Zalgarry a la maniere des forts

Autres informations / 15.02.2011

Zalgarry a la maniere des forts

Monté

offensivement par Ludovic Désirée, Zalgarry (Ballingarry) s’est imposé

plaisamment dans le Prix Antoine Berchon, laissant ses adversaires à bonne

distance. Le pensionnaire de Charles Gourdain a montré de nets progrès pour

s’offrir son premier succès. Parti vite devant, il a toujours évolué au flanc

du favori Tambouriman (Robin des Champs) en tête du peloton. Ce dernier n’a

ensuite pas pu le suivre en sortant du dernier virage, le plus fort était

Zalgarry aujourd’hui. C’était le troisième parcours de la carrière de Zalgarry

et, à chaque fois, il a accusé des progrès. Arrêté lors de ses débuts après

avoir fait quelques fautes, il a ensuite pris une encourageante quatrième place

dans l’important Prix de Bidart, après avoir longtemps patienté et en finissant

très correctement son parcours. Cette fois-ci, c’était la première fois que le

fils de Ballingarry (Sadler’s Wells) était monté offensivement et il s’est

montré le plus dur pour finir. Qualité que n’avait probablement pas encore son

rival Tambouriman, qui a finalement conclu à la quatrième place en cédant les

deux premiers accessits aux pensionnaires de Guy Cherel White Shark (Myrakalu)

et Titus de Champfeu (Shaanmer), qui ont conclu dans cet ordre.

LES BONS

DEBUTS DE TITUS DE CHAMPFEU

Il y

avait trois chevaux totalement inédits au départ du Prix Antoine Berchon, dont

Titus de Champfeu qui a pris une bonne troisième place. Parti en retrait, le

fils de Shaanmer (Darshaan) a longtemps attendu avant de revenir de

l’arrière-garde pour se placer dans le dos des animateurs au bout de la ligne

d’en face. Quand des chevaux ont commencé à céder, lui est venu se positionner,

ce qui indique qu’il avait encore quelques ressources. Titus de Champfeu a

ensuite maintenu son effort et a fini dans le sillage de son compagnon de box

White Shark. Son entraîneur n’avait pas caché l’estime qu’il portait à son

débutant avant l’épreuve et il faudra probablement compter sur des progrès lors

de sa prochaine tentative.

UNE

BONNE FAMILLE D’OBSTACLE

Élevé

par la famille Biraben, Zalgarry est un fils de Ballingarry et Spleen

(Sillery). Cette dernière était une jument honnête en obstacle, qui a remporté

huit de ses dix-neuf tentatives dans cette discipline, s’imposant notamment à

Pau et Auteuil. Spleen est ensuite devenue une bonne reproductrice, puisqu’elle

a donné naissance à Don Preuil (Saint Preuil), victorieux du Prix Camille

Duboscq (L) en 2006 devant Or Noir de Somoza (Discover d’Auteuil). Spleen est

aussi la mère de Zaliapour (Daliapour), qui s’est illustré sous les couleurs

d’Arthur Whitehead, celles de Zalgarry, en remportant le Prix Durtain (L) à la

fin du mois d’avril, l’année dernière à Enghien. En remontant la généalogie de

Zalgarry à sa troisième mère, Golondrina (Sheshoon), on retrouve l’un des

meilleurs papiers de plat en activité. Elle est la mère de Prospero (Faraway

Son), vainqueur du Prix du Muguet (Gr3), mais aussi de Lady Sharp (Sharpman),

qui a donné naissance à Lady Blessington (Baillamont), lauréate du Prix Minerve

(Gr3), d’un Gr2 aux États-Unis et qui s’est classée deux fois troisième au

niveau Gr1 outre-Atlantique. Lady Sharp est aussi la mère de Lady Golconda

(Kendor), qui est à l’origine de Lady Vettori (Vettori), qu’on connaît comme la

génitrice du champion et JDG Rising Star Lope de Vega (Shamardal), double

vainqueur classique avec ses sacres dans la Poule d’Essai des Poulains et le

Prix du Jockey Club (Grs1) l’année dernière.