Prix scaramouche (l)

Autres informations / 07.10.2010

Prix scaramouche (l)

RESULTATS

SAINT-CLOUD, JEUDI

DIAMOND BOY A PRIS LA BONNE OPTION

Alors que les cinq premières courses de la réunion se sont déroulées

côté corde, Thierry Thulliez a choisi de venir en pleine piste avec Diamond Boy (Mansonnien), dans un

terrain encore vierge. C’était la bonne option et Diamond Boy s’est imposé

facilement après avoir repoussé les timides assauts de Roatan (Daylami). « C’est la quatrième fois que je gagne avec lui,

c’est un cheval très généreux, a expliqué son jockey. Il avait déjà eu quelques

combats et son entourage lui a donné un bon break cet été. La course a été très

rythmée et j’ai préféré partir de loin, sans être dur avec le cheval. Je

gardais un peu de jus pour assurer mes arrières. Roatan est venu à ma hanche,

mais il est bien reparti sous cette attaque et l’a repoussé facilement. » Sous

l’impulsion d’Île de Ré (Linamix),

la course est allée très vite. Les huit participants du Prix Scaramouche (L)

ont constamment évolué en file indienne dans un peloton très étiré. Amico Mio (Best of the Bests) a

toujours  été  vu 

dans le sillage de l’animateur et a continué de le suivre côté corde

dans la phase finale. Île de Ré est bien reparti mais c’est au centre de la

piste que les événements se sont déroulées. Diamond Boy, qui s’était bien

rapproché dans le dernier virage, a immédiatement quitté les animateurs pour

partir seul en pleine piste. Ses poursuivants l’ont instantanément imité :

Roatan a fini à une bonne deuxième place devant Île de Ré qui a fini

courageusement dans le terrain haché de la corde.

LA BONNE RENTRÉE DE ROATAN

Roatan n’avait pas été vu en piste depuis son échec dans le Prix Maurice

de Nieuil (Gr2). Ce jour-là, Roatan n’avait été que l’ombre de lui-même et

avait pratiquement fini arrêté dans la ligne droite. « Il n’a pas couru depuis

le 14 juillet, où il avait fini dernier décollé, nous a confié Pascal Bary. Il

s’était forcément passé quelque chose, alors on lui a laissé le temps de se

reposer. C’était une rentrée aujourd’hui et je suis très content du résultat.

Toutefois, 2.800m c’est probablement un peu long pour lui, mais il est battu

par un bon cheval. Il devrait être revu sur 2.400m. »

DES QUINTÉ PLUS AUX LISTEDS

Diamond Boy suit la voie ouverte par Gentoo (Loup Solitaire), le lauréat du Qatar Prix du Cadran (Gr1)

qui évoluait auparavant dans des courses à handicap. Diamond Boy avait remporté

deux épreuves support de Quinté Plus de suite cette année et avait enchaîné en

gagnant une "B" à Saint-Cloud sur 3.100m. Contraint de tenter sa

chance au niveau supérieur, il s’était heurté à meilleur sur les pistes de Lyon

et Deauville. Toutefois, la différence entre les bonnes épreuves de Quinté sur

longue distance et les courses de Listed et Groupe n’est pas si importante que

ça. Après Gentoo, c’est au tour de Diamond Boy de prouver que la marche n’est

pas si élevée. Ce qu’avait déjà fait Kasbah Bliss (Kahyasi) à son époque.

UNE BONNE FAMILLE D’OBSTACLE

Élevé au Haras de la Croix Sonnet, Diamond Boy est un fils de Mansonnien et Gold or Silver (Glint of Gold), une jument qui a participé à

l’arrivée de quatorze de ses seize sorties en plat. Il est le frère de

plusieurs bons chevaux d’obstacle, dont Or

ou Argent (Mansonnien) vainqueur d’un Gr1 à Rome, de Golden Silver (Mansonnien), lauréat de

trois Grs1 outre-Manche. Blue Stone (Esprit

du Nord), la deuxième mère, a été élevé par Jacques Wertheimer, une famille

dont on retient Sea Ring (Bering),

la mère de Torrestrella (Orpen),

lauréate de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1).

 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.