Un samedi à surprises qui peut se poursuivre dimanche

Autres informations / 03.10.2010

Un samedi à surprises qui peut se poursuivre dimanche

Celtic Celeb

(Peintre Célèbre) 22/1, maria Royal (Montjeu) 31/1, Elusive Wave (Elusive City)

totalement battue dans le "Daniel Wildenstein" (Gr2), aucun

"Fabre" dans le trio du "Chaudenay" (Gr2) – une épreuve que

l’en- traîneur a remportée onze fois ! Ce week-end a commencé avec beaucoup de

surprises, dans les Groupes et aussi dans les catégories plus modestes. Un

signe n’a pas trompé. Quand Cirrus des Aigles (Even Top) – favori à 26/10 – est

revenu dans le rond après avoir passé le poteau en tête dans le Qatar Prix

Dollar (Gr2), il a été applaudi par tous les turfistes. Les autres gagnants de

Groupe ne l’ont pas été. La tendance de samedi se

poursuivra-t-elle dimanche ? Ce n’est pas impossible, notamment dans le plus

beau rendez-vous de dimanche. Cette année, l’“Arc” apparaît comme très ouvert.

Pour preuve, de toutes les personnes que nous avons rencontrées samedi à

Longchamp, aucun n’appuie un cheval plus qu’un autre. Bien sûr, les Planteur

(Danehill Dancer), behkabad (Cape Cross) et Fame and Glory (Montjeu), voire

youmzain (Sinndar), sont les plus appuyés, mais personne ne fait d’eux "un

coup sûr" pour dimanche. Cette année, il n’y a pas de cheval infaillible

ou au-dessus des autres, la défection des favoris ante-post au fil des

semaines, Harbinger (Dansili) et Sariska (Pivotal) notamment, amenant à ce cas

de figure. Et si dimanche continuait dans la même veine que samedi, avec une

grosse surprise à l’arrivée de l’“Arc”, voire même à la pre- mière place ? Cela

s’est déjà produit, cela se reproduira, et beaucoup de conditions sont réunies

pour que cela arrive cette année.

QUELQUES “ARC” GAGNÉS PAR DES OUTSIDERS

Nous avons relevé quelques

“Arcs” gagnés par des chevaux qui étaient loin d’être favoris. Nous en avons

choisi quatre, que nous détaillons en expliquant dans quel contexte s’est

disputée la course. Il y en a d’autres, bien sûr, comme celui d’Urban Sea

(Miswaki), gagnante à 37/1, mais son cas a souvent été évoqué notamment à

l'occasion de la victoire de son fils, Sea the Stars (Cape Cross) l’an dernier.

  1989, CARROLL HOUSE, 19/1 Cette année 1989

avait vu deux grands champions de 3ans ayant évité de s’affronter, mais

desquels on attendait un match dans l’“Arc”, afin de savoir qui était le

meilleur. Mais Old Vic, vainqueur avec un écart record du "Jockey Club"

puis de l’Irish Derby (Grs1), avait connu des ennuis au dos, puis été atteint

par la toux. Henry Cecil, son entraîneur, ne le jugeant pas assez prêt pour

l’“Arc”, avait préféré décliner la lutte. L’autre champion était Nashwan,

vainqueur   des 2.000 Guinées, du Derby

d’Epsom et des King George (Grs1). Mais il avait ensuite terminé seulement

troisième du Prix Niel et son entourage, le jugeant à juste titre fatigué,

évita le combat de trop dans l’“Arc”. Dans cette édition de l’“Arc”, le favori

était In the Wings, qui disputait là seulement sa quatrième course mais autour

duquel de très bons bruits circulaient. Mais il ne termina que seizième,

laissant la gloire au 4ans Carroll House. Bien qu’ayant penché et gêné behera,

Carroll House était bien le meilleur ce jour-là et sa victoire récompensait

finalement sa régularité, car il n’avait jamais fini plus loin que cinquième et

avait tout de même gagné deux Grs1 jusque là, dont les Irish Champion Stakes

(Gr1) avant l’“Arc”. Et au papier, cette dernière ligne lui donnait finalement

une toute première chance.Le profil le plus proche de Carroll House cette année

: le 4ans Cavalryman, qui reste un cheval assez régulier  dans 

les  Grs1  sur 2.400m, a déjà gagné un  Gr1 et pris des "lignes" face aux

meilleurs qui sont absents cette année.

 1987, TREMPOLINO, 20/1 Les ingrédients étaient

réunis pour qu’un favori s’impose dans l’“Arc” 1987. Mais Reference Point,

véritable terreur en Angleterre, n’a pu terminer que huitième, éprouvé

certainement par tous ses combats de l’été et du printemps, et Natroun n’a

jamais pu répéter sa performance        

victorieuse            du "Jockey

Club". La valeur sûre qu’était Triptych – troisième un an plus tôt de

Dancing Brave – et que deviendra Tony bin – gagnant l’année suivante – n’a

finalement rien pu faire face à         un

intouchable Trempolino. Trempolino venait de briser le signe indien dans le

Prix Niel (Gr2), refaisant beaucoup de terrain pour venir s’imposer malgré une

course sans train. Le profil le plus proche de Trempolino cette année :

Planteur, bien que faisant partie des favoris, est le cheval qui se rapproche

le plus de Trempolino. Il a toujours été battu dans les Grs1, mais on sait

qu’il a les moyens pour accrocher une épreuve de ce niveau.

1981, GOLD RIVER,

51/1 Shergar absent – car battu dans le St Leger de Doncaster (Gr1) auparavant

–, l’“Arc” n’avait réuni que des seconds couteaux britanniques. Les meilleurs

Français étaient bien là, à commencer par bikala, gagnant du "Jockey

Club" (Gr1). Mais malgré une course héroïque, dans laquelle il a démarré à

six cents mètres du but, il n’a pu endiguer le rush final de Gold River, venue

enlever la palme à 51/1. Gagnante du Prix du Cadran (Gr1) quelque mois plus tôt

– il se disputait à cette époque durant l’été – Gold River étaient délaissée en

partie parce que Freddy Head, premier jockey des "Wertheimer", avait

demandé à pouvoir monter Detroit, la tenante du titre. L’autre raison étant

aussi que Gold River avait toujours été battue par des chevaux qu’elle

rencontrait dans l’“Arc” lors de ses incursions sur 2.400m.

Le profil le plus

proche de Gold River cette année : aucun cheval n’a cette année un profil qui

se rapproche de celui de Gold River – devenue d’ailleurs une aïeule de

Goldikova. En 2004, Westerner, deuxième de l’“Arc” de bago, est le cheval qui

lui ressemble le plus.

1967, Topyo, 82/1

Cette année-là, les Français semblaient avoir peu de chance face à des Anglais

bien représentés, en  quantité (30

partants) et en qualité. Gagnant à 2ans du Prix La Flèche (L), Topyo était en

fait un faux-précoce, qui a véritablement éclaté à l’été de ses 3ans. À

Deauville, il battu nettement des placés du "Jockey Club". Mais

voilà, très malheureux ensuite dans le Grand Prix de Chantilly, il avait été

oublié au départ de l’“Arc” par les turfistes. Le profil le plus proche de

Topyo cette année : midas Touch a gagné sur 1.400m à 2ans. Cette année, il a

toujours été battu face aux meilleurs, mais a tout de même remporté un trial

important pour le Derby au mois de mai. Considéré – peut-être à tort – comme le

leader des O’Brien, une éclosion de sa part n’est finalement pas si impossible.