Workforce domine un “arc” stock-car

Autres informations / 04.10.2010

Workforce domine un “arc” stock-car

La victoire de

l’Anglais Workforce (King’s

Best) dans l’“Arc” s’est jouée en trois temps : Ryan Moore l’a d’abord laissé

dormir à la corde, dans le paquet, là où tant de gagnants d’“Arc” ont rongé

leur frein ; puis il a violemment transpercé le peloton, en

"épongeant" sans pitié lope

de Vega (Shamardal) ; et enfin, il a résisté au retour d’un phénoménal nakayama festa (Stay Gold), qui échoue

finalement à une tête du gagnant. Même si cette très grosse tête ressemble à

une courte encolure, c’est tout de même pour le Japon un écart plus faible que

celui constaté entre Montjeu et El Condor Pasa en 1999 (1/2 longueur).

Workforce et Nakayama Festa ont fini la course détachés des autres chevaux :

deux longueurs et demie devant sarafina

(Refuse to Bend), quatre devant behkabad

(Cape Cross) et cinq devant fame

and Glory (Montjeu). Même si la victoire est anglaise, on notera que le

père de Workforce – King’s Best – fait la monte en France, au Haras du Logis.

C’était d’ailleurs notre seule chance de médaille côté étalons avec Youmzain, fils de Sinndar (Haras de

Bonneval). Il faut remonter à Sagamix, fils de Linamix, pour retrouver un

gagnant d’“Arc” issu d’un sire actif sur notre sol…

ARRIVÉE MAINTENUE, MALGRÉ BIEN DES INCIDENTS

À l’issue de la

course, les commissaires ont annoncé une enquête. À chaud, deux chevaux

pouvaient être concernés : duncan (Dalakhani),

qui a balancé Lope de Vega et Cape Blanco à l’entrée de la ligne droite ; et

Workforce, qui a coupé la route de Lope de Vega à la distance, ce qui a

également handicapé Fame and Glory. Mais les commissaires n’ont pas tenu compte

du brutal changement de ligne de Workforce – pourtant du genre de ceux qui

valent des distancements dans la doctrine française… Et ils ont disqualifié Planteur (Danehill Dancer) – lequel

avait de toute façon fini à la septième place – accusé de s’être déporté vers

l’extérieur, gênant du même coup Liang Kay. Mais surtout : quelle course de

stock-car ! D’ailleurs, les chevaux qui ont fini aux deux premières places sont

quasi ment les deux seuls qui n’ont pas connu

d’avaries. La plupart des autres chevaux qui avaient une chance ont été

pénalisés par les différents remous : Sarafina a été arrêtée net par Midas

Touch qui reculait après avoir fait son travail de leader ; Behkabad a été

emmuré vivant dans la ligne droite ; Fame and Glory a été bousculé par Planteur

; Cape Blanco a été déséquilibré par Duncan ; et surtout, Lope de Vega a été

une première fois très gêné par Duncan et une seconde fois par Workforce. Sans

cela, aussi bien les chevaux de Coolmore que les chevaux français auraient fini

plus près – à l’exception peut-être de Sarafina dont Gérald Mossé disait que

cette gêne lui avait permis de prendre un bol d’air avant de "refaire le

champ de course" à l’extérieur, produisant la plus forte impression de

l’épreuve.

LES RÉACTIONS DES PRINCIPAUX PROTAGONISTES

WORKFORCE (1ER) SIR MICHAEL STOUTE : « C’est la course qui manquait à mon

palmarès et je suis très content de la gagner avec ce cheval qui a fait une

grande performance dans le Derby d’Epsom. J’ai préféré attendre pour déclarer

le cheval partant car on a attendu que tous les feux soient au vert ! » ryan

moore : « Après le Derby d’Epsom, c’est bien évidemment la course que je

voulais gagner, en particulier avec Workforce. C’est vraiment le cheval qui

mérite cette victoire. Dans la fausse ligne droite, on s’est tous un peu

bousculé. Ensuite, il a bien accéléré car il avait la force et les réserves

pour cela. Sir Michael Stoute est un grand entraîneur, tout le monde le sait.

Il a été très patient avec son cheval et il en était vraiment très satisfait la

dernière semaine. »

NAKAYAMA FESTA (2E)

SHINICHI IZUMI (PROPRIÉTAIRE DE NAKAYAMA 

FESTA) :

« C'est un honneur

d'être ici, le cheval s'est donné jusqu'au bout, nous sommes ravis de son

comportement. Sur une distance plus longue, il aurait probablement gagné. C'est

un grand champion et nous sommes très heureux d'être deuxième de la plus grande

course du monde, ici à Paris. » tony clout (entraîneur chez qui est

hébergé  Nakayama Festa) : « C’est à la

fois super et terrible d’être deuxième, battu par un aussi faible écart. Cela

me rappelle El Condor Pasa (2e en 1999 et en station chez Tony Clout). Nakayama

Festa avait fait beaucoup de progrès lors des trois dernières semaines.

