Dubai world cup (gr1) : match europe/reste du monde

Autres informations / 26.03.2011

Dubai world cup (gr1) : match europe/reste du monde

Lors du

tirage au sort des Groupes pour la phase finale de la coupe du monde 1998, le

stade vélodrome avait été le théâtre d’un match formidable entre une équipe

composée de joueurs européens et une autre composée de joueurs du "reste

du monde". Si l’on devait rapprocher le Dubai World Cup (Gr1) d’un

événement sportif ayant existé, ce serait ce match-là qu’il faudrait prendre

comme référence. Samedi, dans l’épreuve la plus dotée au monde, trois chevaux

européens vont affronter onze chevaux venus de divers horizons, Japon,

États-Unis, Afrique du Sud et péninsule arabique. Comme souvent, cette année,

le contingent européen est favori pour succéder au pensionnaire de Pascal Bary,

Gloria de Campeao (Impression). Mais être le meilleur en théorie pure ne suffit

pas pour remporter cette course disputée dans l’hémisphère Sud. Il faut un

cheval s’étant très bien adapté aux conditions locales et capable de tenir tête

à des spécialistes du Tapeta. Rien n’est acquis d’avance dans cette course,

même si le favori, Twice Over 

(Observatory), entraîné par Henry Cecil, possède de sérieuses garanties.

L’EXPERIENCE

DE 2010 A SERVI DE LEÇON A TWICE OVER

L’an

dernier, Twice Over était venu courir le Dubai World Cup un peu la fleur au

fusil. Il avait effectué sa rentrée directement dans ce Gr1 et s’y était

seulement classé dixième alors qu’il était l’un des chevaux en vue. Cette fois,

son entourage a pris soin de lui faire effectuer une rentrée gagnante dans le

dernier round du Al Maktoum Challenge (Gr2). Il y a écrasé l’opposition et des

chevaux qu’il va rencontrer samedi. A priori, cette fois, rien ne s’oppose à

une grande performance de sa part dans le "World Cup". Et ce n’est

pas son numéro 12 dans les stalles qui devrait le gêner. Cape Blanco (Galileo)

sera, lui, une petite attraction dans cette épreuve. Des investisseurs ont

acheté une part de ce cheval et le voilà au départ de la plus belle épreuve de

Meydan, alors qu’il appartient toujours en partie aux associés de Coolmore.

C’est assez singulier… Autre fait amusant, il sera monté par Jamie Spencer, qui

fut un temps le premier jockey de Coolmore, à l’époque où il avait plus de mal

à tenir droit Antonius Pius (Danzig) dans la ligne droite de

Longchamp

qu’à faire le malin sur Sariska (Pivotal)…

COTE

FRANÇAIS ET EX-FRANÇAIS

L’élevage

français ne sera pas représenté dans cette épreuve. Mais il y aura néanmoins un

ex-cheval français au départ. Il s‘agit de Prince Bishop (Dubawi), tombeur de

Cirrus des Aigles (Even Top) dans le Prix du Conseil de Paris (Gr2) l’an

dernier. Chez les jockeys, Julien Leparoux sera en selle sur Fly Down

(Mineshaft), troisième de Blame et Zenyatta dans le Breeders’ Cup Classic

(Gr1), et Christophe Soumillon sur Musir (Redoute’s Choice), toujours très

performant à Meydan. Entraîneur français basé au États-Unis, Christophe Clément

présente pour sa part Gio Ponti (Tale of the Cat), deuxième de Goldikova dans

le dernier Breeders’ Cup Mile (Gr1).