Deuxieme edition des jdg awards cheval de l'annee en obstacle

Autres informations / 17.12.2010

Deuxieme edition des jdg awards cheval de l'annee en obstacle

??QuestarabaD ?

Cheval De l'année en obstaCle

 

À Auteuil, la ??JDG rising star ??Questarabad (Astarabad)

est chez lui et, à seulement 6ans, il a déjà tout gagné. Il aura fallu

l’exploit d’un homme pour le dominer, celui de Christophe Soumillon dans la

Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1). Mais Questarabad est bien le champion

d’Auteuil et il n’est pas étonnant que vous ayez été 48% à lui donner votre

soutien.

 

1ER : QUESTARABAD LE ROI D’AUTEUIL (48%)

propriétaire : mme roger polani, marcel rolland, philippe

Goutmann

éleveur : s.C.e.a. terres noires – entraîneur : marcel

rolland

D’une année sur l’autre, une ??JDG Jumping star ? succède à

une autre, comme un AQPS à un autre. En 2009, c’était l’étoile rendons Grâce

(Video Rock) qui avait été élue Cheval de l’année aux JDG Awards. Cette année,

c’est son aîné Questarabad qui a été sacré. Le phénomène de Marcel Rolland n’a

connu la défaite qu’à deux reprises, une fois alors qu’il subissait un virus et

la deuxième suite au coup de génie de Christophe Soumillon avec mandali

(Sinndar). Mais, en pleine possession de ses moyens, Questarabad est imbattable

sur les balais d’Auteuil. Très athlétique, mais très pur-sang à la fois, Questarabad

représente parfaitement l’AQPS moderne. De la bouche de son jockey, Régis

Schmidlin, sortent des louanges : « C’est un extraterrestre, tout simplement.

Je ne pense pas que j’en retrouverai un comme lui dans ma carrière. » Le

champion a remporté son deuxième Grand Prix d’Automne (Gr1) et il a une

nouvelle fois prouvé qu’il évoluait dans une autre dimension. « Il gagne encore

plus brillamment que l’année dernière, sans doute parce qu’il peut être monté

plus près désormais, nous a dit Marcel Rolland. Il n’a plus le champ de course

à refaire et cela simplifie la tâche. » Depuis ses débuts en obstacle à 4ans,

Questarabad se présentait toujours de façon brillante, son entourage a alors

effectué un long travail pour le détendre durant le parcours et, à 6ans désormais,

il a atteint le niveau d’exception.

Pendant quelques semaines, son entourage avait laissé planer

l’idée de l'envoyer en Angleterre. « Il a tout gagné à Auteuil et n’a plus

grand-chose à prouver, nous avait déclaré son entraîneur à ce moment-là. Sportivement,

c’est un beau défi de préparer Cheltenham, mais c’est reprendre le travail à

zéro. » La sagesse a finalement eu raison du challenge et Questarabad va rester

dans son temple d’Auteuil, en attendant un adversaire à sa hauteur.

 

 

2E : RUBI BALL MAÎTRE DES GROS OBSTACLES (25%)

