Auteuil, dimanche -prix léon olry-roederer (gr2)

Autres informations / 22.11.2010

Auteuil, dimanche -prix léon olry-roederer (gr2)

SANS QUESTARABAD, CORALHASI EST LA VEDETTE

« Le crack n’étant pas là, c’est le

"réclamer" qui a gagné », a expliqué avec humour Jean-Paul Gallorini

après la victoire de son protégé Coralhasi

(Kahyasi) dans le Prix Léon Olry- Roederer (Gr2). Le crack dont

parlait   l’entraîneur mansonnien, c’est

bien sûr la JdG Jumping Star Questarabad (Astarabad) vainqueur du

Grand Prix d’Automne (Gr1) pour la deuxième fois il y a quinze jours, devant

Coralhasi qui a été le seul à faire galoper le pensionnaire de Marcel Rolland.

Dimanche, c’était Coralhasi la vedette, et le cheval de Josef Odermatt a signé

son deuxième succès de Groupe, après sa victoire dans le Prix de Compiègne

(Gr3) 2008. Et incontestablement le plus beau. Sur un terrain profond qu’il

affectionne particulièrement, Coralhasi a aussi montré l’étendue de son courage

en     repoussant avec application

l’attaque de la JdG Jumping  Star rhialco  (Dom   Alco).

« C’est un succès mérité que l’on a obtenu avec

beaucoup de travail, a ajouté Jean-Paul Gallorini. Il s’est amélioré avec le

temps, et je suis ravi. Il est régulier et donne toujours le meilleur de

lui-même. C’est un "Kahyasi", et il a apprécié l’état de la piste. À

part le champion [Questarabad, ndlr], tous les chevaux se valent. C’est un tas

de petites choses qui font la différence. Par exemple, le deuxième [Rhialco]

avait une surcharge de deux kilos et, peut-être que sans cela, il aurait pu

gagner. J’ai eu un peu peur aujourd’hui, car Coralhasi est venu tôt mais

Sylvain Dehez [son jockey] m’a dit qu’il n’avait pas voulu le contrarier.

»   Un peu repris au premier passage en

face, Coralhasi a attendu derrière les animateurs durant le parcours, sautant

sans encombre toutes les difficultés du long parcours de 4.300m. Bien calé

contre le rail, il a contrôlé la bonne fin de course de Rhialco. « Il a eu un

bon parcours derrière les leaders, a expliqué Sylvain Dehez. Il le fait bien et

a pu aller au bout. C’est un bon petit cheval qui fait ce qu’on lui demande.

Son entraîneur réalise un excellent travail avec lui. » Sylvain Dehez remporte

pour la première fois ce Gr2. Longtemps au service de Yannick Fouin, il monte

désormais régulièrement pour Jean-Paul Gallorini.

L’ITINÉRAIRE ATYPIQUE DE

CORALHASI

Coralhasi a connu cinq entraînements différents, ceux

de François-Marie

Cottin, Ronald Caget, Christophe Aubert, Philippe

Lefebvre et Jean-Paul Gallorini. Après avoir débuté chez le premier en étant

arrêté sur les haies d’Auteuil, il a pris du métier en plat, gagnant un gros

handicap sur 3.000m pour Ronald Caget. Chez Christophe Aubert, il a continué à

courir en plat. C’est à l’entraînement dans l’Est, chez Philippe Lefebvre,

qu’il s’est révélé sur les obstacles, gagnant trois courses et se plaçant à

plusieurs reprises. Passé chez son actuel entraîneur, il a franchi les

dernières marches vers les sommets, remportant le Prix de Compiègne 2008 et

prenant deux places dans les Grand Prix d’Automne 2008 et 2009. Capable de bien

faire en terrain souple, il vole sur les pistes alourdies et fait partie de

l’élite d’Auteuil.

LE CINQUIÈME "LÉON OLRY-ROEDERER"

DE JEAN-PAUL GALLORINI

 Avec Coralhasi, Jean-Paul

Gallorini a enlevé pour la cinquième fois le Prix Léon Olry-Roederer après les

succès de video Tape (1984), Pierrion (1989), Katiki (2002) et Gold magic (2005). Ce qui est amusant,

c’est qu’il avait reçu Katiki et Gold Magic en cours de carrière, comme

Coralhasi.

RHIALCO TOUT PROCHE DU

SUCCÈS

Pierre Coveliers a dû croire à la victoire avec son

cheval Rhialco, mais il n’a pu imiter Apple’s

Girl, gagnante de ce Gr2 pour la casaque jaune et verte en 1997. Après

avoir attendu, il s’est rapproché librement au centre de la piste et paraissait

devoir gagner entre les deux dernières haies. Il a d’ailleurs sérieusement

menacé Coralhasi sur le

plat. Mais il n’a pu prendre le meilleur sur le

pensionnaire de Jean-Paul Gallorini. « À l’avenir, il fera partie des meilleurs,

nous a expliqué son jockey Christophe Pieux. Sur 4.300m, il n’était pas assez

décontracté mais, quand il le sera, ce sera parfait. » Rappelons que Rhialco

portait deux kilos de surcharge, ce qui a pu jouer dans la balance au regard du

faible écart à l’arrivée. Également, il faut souligner que ce protégé

d’Emmanuel Clayeux a encore du mal à gérer ses efforts dans un parcours, c’est

pourquoi il court en haies pour le moment. Troisième, Palmier (Brier Creek) a fait parler sa tenue pour venir accrocher

la troisième place devant Tyko (Robin

des Champs) qui n’a pas eu un parcours à son entière convenance.

LE NEVEU DE CARLING

Coralhasi est le neveu de la championne Carling      (Garde

Royale), lauréate des Prix de Diane (Gr1) et Vermeille (Gr1), mais aussi

deuxième de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1). Il est aussi le neveu de Garling (Garde Royale) et laurielle (Irkoust), vainqueurs de

deux épreuves. Mère de Coralhasi, Coral bird (Deep Roots) a été co-élevée par

Corine Barande- Barbe. Elle est restée inédite. Outre Coralhasi, elle a donné

un autre gagnant, Coraly royale (Garde Royale).