Qatar prix daniel wildenstein (gr2)

Autres informations / 03.10.2010

Qatar prix daniel wildenstein (gr2)

SAMEDI A LONGCHAMP

L’ÉTOILE  ROYAL BENCH 

CONTINUE DE BRILLER

La JDG Rising Star

Royal bench (Whipper) a survolé le Qatar Prix Daniel Wildenstein (Gr2) en

s’imposant de trois longueurs. Attentiste sur une troisième ligne, il s’est

envolé vers la victoire lorsque Olivier Peslier a ouvert les mains.

Sportivement, Ioritz Mendizabal, son jockey habituel, qui était retenu pour

monter Elusive Wave (Elusive City), est venu féliciter le clan

"Collet" à l’issue de l’épreuve. « Royal Bench méritait une belle

victoire cette année et il l’a eue, nous a dit son entraîneur. J’avais demandé

à son jockey de le monter sagement et je tenais à ce que ça se passe bien. On

venait tout juste de perdre le "Royallieu" à cause d’un mauvais

parcours, il ne fallait pas que ça recommence. Royal Bench est un cheval immature

et on a voulu aller trop vite avec lui. L’année prochaine, il devrait être

proche de son meilleur niveau. » Très à l’aise dans les terrains pénibles,

Royal Bench était comme un poisson dans l’eau dans le terrain très souple de

Longchamp. La manière avec laquelle il s’est imposé rappelle celle du Prix

Machado (B), où il avait fait une énorme impression, laissant ses adversaires

dans le lointain. C’est d’ailleurs à l’issue de cette course qu’il avait obtenu

sa JDG Rising Star, comme quoi, une étoile ne s’éteint jamais et peut briller à

tout moment. Sous l’impulsion du concurrent japonais Corconte (Sagacity), qui a

mené à bonne allure, le peloton s’est rapidement étiré. La JDG Rising Star

Lochinver (Kingmambo) a d’ailleurs eu du mal à suivre et s’est même trouvée à

plus de cinq longueurs du peloton dans la  

descente. Dans la fausse ligne droite, le peloton a été repris et Mickaël Barzalona,

qui montait le représentant de l’écurie Godolphin Emerald Commander (Pivotal),

a tenté de partir dès l’entrée de la dernière ligne droite. Il n’a ensuite été

repris que par Royal Bench et Lochinver.

UN JUMELÉ DE JDG

RISING STARS

Trois JDG Rising

Stars ont pris le départ de ce Gr2, Royal Bench, Lochinver et Sweet Hearth

(Touch Gold), une jument qui est sur la pente descendante depuis son retour à

la compétition. Les deux premiers nommés ont fini aux deux premières places, ce

qui était encore loin d’être fait dans la descente de Longchamp. Le rythme

imprimé par Corconte a laissé Lochinver à plusieurs longueurs du peloton, ce

qui n’a pas affolé  Maxime Guyon, le

jockey de Lochinver. Ce dernier est un cheval qui dispose d’une très bonne

pointe de vitesse et qui a besoin de courir à son rythme. Ses rares échecs ont

été dus à des erreurs d’appréciation de la part de ses pilotes. Dans le Prix

Machado, déjà remporté par Royal Bench, il avait fini lointain quatrième, mais

était sorti de beaucoup trop loin. Lochinver n’a pas la ligne droite de

Longchamp dans les jambes et doit être caché le plus longtemps possible.

Ajoutons que Sweet Hearth a pris la cinquième place de cette épreuve, ex-æquo

avec Elusive Wave.

100% KILFRUSH STUD

FARM

Elevé par son

propriétaire dans son haras irlandais de Kilfrush, Royal Bench est un pur

produit de cet élevage. Son père, Whipper (Miesque’s Son), réalise de très bons

débuts en tant qu’étalon. Pour sa première production en 2009, il a donné

plusieurs gagnants dont Dolled Up, lauréate du Prix du Bois (Gr3) et quatrième

du Prix Morny (Gr1). Robert Collet, qui a entraîné Whipper, nous a confié qu’il

ne « peut que se réjouir de la réussite de cet étalon, d’autant que tous ses

produits galopent. » Mère de Royal Bench, Hit the Sky (Cozzene) n’a pas couru.

Son premier produit, Rain of melody (Night Shift), a enlevé deux courses.

Deuxième mère de Royal Bench, Cerulean Sky (Darshaan) est aussi un produit de

Kilfrush Stud Farm. Sous les mêmes couleurs que son petit-fils, elle a enlevé

le prix Saint-Alary (Gr1) et s’est classé troisième du Prix Vermeille (Gr1). Au

haras, elle a donné Honolulu (Montjeu), vainqueur de Gr2 sur 3.600m et

troisième du St Leger (Gr1) alors qu’il en était le favori.