Tanaïs du chenet devient la reine des 3ans

Autres informations / 08.11.2010

Tanaïs du chenet devient la reine des 3ans

Prix Cambacérès-Grande Course de Haies des 3 Ans (Gr1)

 La ??JdG Jumping Star

??Tanaïs du Chenet (Poliglote) a été impériale dans le Prix Cambacérès (Gr1).

Il n’y a pas eu de course pour la petite sœur de la championne ma royale qui

n’a pas été gênée par le terrain extrêmement profond. Elle a constamment

contrôlé, en ayant toujours beaucoup de réserves. Après avoir évolué à flanc de

peloton, en s’appliquant à chacun de ses sauts, elle s’est rapprochée au bout

de la ligne d’en face et soudain, on s’est cru revenu une journée en arrière,

quand la ??JdG Jumping Star ??Questarabad (Astarabad) est arrivée au même

endroit sur la ligne des chevaux de tête, dans le Grand Prix d’Automne (Gr1).

La suite a été la même et Tanaïs du Chenet a fait une véritable démonstration

dans la ligne droite puisqu’elle était déjà affichée à la réception de la dernière

haie. Pour finir, elle a un peu penché pour rejoindre la lice des tribunes,

mais rien de compromettant. Ce dimanche était l’après-midi des champions et,

avec la victoire de Tanaïs du Chenet dans la Grande Course de Haies d’Auteuil,

le ton était donné. « C'est vrai qu'il fallait oser se confronter aux mâles,

nous a avoué son mentor, Marcel Rolland. La logique aurait été de courir le

Prix Bournosienne (Gr3) samedi, mais elle était vraiment bien et nous avons

décidé de prendre le risque. Elle est bonne, mais le terrain lourd était ma

crainte. Cependant, elle s'en est très bien sortie ! Nous allons maintenant lui

laisser passer l'hiver et, l'année prochaine, nous pourrions

 peut-être courir en

steeple. » Le steeple, c’est justement la discipline dans laquelle sa grande

sœur Ma Royale s’est pleinement révélée en prenant une deuxième place dans le

Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) à l’âge de 5ans. Mais contrairement à Tanaïs

du Chenet, elle était moins précoce puisque son premier grand titre était sa

deuxième place dans le Prix Alain du Breil (Gr1). C’est pourquoi l’on peut

penser que le meilleur est à venir avec Tanaïs du Chenet.

 

régis Schmidlin : « C’était un régal de la monter ! » Régis

Schmidlin, pilote attitré des pensionnaires de Marcel Rolland, a vécu un

superbe week-end. Après son succès dans le Grand Prix d’Automne avec

Questarabad, il remporte un second Gr1 avec Tanaïs du Chenet. Il nous a livré

ses impressions après la course : « Le terrain ne l’a pas gênée. Elle a eu un

bon comportement sur cette piste puisqu’elle n’a pas tiré. C’était un régal de

la monter ! Nous avions été déçus qu’elle soit battue au mois de septembre. Il

faut féliciter son lad, Didier, qui a fait du super travail avec elle. »

Rencontré juste après la remise de prix, ledit Didier, lad de Tanaïs du Chenet,

nous a raconté : « C’est une pouliche qui est un peu anxieuse le matin.

Parfois, elle peut l’être un peu trop, c’est peut-être pour cela qu’elle avait

été battue. C’est génial de monter une pouliche comme elle. Elle était douée

dès le départ et a tout appris vite. »                                   

 

 « et si nikita du

berlais avait couru ? »

Beaucoup d’observateurs se posaient la question sitôt après

l’arrivée : « Et si Nikita du Berlais avait couru ? » On regrettera bien évidemment

l’absence de la protégée de Robert Collet qui a remporté le Prix Georges de

TalhouëtRoy (Gr2) en championne après avoir dominé nettement Tanaïs du Chenet

dans le Prix Georges Pelat. Sa présence aurait encore grandi le prestige de

l’épreuve, mais victime d’un souci de santé, elle a dû décliner la lutte.

