Tokyo (jp), dimanche

Autres informations / 28.11.2010

Tokyo (jp), dimanche

SPECIAL JAPAN CUP

JAPAN CUP (GR1)

QUATRE FRANÇAIS À L’ASSAUT

DU JAPAN CUP

Cette année, pas moins de

quatre chevaux français tentent de remporter le Japan Cup (Gr1), la course

japonaise la plus prestigieuse, qui regroupe chaque fois des chevaux de grande

classe. C’est un défi de taille pour les tricolores, car la piste, son profil

et son état, l’environnement et le rythme des courses n’ont rien de comparable

avec ce qu’ils connaissent en France. De plus, le voyage est long, et il est

toujours difficile de gagner à l’étranger, surtout au Japon. Mais : marinous

(Numerous), gagnant du Grand Prix de Deauville (Gr2) et bon sixième du Prix de

l’Arc de Triomphe (Gr1) ; Cirrus des aigles (Even Top), gagnant du Prix Dollar

(Gr2) et deuxième du Prix du Conseil de Paris (Gr2) ; Timos (Sholokhov),

quatrième du Prix du Conseil de Paris et troisième du Prix Foy (Gr2) ainsi que

mores Wells (Sadler’s Wells), récent deuxième du Canadian International (Gr1) ;

ils relèvent tous le défi. Si l’on s’appuie sur ce qu’ils ont déjà réalisé,

Marinous et Cirrus des Aigles possèdent les meilleures chances françaises. Mais

Marinous ne sera pas avantagé par le terrain ferme. En tout cas, depuis leur

arrivée au Japon, tout s’est bien déroulé pour chacun d’entre eux. Samedi matin,

les quatre chevaux français sont sortis pour se dégourdir les jambes. Leurs

entraîneurs ont ensuite été interviewés par la JRA. Voici leurs déclarations à

la veille de la course : Freddy head, entraîneur de marinous : « Nous sommes

très contents de lui, il est en bonne condition. Bien qu’ayant été un peu gêné,

il a pris la sixième place de l’"Arc", et je pense que nous avons

donc l’une des meilleures chances parmi les chevaux étrangers. Maintenant, les

concurrents japonais sont difficiles à évaluer. Les 2.400m ne seront pas un

problème et, avec le 18 dans les stalles, nous devrions avoir des chances de

bien nous placer. »

CORINE

BARANDE-BARBE,ENTRAÎNEUR DE CIRRUS DES AIGLES : « Il ne pouvait pas être dans

une meilleure condition. »

THIERRY DOUMEN, ENTRAÎNEUR

DE TIMOS :

« Le cheval a mangé tout ce

que nous lui avons donné,  il a un très

bon moral et il paraissait très content de sortir de l’écurie pour aller

travailler. Il est en bonne forme, il est souple. Il a changé de jambes dans le

tournant, montrant qu’il était bien équilibré, en prenant un peu son mors. Il

est prêt physiquement, il n’a donc pas besoin de travailler trop fort, et je

suis très content de la manière dont il travaille. »

RICHARD GIBSON, ENTRAÎNEUR

DE MORES WELLS :

« Tous les feux sont au

vert, et nous sommes impatients de courir. Demain [dimanche, ndlr], nous ferons

simplement un petit canter pour lui dégourdir les jambes. » Depuis la création

du Japan Cup, un seul cheval entraîné en France l’a remporté : Le Glorieux, en

1987. En plus, ce pensionnaire de Robert Collet avait seulement 3ans et, dans

ce combat intergénérationnel, il est très difficile pour les plus jeunes de

s’imposer. La piste comporte des descentes et des montées, notamment dans la

ligne droite et, à cette période de l’année, surtout pour un européen, il est

très difficile de battre ses aînés dans ces conditions. Cette année, aucun des

chevaux français n’a 3ans, mais c’est le cas d’un européen, joshua Tree

(Montjeu), et de deux japonais, Victoire Pisa (7e de l’"Arc") et Rose

Kingdom.

LES EUROPÉENS DANS LE JAPAN

CUP

Entraîné par Aidan O’Brien,

Joshua Tree présente une bonne chance au départ. Il vient de remporter le

Canadian International, devant Mores Wells, et surtout son entourage s’est

montré tout particulièrement confiant tout au long de la semaine. Aidan O’Brien

n’a jamais remporté le Japan Cup, et ils ne sont d’ailleurs que huit chevaux

européens à avoir gagné cette épreuve en vingt-huit éditions.

CHRISTOPHE SOUMILLON POUR

UNE PREMIÈRE

Mais la grande favorite de

la course, celle que tout le monde craint, c’est buena Vista (Special Week),

l’impressionnante jument japonaise gagnante du Tenno  Sho (Gr2). Elle sera montée par Christophe

Soumillon, l’un des sept jockeys français au départ de ce Japan Cup. Pour elle

aussi, tout s’est bien déroulé et son entourage ne la voit vraiment pas battue.

Le pilote français n’a jamais remporté cette grande épreuve, mais il est en

mesure de succéder à Christophe Lemaire, vainqueur de l’épreuve l’an dernier

avec Vodka, à Olivier Peslier, gagnant en 2001 et 2004, et à Alain Lequeux,

vainqueur en 1987 avec Le Glorieux.

LES FEMELLES DANS LE JAPAN

CUP

Il est très difficile pour

les femelles de remporter le Japan Cup. Vodka est la dernière lauréate, et

c’était l’an dernier, mais elle a gagné de justesse, et il reste rare de voir

s’imposer le beau sexe. Face aux mâles, la compétition est rude, car il faut

vraiment un cheval dur pour gagner : la course 

est  souvent  très 

rythmée,  la  piste 

est rapide (alkaased y a établi le record du monde des 2.400m en 2005),

et la ligne droite est en montée. Buena Vista ferait une très belle gagnante,

et Christophe Lemaire, qui sera en selle sur Oken bruce lee (deuxième l’an

passé), a déclaré qu’il ne voyait que Snow Fairy (Inthikab) pour la battre.

Cette dernière a décliné la lutte…

NAKAYAMA FESTA, DEUXIÈME DE

L’"ARC"

Comme prévu, Nakayama Festa

(Stay Gold) disputera ce Japan Cup. Il est venu en France, à l’automne, pour

courir l’"Arc" et sa préparatoire. Dans la belle épreuve, il a été le

seul à pouvoir lutter avec le    

lauréat, Workforce (King’s Best), et a terminé bon deuxième. Sur cette

performance, et même si l’"Arc" a fait plus d’un malheureux, il

possède une belle chance. Mais il devra avoir parfaitement récupéré de son

voyage en France, car Nakayama Festa peut parfois être un peu nerveux – c’est

son défaut. Son entraîneur a pourtant dit qu’il était assez détendu, plus que

d’habitude, lors de ses exercices matinaux, et il s’est donc montré assez

confiant