Guy pariente : « pourquoi je suis candidat au comite du syndicat des eleveurs. »

Autres informations / 22.01.2011

Guy pariente : « pourquoi je suis candidat au comite du syndicat des eleveurs. »

 « Si je me présente à vous aujourd’hui, c’est

avant tout en tant qu’éleveur amoureux du cheval. Je pense avoir fait mes

preuves dans le monde des affaires en tant que président de groupes

internationaux, et je souhaite pouvoir vous apporter mon expérience et ma

vision moderne de l’élevage, notamment de son mode de financement. Mon parcours

dans ces deux domaines m’a permis de tirer des conclusions simples et évidentes

: les éleveurs français ont besoin de soutien, et notamment de soutien

financier. Certes, je rends ici hommage aux politiques de soutien de l’élevage

menées depuis de longues années par France Galop qui ont permis, non seulement

de valoriser les produits nés sur nos terres dans toutes les ventes françaises

et européennes, mais qui ont aussi "mis le pied à l’étrier" à de

jeunes éleveurs passionnés, décidés à aller au bout de leur passion et de leurs

convictions. C’est à eux comme à vous tous que je m’adresse aujourd’hui. Avec

38 juments au haras et une quarantaine de chevaux à l’entraînement, je pense

faire partie des propriétaires-éleveurs qu’on qualifie communément

"d’importants". Mais j’affronte, comme tout un chacun, des problèmes

liés à la fiscalité française, au droit du travail, à la concurrence accrue de

nos voisins éleveurs irlandais, anglais, allemands...– souvent mieux soutenus

que nous par leurs gouvernements –, aux réglementations sanitaires en vigueur

en Europe, au manque de reconnaissance des étalons français y compris chez

nous... Bref, je fais face comme vous au quotidien de tous les éleveurs. Je

souhaiterais aussi aborder un sujet qui nous concerne tous, mais pour lequel

peu de mesures sont aujourd’hui mises en place : celui de la maladie, de

l’accident, de l’impotence. En effet, une caisse de soutien aux jockeys existe,

pourquoi ne pas créer celle des éleveurs ? C’est plus que nécessaire et

légitime au vu de l’activité qui est la nôtre : le contact quotidien avec les

pur-sang et la conduite d’engins agricoles ne sont-ils pas aussi des exercices

physiques exigeants et risqués ? Pour cela un fonds de soutien aux éleveurs en

difficulté pourrait et devrait être lancé par notre Syndicat en complément des

aides de la MSA, en sollicitant le cas échéant les pouvoirs publics au niveau

local, qui bénéficient tous de l’aménagement du territoire et des recettes

générées par notre belle industrie. En conclusion, je souhaiterais avoir

l’opportunité de me mettre à votre service pour vous apporter : UNE VISION

MODERNE DE LA GESTION DU SYNDICAT, DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT ADÉQUATES, DES

PROJETS SOLIDAIRES, TELS QUE LA MISE EN PLACE D’UNE CAISSE POUR LES ÉLEVEURS EN

DIFFICULTÉ. D’autres chantiers galopent dans ma tête, d’autres envies et

d’autres idées pour améliorer le quotidien des éleveurs... C’est pourquoi je

serais ravi de pouvoir échanger avec vous librement sur tous ces sujets dans

les semaines et mois à venir si vous me faites l’honneur de me compter parmi

vous au comité du Syndicat des éleveurs. »

Guy

Pariente, haras de Colleville