Hausse des allocations : une victoire pour le syndicat des propriétaires

Autres informations / 24.11.2010

Hausse des allocations : une victoire pour le syndicat des propriétaires

AU COEUR DE

L’ACTU

Philippe

Bouchara, Président du Syndicat des propriétaires, revient sur le Conseil

d’administration de lundi. Et sur la suite à donner à ce premier pas dans les

semaines à venir.

JOUR DE GALOP. – LE CONSEIL D’ADMINISTRATION DE FRANCE GALOP, RÉUNI

LUNDI, S’EST ARRÊTÉ SUR UNE HAUSSE DES ALLOCATIONS DE 3%. POUVEZ-VOUS NOUS

DONNER PLUS DE DÉTAILS SUR LES COULISSES DE CETTE RÉUNION ? PHILIPPE BOUCHARA.

Quand la réunion du

Conseil d'administration de France Galop a débuté le lundi 22 novembre, la

proposition de France Galop était simple : l'enveloppe des allo- cations sera

augmentée de 2% en 2011. Sur cette base initiale, Édouard de Rothschild a fait

un tour de table des présents. Seuls, moi-même et Jean Biraben avons exigé 4%

de hausse.  Longuement,  je 

me  suis  employé à convaincre le Conseil, faisant

valoir les bons résultats du PMU et l'état très préoccupant de la filière

professionnelle qui est dans l'attente d'un signe fort de la société mère.

Quelles ont été les réactions ? À la suite de ce long débat, s'émancipant des recomman- dations de ses

services financiers, le président Rothschild s'est rapproché de l'exigence de

4% du Syndicat des propriétaires, en proposant une croissance de 5% de l'en-

veloppe des allocations, attribuant 3% à une augmentation immédiate, et les 2%

restants étant mis en réserve pour l'année 2012, afin d'être assuré de pouvoir

augmenter à nouveau les allocations pour cet exercice.

EST-CE UN BON RÉSULTAT ? POUR le Syndicat des propriétaires, c’est un compromis positif, un bon

résultat, mélange de ma détermination et de la compréhension dont a fait preuve

Édouard de Rothschild. Le fait d'augmenter de 5% l'enveloppe des allocations en

2011 correspond à l'ardent souhait des propriétaires et de tous les

professionnels qui sont sur le terrain. Cet effort si nécessaire a été

toutefois tempéré par la prudence ges- tionnaire qui a conduit Édouard de

Rothschild à placer 2% en réserve afin de se prémunir d'une éventuelle

conjoncture défavorable en 2012.

QUELLE EST LA PROCHAINE ÉTAPE ? Tâche fondamentale, il s'agira dans les prochaines semaines, via les

Conseils du Plat et de l'Obstacle, de réfléchir à la répartition de cette

augmentation substantielle. Je précise d'ores et déjà que cette croissance doit

déboucher sur des progressions, visibles par tous, des prix de courses. Il est

hors de question d'affecter cette manne à des mesures qui viseraient à

distribuer l'argent sous forme de primes, donc invisibles, pour les

professionnels, ou sous forme de nouvelles épreuves qui engloutiraient cette

augmentation.