Sha tin (hk), dimanche - cathay pacific hong kong cup (gr1)

Autres informations / 13.12.2010

Sha tin (hk), dimanche - cathay pacific hong kong cup (gr1)

LA REINE ANGLAISE SNOW FAIRY PARACHÈVE SON CHEF D’ŒUVRE

Le Hong Kong Cup

(Gr1) a été, de l’avis de tous les observateurs, une vraie course. Le rythme

sélectif imprimé à l’épreuve a permis d’avoir un résultat net et sans bavure. Snow Fairy (Intikhab) a terminé son

année par une superbe victoire dans ce Gr1 en revenant de l’avant-dernière

position. Elle était juste derrière Vision

d’État (Chichicastenango) qui n’a pu remonter aussi vite qu’elle dans la

ligne droite. Plus froid, le champion de Jacques Détré termine néanmoins

quatrième et premier français à l’arrivée devant la JDG Rising Star Planteur (Danehill Dancer), cinquième, Cirrus des Aigles (Even Top), septième,

Stacelita (Monsun), huitième et Reggane (Red Ransom), neuvième, qui

concluent tous très près les uns des autres. Snow Fairy est, elle, en plein

épanouissement. Dimanche, sur la piste de Sha Tin, elle s’est une nouvelle fois

montrée étincelante en gagnant son quatrième Gr1 après ses  victoires dans les Oaks d’Epsom, les Irish

Oaks et le Queen Elizabeth II Commemorative Cup (Gr1). À 3ans, elle possède encore

une marge de progression. Preuve en est, elle s’était distinguée sur 2.400m et

2.200m auparavant et a réussi le pari de son entourage de revenir sur 2.000m.

Elle devient le deuxième 3ans à remporter le Hong Kong Cup après le succès

d’une autre femelle, Alexander Goldrun (Gold

Away) en 2004. « Toutes les félicitations reviennent à mon staff qui a

travaillé très dur pour en arriver là, a confié Ed Dunlop, entraîneur de Snow

Fairy, à la presse étrangère. Je pensais que sa course du Japon était

rapprochée par rapport à celle de dimanche et du coup, elle n’avait travaillé

que légèrement. Pour dominer les mâles, alors qu’elle les rencontrait pour la

première fois, il faut être un cheval exceptionnel. Il n’y a aucune discussion,

elle restera à l’entraînement l’année prochaine. Et on ne sait jamais, on pourrait

se retrouver ici l’année prochaine. »

LE DÉROULEMENT DE L’ÉPREUVE

Maniable, Snow Fairy

est partie à sa main alors que la course a été très rapide dès l’ouverture des

stalles avec les français Cirrus des Aigles et Stacelita qui ont accéléré pour

bien se placer, aux côtés de Packing

Winner (Zabeel). Ce dernier a emmené le peloton comme prévu sur un bon

rythme. Snow Fairy s’est rapprochée en pleine piste, là où se gagnent souvent

les courses à Sha Tin, dans le dernier tournant. Elle a alors bien prolongé son

effort pour venir dominer nettement un excellent Irian (Tertullian), vainqueur du Cathay Pacific Jockey Club Cup

(Gr2), la course préparatoire. Un Irian qui n’est pas inconnu puisqu’il était

auparavant à l’entraînement en Allemagne et qu’il avait conclu troisième du

Prix Jean Prat (Gr1) 2009 sous les couleurs Schlenderhan. Packing  Winner a conservé la troisième place devant

Vision d’Etat.

LE PARALLÈLE AVEC OUIJA BOARD

Pour plusieurs

raisons, Snow Fairy peut être comparée à une autre championne de l’entraînement

d’Ed Dunlop, Ouija board (Cape

Cross). Leurs trajectoires sont en effet similaires : la jument de Lord Derby

s’est fait connaître en gagnant sur 2.400m en réalisant le même doublé Oaks

d’Epsom-Oaks d’Irlande que Snow Fairy. Puis, en vieillissant, Ouija Board a

fait ses preuves sur 2.000m en remportant notamment les Prince of Wales’s

Stakes (Gr1) avec Olivier Peslier. Snow Fairy n’a pas attendu en revanche pour

faire ses preuves sur 2.000m puisque dès la fin de son année de 3ans, elle

enlève le Hong Kong Cup. On peut donc penser que la progression de Snow Fairy

n’est pas finie et qu’elle risque de faire des ravages dans les Grs1

internationaux l’année prochaine.

