Pau, prix renaud du vivier (l) : berryville sur les traces de rubi ball

Autres informations / 05.01.2011

Pau, prix renaud du vivier (l) : berryville sur les traces de rubi ball

En

remportant courageusement le Prix Renaud du Vivier (L), dernière épreuve

préparatoire au Grand Prix de Pau (Gr3), Berryville (Poliglote) a pris la

succession de son compagnon d’entraînement et de couleurs Rubi Ball (Network),

vainqueur de cette Listed en 2010. Par la suite, le champion de la famille

Papot avait enlevé le Grand Prix du Pont-Long. Berryville essaiera de l’imiter

en réalisant le même doublé en 2011, même s’il a déjà gagné le Grand Prix de

Pau en 2009. Sa victoire dans le "Renaud du Vivier" a été

convaincante, d’autant plus qu’il a devancé le champion Or Noir de Somoza

(Discover d’Auteuil), vainqueur de douze Groupes en obstacle. Rappelons

néanmoins que Berryville recevait quatre kilos de la part du nouveau protégé de

Jean-Pierre Totain et que cela a compté en fin de parcours, notamment au regard

du faible écart qui les a séparés à l’arrivée : trois quarts de longueur. Le

succès de Berryville s’est joué en deux temps. Attentiste au centre du peloton,

il s’est montré très patient. Son jockey lui a fait effectuer un premier effort

pour aborder le dernier tournant et rejoindre Or Noir de Somoza. Et, après un

court bol d’air, dans le tournant final, Berryville s’est lancé à la poursuite

du partenaire de Christophe Pieux. Sur le plat, il a réussi à venir à bout d’Or

Noir de Somoza, faisant une nouvelle fois preuve d’un grand courage. « Il

n’avait pas son terrain aujourd’hui, mais il a gagné, a déclaré Jacques Ortet,

entraîneur de Berryville. C’est un cheval qui est mieux en terrain lourd, mais

il a pu faire jouer sa pointe de vitesse. »

BONS

DEBUTS D’OR NOIR DE SOMOZA SUR LE STEEPLE DE PAU

Passé

chez Jean-Pierre Totain en vue du Grand Prix de Pau, Or Noir de Somoza

découvrait ce mardi les gros obstacles du Pont-Long. Il s’est plutôt bien

comporté après avoir dirigé les opérations. Sautant parfois sur sa droite, il a

emmené le peloton à un bon rythme, mais n’a pu repousser les assauts de

Berryville pour finir. Son poids de 72 kilos a certainement parlé en fin de

parcours. Son jockey a expliqué que, bien qu’il soit battu, il se voit une

première chance dans le Grand Prix.

L’ELU

TOMBE RAPIDEMENT

« L’Élu

était très frais et j’ai donc décidé de le courir », a confié son mentor, Jacques

Ortet, avant la course. Invaincu en quatre sorties sur le steeple-chase, L’Élu

(Lomitas) était présent ce mardi pour se dégourdir les jambes avant le Grand

Prix de Pau. Malheureusement, il est tombé dès le premier obstacle, se trompant

complètement. Cette contre-performance ne remet pas en cause sa participation

au Grand Prix palois.

LE FILS

D’UNE PLACEE DU "PENELOPE"

Élevé

dans la Sarthe par Madame la comtesse Decazes, pour qui il défendit les

couleurs jusqu’à ce qu’il soit acheté "à réclamer" par la famille

Papot, Berryville est un fils de Poliglote (Sadler’s Wells) et Kalberry

(Kaldounévées). Sous l’entraînement de Dominique Sepulchre, Kalberry a remporté

le Prix des Pyramides (D) à Longchamp par six longueurs d’avance sur un terrain

très lourd, peu avant de prendre une quatrième place dans le Prix Pénélope

(Gr3). Berryville est le premier de ses huit produits. Notons qu’en 2008 est né

son propre frère, un 2ans nommé Brookberry.