propriétaire : mme patrick papot

éleveur : Jean-louis berger – entraîneur : Jacques ortet

Épargné tout au long de la première partie de saison, rubi

ball (Network), gagnant de Gr1 à 4ans, a fait son retour à la compétition à la

reprise automnale. Le champion de Jacques Ortet a immédiatement fait une grosse

impression pour sa rentrée sur les balais, avant d’être dominé par mid Dancer

(Midyan) et oculi (Denham Red) dans la préparatoire au Prix La Haye Jousselin

(Gr1). Mais Rubi Ball a fait plus que remettre les pendules à l’heure dans le

Gr1 et s’est littéralement baladé, faisant exploser le peloton dans la phase

finale. Cette victoire, par dix longueurs d’avance, le fait entrer directement

dans la sphère des grands sauteurs d’Auteuil. « Ce n'est pas dur avec des

chevaux comme lui, nous a déclaré Jacques Ortet, son entraîneur. David Cottin

est venu le travailler le matin et il a bien compris comment le cheval

fonctionnait. Il faut le laisser faire et ne pas le contrarier. C'est un cheval

qui possède un bon tempérament : il aime bien se battre et gagner. » Gagner,

Rubi Ball sait bien le faire et il n’a pas manqué l’occasion de le montrer à

nouveau fin novembre, en remportant très facilement le Prix Georges Courtois

(Gr2). Le prochain objectif de l’ogre Rubi Ball est le Grand Steeple-Chase de

Paris (Gr1), à moins qu’il ne fasse un galop public cet hiver

sur sa piste paloise, ce que n’a pas totalement exclu son

entourage.            >>

 

3e  : l’exploit De manDali

(7%) propriétaire : écurie zingaro, Jean-paul Gallorini éleveur : princesse

zara aga Khan

entraîneur : Jean-paul Gallorini

 

La troisième place de mandali (Sinndar) dans ce classement

est à mettre à l’apanage de Christophe Soumillon qui s’est joué de ses

adversaires dans la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1). En huit courses

cette saison, Mandali n’a triomphé qu’une seule fois et c’était dans un Gr1.

Mandali n’est pas le crack qu’est Questarabad mais il est tout de même un

champion. Il fallait un homme comme Christophe Soumillon pour réaliser un tel

exploit dans la Grande Course de Haies, mais il fallait aussi un bon cheval

pour le faire.

 

4E : POLAR ROCHELAIS S’OFFRE LE "GRAND STEEPLE"

(4%)

propriétaire : écurie des Dunes éleveur : solange esnouf

entraîneur : patrice Quinton Cette année d’obstacle a été cadencée         par       de        multiples exploits, mais celui de polar

rochelais  (Le  Balafré)  est sans doute l’un des plus forts.

Le champion de Patrice Quinton s’est imposé contre toute

attente dans le Grand SteepleChase de Paris (Gr1), au terme d’une course à

rebondissement. Dès le départ, le favori remember rose (Insatiable) a perdu

toute chances en éjectant son jockey, surpris par les élastiques. Peu après,

c’est le deuxième cheval le plus appuyé, louping d’ainay (Saint Preuil), qui a

chuté à la rivière  des  tribunes.  Polar

Rochelais n’avait plus qu’à être le meilleur des outsiders,

ce qu’il a fait avec brio. Comme pour Mandali, ce triomphe est son unique

succès de la saison. Depuis, il a fait une rentrée cet automne sur les balais

et a été déclaré non partant dans le Prix La Haye Jousselin (Gr1) en raison des

fortes

 

5E : LA RECOMPENSE DE BEL LA VIE (3%)

propriétaire : mme patrice papot

éleveur : mme benoît Gabeur entraîneur : Guillaume macaire

D’une régularité de métronome face à l’élite et depuis son plus jeune âge, bel

la vie (Lavirco) méritait un titre, ce qu’il a obtenu cet automne à l’occasion

du Prix Renaud du Vivier (Gr1). Auparavant, Bel la Vie avait joué de malchance

dans le Prix Cambacérès (Gr1), chutant au dernier obstacle d’une course qu’il aurait

probablement gagnée, et n’avait été battu que d’une    tête      par       salder  roque

(Muhtathir) dans le Prix Alain du Breil (Gr1). Récompensé, Bel la Vie va

maintenant devoir s’essayer face à ses aînés Questarabad et

consorts, à moins qu’il ne change de discipline pour s’orienter vers les gros

obstacles.

 

éGalement Cités (13%) :

Or Noir de Somoza, Salder Roque, Kauto Stone,

Remember Rose, Big Buck’s, Oculi, Louping d’Ainay, Sister

Palma, Tanaïs du Chenet, Saint du Chenet, Tchela (mère de Tanaïs du Chenet et

Saint du Chenet), Girgatel, Kapgarde, Mail de Bièvre.