Cependant, une course n’est jamais courue d’avance et il n’est pas dit que

Nikita du Berlais se serait imposée puisque le terrain était très profond et

qu’elle n’avait jamais couru sur un sol de ce type. D’ailleurs, après

l’arrivée, le lad de Tanaïs du Chenet aussi bien que Régis Schmidlin et Marcel

Rolland, ont déclaré : « C’est vraiment dommage que Nikita du Berlais n’ait pas

participé à la course, il y aurait eu un beau match. » D’un autre côté, le jockey

de la pouliche de Magalen Bryant a avoué : « Je ne vais pas vous mentir en vous

disant que l’absence de Nikita du Berlais ne nous a pas convaincus de courir. »

Si l’élève du Haras du Berlais avait couru le Prix Cambacérès, sans doute

Marcel Rolland aurait-il suivi son plan initial en optant pour le Prix

Bournosienne (Gr3) disputé la veille. Et la pensionnaire de Robert Collet

n’aurait pas eu d’adversaires à sa mesure dans le Gr1 pour 3ans. Mais, dans la

vie comme dans les courses, il faut savoir saisir les opportunités qui

s’offrent et avec ce succès, Tanaïs du Chenet est la reine des 3ans. Elle

remettra sa couronne en jeu au printemps prochain, à moins qu’elle ne se dirige

d’emblée vers le steeple en 2011.

 

le Prix magne, la bonne "ligne"

Couru le 16 octobre dernier, le Prix Magne, Listed pour les

pouliches, avait déjà couronné Tanaïs du Chenet qui répète donc avec cette

victoire dans ce Gr1. À cette occasion, elle devançait Salsa melody (Kingsalsa)

qui s’est elle distinguée dans le Prix Bournosienne (Gr3).

 

Tanaïs du Chenet, la cinquième pouliche lauréate du

"Cambacérès" depuis 1980

Peu de pouliches ont réussi à enlever la Grande Course de

Haies des 3 Ans depuis 1980. Elles sont cinq au total. Généralement, ce sont de

futurs championnes qui le réussissent quand on lit le palmarès. bournosienne,

Tikiti dancer, future mère de Katiki – gagnant lui aussi du Prix Cambacérès –

mais aussi Kotkita et bien sûr maïa eria ont remporté ce Gr1 avant Tanaïs du

Chenet. À cette dernière de suivre les traces de ces glorieux aînées.

 

la "perf" d’indian daudaie

Estimé puisqu’il avait débuté dans le Prix Finot (L), indian

daudaie (Nicobar) y était tombé. Il se présentait dans le

"Cambacérès" avec une simple victoire dans un prix de

série. Mais il a prouvé que son entraîneur, Yannick Fouin,

avait eu raison de le courir dans ce Gr1 en prenant une prometteuse deuxième

place. D’autant plus que les meilleurs mâles de 3ans du printemps ont sombré,

prouvant que les femelles nées en 2007 étaient au-dessus cette année. « C'est

un cheval qui a une grosse aptitude au terrain lourd, nous a indiqué Yannick

Fouin. On a tenté le coup, le cheval était tellement bien et la forme est

importante dans ces courses. C'était un pari audacieux et on a été récompensé.

»          

 

indian Tiger courageux jusqu’au bout

Vite installé en tête, Twinlight (Muhtathir) a fait illusion

pour la victoire puisqu’il a toujours galopé avec des ressources. Vainqueur du

Prix Stanley (L) au premier semestre, il est l’un des rares poulains de 3ans à

confirmer sa classe entre le printemps et l’automne. « C’était prévu avec

Christophe [Pieux, ndlr] d’aller devant, d’autant qu’il a tendance à ne pas

faire grand-chose, nous a raconté son entraîneur, Guy Cherel. Je lui ai dit de

ne pas s’occuper de tout cela et de mener. Mon autre pensionnaire, indian Tiger

[5e] court lui aussi très bien. Ils n’avaient pas fait leurs valeurs dans le

Prix Georges de Talhouët-Roy. »

 

Tchela, la poule aux œufs d’or

 Élevée par MarieLaure

Besnouin, Tanaïs du Chenet est la fille d’une des meilleures poulinières

d’obstacle, Tchela (Le Nain Jaune), qui a couru vingt-huit fois sans gagner,

prenant cependant deux places de Groupe sur les gros obstacles. Tchela s’est

rattrapée au haras, puisqu’elle a donné seize produits dont : Ma Royale (Garde

Royale), deuxième du "Grand Steeple" au terme d’une remarquable fin

de course, mais aussi deuxième  du  Prix

Alain du Breil (Gr1) et gagnante du Prix Ingré (Gr3) ; Saint

du Chenet (Poliglote), vainqueur des Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), Fleuret

(Gr3) et Jean Stern (Gr2) ; Galant moss (Tip Moss), deuxième du Prix Renaud du

Vivier et troisième de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Grs1) ; Jocelin

(Épervier Bleu), deuxième du Grand SteepleChase de Deauville (L) ; et enfin

orthence (Épervier Bleu), deuxième du Prix Wild Monarch (L). Depuis Tanaïs du

Chenet, sa mère Tchela a eu deux produits : union du Chenet (Kahyasi), un 2ans,

et viva Tchela (Astarabad), un yearling.