PUBLIC ET ENJEUX EN

BAISSE

43.000 personnes ont

assisté à l’“Arc”. C’est 5.700 de moins que l’an dernier. Le PMH s’en est

ressenti, en baisse de 6% – alors que l’on aurait pu penser le contraire avec

la présence de deux Japonais au départ. Mais, d’une part, nos amis nippons

étaient moins nombreux que lors des tentatives de Deep Impact ou d’El Condor

Pasa ; et, d’autre part, ils n’ont pas fortement joué leurs chevaux, comme le

montraient leurs cotes respectives de 27/1 et 28/1.

SARAFINA (3E) ET

BEHKABAD (4E) SON ALTESSE AGA KHAN (PROPRIÉTAIRE DE BEHKABAD ET SARAFINA) : «

Sarafina a été malheureuse au début de la ligne droite et elle a dû venir à

l'extérieur . Behkabad, lui, n'a pas eu le passage. Mais tous deux ont réalisé

une course extra. »

Sarafina a deux

options : ou bien elle recourt une fois en 2010 et entre au haras en 2011 ; ou

bien elle part se reposer dès maintenant pour revenir à l’entraînement à 4ans.

Cette  deuxième  option 

tenait  la  corde 

dimanche  soir. Behkabad est dans

le même cas de figure : ou bien il tente sa chance dans le Hong Kong Vase avant

d’entrer  au  haras 

;   ou   bien l’ “Arc” a été sa dernière course de

l’année et on le reverra à 4ans. Encore une fois,  c’est 

l’hypothèse d’une carrière à 4ans qui est pour l’instant envisagée.

GÉRALD MOSSÉ : « La bousculade ne

m’a pas vraiment gêné, cela m’a permis de faire souffler Sarafina. Elle fournit

une belle accélération sur son deuxième souffle et je suis très content de sa

troisième place.”

BEHKABAD (4E) JEAN-CLAUDE ROUGET : « Si Behkabad

n'avait pas été enfermé, il aurait certainement obtenu la troisième place.

Quand vous êtes derrière un mur à quatre cents mètres du poteau, c'est très

difficile de repartir. Il l'a fait, mais dans une course comme celle-ci, c'est

très compliqué de revenir à ce moment-là du parcours. Il faut avoir beaucoup de

chance en course, surtout quand il y a tant de partants et des chevaux qui

n'ont rien à faire dans l'“Arc”. » christophe

lemaire : « J’étais bien jusqu’à la fausse ligne droite. Il y a eu

ensuite beaucoup de coups et il fallait se créer un passage. On a été un peu

ralenti et, sans ces incidents, on aurait été sûr troisième. »

MARINOUS (6E) DAVY BONILLA : « Le

cheval court vraiment super bien. Avec un bon numéro, on aurait pu prendre la

cinquième place. Je suis moins malheureux que certains. »

PLANTEUR (7E, PUIS

DISQUALIFIÉ) ANTHONY CRASTUS : «

J’ai eu un excellent parcours, bien derrière mon leader. Mon cheval a pu bien

respirer. Cependant, je pense qu’il est "limite" au niveau de la

tenue. Nous ne pouvons pas prendre comme excuse le terrain. »

LOPE DE VEGA (N.PL.) MAXIME GUYON : « Mon cheval était très

calme durant tout le parcours. Il a été bousculé par le gagnant à l’entrée de

la ligne droite et c’était très difficile de repartir après ça... Je ne suis

pas insatisfait. Les commissaires décideront. »

FAME AND GLORY (5E)

AIDAN O'BRIEN : « Le cheval a fait une bonne course, il venait bien mais a subi

un mouvement qui l'a beaucoup perturbé. C'est dommage mais malheureusement ça

fait aussi partie des courses. »

1ER “ARC” POUR SIR MICHAEL STOUTE ET RYAN MOORE

L’ “Arc” est une des

rares grandes courses internationales qui manquaient au palmarès de Sir Michael

Stoute – qui n'avait pas encore eu l’honneur de seller un gagnant d’“Arc”, un

certain Pilsudski ayant terminé

à deux reprises deuxième. Le grand professionnel britannique, qui a gagné les

plus grandes courses au monde et possède un palmarès exceptionnel, a comblé

cette lacune illogique. Avec ce vainqueur de Derby d’Epsom – de sept longueurs

–, il a réalisé un véritable travail d’orfèvre dans la mesure où son

pensionnaire avait radicalement échoué dans les "King George" et

n’avait pas été revu depuis cet échec. Quant à Ryan Moore, venant tout juste de

fêter ses 27 ans, il a brisé un long écart pour les jockeys anglais qui

n’avaient pas gagné l’Arc depuis 1987 et Pat Eddery. Ryan Moore a donc brisé un

écart très important pour les cavaliers formés à l’école anglaise. Dans les

années 1980, le prince Khalid Abdullah avait gagné deux “Arcs” consécutifs,

avec rainbow Quest et dancing brave. Quatre ans après le

succès d’un autre 3ans, rail link (en

2007), le propriétaire saoudien a remporté son quatrième “Arc”.