Emirates airline breeders’ cup turf (gr1)

Autres informations / 06.11.2010

Emirates airline breeders’ cup turf (gr1)

CHURCHILL DOWNS (US),

SAMEDI, 23H00

SIR MICHAEL STOUTE EN GRANDE

DISCUSSION AVEC LE SUPERVISEUR DE L’HIPPODROME

Vendredi matin, après le travail de Workforce, qui en

a fait moins que jeudi, Sir Michael Stoute a longtemps discuté avec Mick

Peterson, superviseur de l’hippodrome de Churchill Downs. Ils ont parlé de la

pluie et du beau temps et Mick Peterson a dit à l’entraîneur britannique qu’il

y avait 40% de chance qu’il pleuve entre vendredi et samedi et qu’il n’allait

pas arroser.

« Nous sommes vraiment préoccupés par le terrain et la

météo, a indiqué Sir Michael Stoute. Pour un grand cheval comme Workforce,

l’état du terrain a son importance. Avec le vent, l’humidité s’évapore très

vite. Nous allons prendre notre décision vendredi et, dans le pire des cas,

nous en parlerons avec Ryan Moore après les courses d’aujourd’hui [vendredi

soir]. » Beaucoup moins maniable que Behkabad, Workforce peut être désorienté

par les trois tournants du Breeders’ Cup Turf.

JOHN GOSDEN EN EMBUSCADE

Auparavant basé aux États-Unis, John Gosden connaît

bien le site de Churchill Downs et il traversait les écuries ven- dredi matin

avec un visage confiant. Il présente ici Debussy (Diesis), lauréat cette année de l’Arlington Million

(Gr1). « Le cheval fait très bien le gazon, a expliqué John Gosden. Il avait

belle action ce matin et son cavalier était très content. Le cheval fait très

bien la corde à gauche et les champs de course très tournants. C’est aussi

grâce à cela qu’il a gagné l’Arlington Million ». Un peu surcoté, Debussy

mérite d’être attendu "au tournant" samedi.

WINCHESTER, POUR TIRER DANS

LE MILLE

Ancien pensionnaire de Dermot Weld – qui avait couru

avec lui l’Irish Derby (Gr1), Winchester

(Theatrical) se plait bien lui aussi sur les champs de course

américains. À 3ans, le jour de la victoire de Spirit One (Anabaa Blue) dans l’Arlington Million (Gr1), il avait

gagné d’une classe les Secretariat Stakes (Gr1). Désormais, Winchester est

entraîné par Christophe Clément qui a déclaré vendredi matin : « Le cheval est

en bonne forme et s’entraîne vraiment bien. Quand on regarde l’opposition,

c’est une course difficile. Mais c’est le Breeders’ Cup, alors on espère. »

Christophe Clément a eu pour l’instant dix-neuf partants lors du Breeders’ Cup

et il attend toujours sa première victoire.

« DÉSOLÉ, C’EST LE BREEDERS’

CUP DE ZENYATTA »

Star sur les pistes, Zenyatta (Street Cry) est aussi la star du marketing à Churchill

Downs. Ici, tout donne l’impression qu’elle est la seule athlète de ces deux

jours de courses. Les "Go Zenyatta" fleurissent ça et là sur le champ

de course et il est impossible de calculer combien de personnes on peut croiser

munies de la fameuse casquette "Zenyatta". Tout l’événement tourne

autour de cette jument invaincue après dix-neuf sorties qui revient défendre

son titre. En cas de victoire, elle qui est déjà l’unique jument gagnante du

Breeders’ Cup Classic, rejoindrait tiznow

(Cee’s Tizzy), le seul à avoir réussi le doublé dans cette course. Bref,

aux États-Unis, Zenyatta "est" le Breeders’ Cup.

BOX 41

Le matin, à l’entraînement, c’est toujours

l’effervescence autour du barn où séjourne Zenyatta, le 41. Beaucoup de fans et

de journalistes ainsi que des forces de l’ordre se pressent pour essayer de

voir la star. Vendredi matin, elle est sortie à 9h15 et a galopé sur un peu

plus de 3.000m sous la selle de Steve Wilard. « Elle a été excellente, a analysé

John Shirreffs, entraîneur de Zenyatta. Nous avons développé une bonne routine

depuis qu’elle est ici et nous aimons partager ce moment avec le public. Quand

elle sort, elle prend la pose pour que l’on puisse la prendre en photo. Mais,

une fois de retour en piste, elle connaît très bien son travail. »

UNE PREMIÈRE À CHURCHILL

DOWNS POUR ZENYATTA

 Zenyatta connaît quasiment

tous les hippodromes de la côte Ouest des États-Unis. En revanche, elle n’a

jamais couru à Churchill Downs.

QUI POUR BATTRE L’IDOLE ?

Zenyatta est la favorite la plus appuyée de tout le

week-end. Sa victoire est annoncée comme une évidence élé- mentaire. Toutefois,

certains membres de l’opposition méritent que l’on se penche sur leur

cas.Vendredi matin, un entraîneur s’est montré très confiant. Il s’agit de Bob

Baffert, qui présente le 3ans Lookin at

Lucky (Smart Strike), qui devra s’élancer de la stalle 11, la plus en

dehors. « Rien ne l’affecte. C’est le meilleur cheval que j’aie eu depuis bien

longtemps. Il peut tous les battre. C’est une course de chevaux ; rien n’est

écrit d’avance. Si jamais nous battons Zenyatta, je ne sais pas dans quel état

je vais être ! » Voilà qui est dit et Bob Baffert espère bien bander son arc

imaginaire (son geste fétiche) si Lookin at Lucky passe le poteau en tête. Quality Road (Elusive Quality) fait

également partie des chevaux suivis à Churchill Downs. Ce cheval n’a jamais

déçu dans sa carrière. Battu une seule fois cette année, il l’a été par blame (Arch), qu’il retrouvera sur son

chemin. Peu connu en Europe, Blame est, lui, un cheval exemplaire, déjà gagnant

de deux Groupes sur la piste de Churchill Downs. Il est entraîné par Albert

Stall Jr qui a beaucoup parlé de stratégie de course avec Jerry Bailey,

titulaire de quinze victoires dans le Breeders’ Cup.

Enfin, il faut évoquer Haynesfield (Speightstown), présenté par Cash Asmussen à défaut de

Rachel Alexandra (Medaglia

d’Oro). L’entraîneur gagnant de ce "Classic" avec Curlin (Smart Strike) se montre un peu

réservé et a déclaré vendredi matin : « Nous avons préparé notre cheval pour

qu’il coure bien. Nous aimons beaucoup cette épreuve que nous avons eu la

chance de remporter avec Curlin. L’opposition est relevée cette année et cela

ne s’an- nonce pas facile tout de même ».