L’ANNÉE EXTRAORDINAIRE DE RYAN MOORE

« Elle a un

merveilleux changement de vitesse. Elle est absolument fantastique, c’est une

machine ! » Ryan Moore a piloté de nombreux champions cette année et Snow Fairy

ne le laisse pas de marbre. Il est vrai que le crack jockey britannique réalise

sa plus belle saison sur le plan qualitatif. Il a en effet été le cavalier de Workforce (King’s Best), lauréat du

Derby d’Epsom (Gr1) et du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), et bien

évidemment de Snow Fairy qu’il a montée victorieusement dans quatre Grs1. Ryan

Moore a également remporté le Challenge international de jockeys à Hongkong,

disputé mercredi dernier, à Happy Valley.

LA "DER" DU CHAMPION VISION D’ETAT

Vision d’État termine

donc quatrième. Le résultat brut peut décevoir ses supporters. Mais il a fait

sa course et n’a pas d’excuses. Comme l’an passé, il a évolué en retrait, parmi

les derniers. Il a fait son effort dans la ligne droite, en épaisseur, revenant

d’aussi loin que la future lauréate. Mais il n’a pu que "sauter"

Planteur aux abords du poteau. « Le cheval s'est assis dans sa stalle quand les

boîtes se sont ouvertes, il est donc mal parti et n'a pas pu bien se placer,

nous a expliqué Éric Libaud, entraîneur de Vision d’État. Il s'est retrouvé

très loin de la tête, avec la favorite et future gagnante Snow Fairy. Olivier

[Peslier, ndlr] a choisi de venir par l'extérieur et elle en dedans. Il a tracé

une très bonne ligne droite, refaisant beaucoup de terrain sur les autres, mais

n'a pas été assez réactif au moment du démarrage. C'est un cheval assez froid,

qui met du temps à enclencher. Il n'y a pas à rougir, il a fait une très bonne

course et il sort tout de même par la grande porte. » Vision d’État quitte la

compétition sur cette sortie qui n’enlève rien à sa classe. C’est un vrai

champion, vainqueur des Prix du Jockey Club (Gr1), Ganay (Gr1), des Prince of

Wales’ Stakes et du Hong Kong Cup 2009, qui s’apprête à devenir étalon au Haras

de Grandcamp dès l’année prochaine.

LE RESTE DE L’ÉQUIPE FRANÇAISE

Planteur a eu un bon

parcours dans le sillage de Stacelita. Un peu brillant pendant la course, il a

filé la protégée de Jean-Claude Rouget le plus longtemps possible dans la ligne

droite. Et dès qu’il a été déboîté, il a donné l’impres- sion de pouvoir venir

l’emporter. Mais il a un peu coincé à la fin, finissant cinquième. Son

entraîneur, Élie Lellouche, nous a déclaré : « Il n'y a pas d'excuses, il a eu

un super parcours et il a un peu coincé pour finir. C'est un 3ans dans un vrai

Gr1 international et ça va lui donner de l'expérience. » Comme l’année

dernière, Cirrus des Aigles a eu un parcours en épaisseur. Il a accompagné

l’animateur Packing Winner à son extérieur. Dans la ligne droite, il a su se

montrer courageux tout en ne pouvant rien contre les chevaux qui l’ont devancé.

Il termine septième. « J’ai été devant au départ car le cheval est plus détendu

ainsi, a expliqué Franck Blondel, jockey de Cirrus des Aigles. Il a été solide

à la fin. »

Le terrain pas assez

souple a contrarié un peu Stacelita qui finit huitième, précédant Reggane, qui

n’a pu suivre la gagnante dans son effort.