en France de toute

l’histoire des courses. Sa mère, Prairie Runner, a remporté les Prix de la

Patte d’Oie (B) et Minerve (Gr3), avant de prendre la quatrième place du Prix

de Pomone (Gr2). Prairie Star est le frère utérin de prairie Flower (Zieten), qui a débuté victorieusement à l’automne

de ses 2ans, avant de prendre la deuxième place du Prix Michel Houyvet (L) à

Deauville et quelques bons accessits au niveau Groupe dans des épreuves pour

stayers. Il est aussi le frère de popova

(Kahyasi), qui s’est exprimée en obstacle chez François Belmont, pour

qui elle s’est placée deuxième du Prix André Michel (Gr3) sur les balais.