étude des pedigrees des gagnants de stakes de 2ans en france en 2010 etude realisee par thierry grandsir

Autres informations / 17.03.2011

étude des pedigrees des gagnants de stakes de 2ans en france en 2010 etude realisee par thierry grandsir

CHAPITRE

IX : LES DOSAGES

Nous

reprenons aujourd’hui notre étude des pedigrees des 37 gagnants de Stakes de

2ans en France en 2010 par l’analyse de leurs dosages et indices. Il

n’appartient guère à notre philosophie de résumer des chevaux à des

chiffres  (au regard de la complexité et

des incertitudes que présupposent des êtres vivants), mais comme de nombreux

systèmes de cotation existent, il ne semble pas inintéressant de nous pencher

sur leur validité, et d’évaluer la qualité des informations qu’ils peuvent nous

délivrer. Nous avons sélectionné deux systèmes de cotation : l’un,  appelé G.S.V. (Genetic Strength Value =

valeur de force génétique), qui accorde une valeur unique à chaque cheval, et

l’autre, appelé Dosages, qui résume le potentiel d’un cheval sous forme de

diagramme.

VALEUR

DE FORCE GÉNÉTIQUE…

Le

G.S.V. (Genetic Strength Value) est un système de cotation mis au point par

l’Américain George William Smith, lequel a attribué à tout géniteur et

génitrice une valeur chiffrée, tenant compte de ses origines, performances et

production. La base initiale ayant été établie, il suffit de calculer la

moyenne du G.S.V. du père et de la mère pour obtenir la "valeur

génétique" du produit. Rien de plus simple, mais voyons maintenant ce que

cela donne avec nos 2ans…Le G.S.V. moyen de nos gagnants de Stakes est de 61,11

: les gagnants de Listed affichent une valeur moyenne de 60,08, les gagnants de

Gr2 & de Gr3 une valeur de 61,17, et les gagnants de Gr1 de 64,66. Une

progression croissante, correspondant assez bien à l’augmentation des valeurs

requises par chaque niveau de compétition. Mais les G.S.V. individuels sont par

contre très dispersés, et peu en rapport avec les valeurs réelles affichées :

les plus élevés sont Maxios (75,86), Putyball (70,61) et Marlinka (70,48), et

les plus faibles sont Captain Chop (46,24) et Darling Story (47,78). Bien que

les G.S.V. soient corrigés annuellement (nos valeurs datent de la mise à jour

de 2005), ce système de cotation, comme tous ceux qui n’accordent qu’une valeur

unique à un cheval, ne tient pas suffisamment compte de la qualité des

croisements dont nous essayons de démontrer l’importance dans nos colonnes

depuis plusieurs semaines. L’approche est séduisante, documentée, travaillée,

simple d’emploi, mais ne génère au final qu’une indication globale de la

richesse d’un pedigree, sans conclusion pratique suffisante. Nous ne nous

étendrons donc pas sur les autres systèmes à valeur unique, pour nous

concentrer maintenant sur celui des dosages…

LES

DOSAGES, UNE INVENTION FRANÇAISE…

Imaginé

par le Français Jean-Joseph Vuillier à l’aube du XXe siècle, remis au goût du

jour et optimisé dans les années 1960 par l’Italien Fanco Varola puis récemment

remanié sous l’intitulé "méthodologie des dosages modernes", ce

système, testé à grande échelle, se base sur un principe simple : les grands

reproducteurs (ou chefs de race) se distinguent des autres par la haute

transmissibilité de certaines de leurs caractéristiques génétiques.

L’approche

est triple :

Qualitative

: chaque chef de race est affecté à une catégorie définie en fonction des

caractéristiques génétiques principales qu’il transmet

Quantitative

: les chefs de race sont dénombrés (par catégorie) au sein des quatre premières

générations du pedigree

Pondérées

: les mentions sont affectées d’un coefficient par génération, considérant que

l’influence du père est double de celle d’un grand-père, etc.

Les 5

catégories de chefs de race sont définies comme suit :

Brillants

: vecteurs de vitesse pure, dotés de précocité et d’une forte capacité

d’accélération

Intermédiaires

: chevaux dotés d’un bon équilibre entre classe et vitesse

Classiques

: chevaux polyvalents et à pointe, vecteurs de classe pure

Solides

: chevaux de distance, peu brillants mais solides et dotés d’une bonne

constitution et d’un bon tempérament

Professionnels

: chevaux de grand fond (tenue exclusive)

Pour

peaufiner le tout, certains chefs de race sont affectés à deux catégories

différentes : par exemple, Blushing Groom, Halo, Northern Dancer et Mr

Prospector sont considérés comme moitié classiques et moitié brillants, Caro et

Danzig sont partagés entre intermédiaire et classique, Sadler’s Wells entre

classique et solide, Shirley Heights entre classique et professionnel, etc. Au

final, nous obtenons donc un diagramme récapitulatif comportant 5 nombres, plus

un 6e égal au total des 5 précédents. Exemple : Wootton Bassett => DP = 2 –

3 –8 – 2 – 1 (16) => 2 mentions de brillance + 3 intermédiaires+ 8

classiques + 2 solides + 1 professionnel = total de 16 mentions. L’échelle

utilisée étant globalement comparable à celle des distances, allant du sprint

au grand fond, les dosages peuvent contribuer à envisager les aptitudes potentielles

d’un cheval. Pour cela, des indices statistiques ont été mis au point : le D.I.

(Dosage index), dont la formule consiste à diviser les mentions de vitesse par

celles de tenue, et le C.D. (Centre de distribution), résultat d’une formule

mathématique permettant de calculer le point d’équilibre. En clair,  un D.I. supérieur à 1 indique une vitesse

prépondérante, tout comme un C.D. positif. Notre Wootton Bassett présente un

D.I. de 1,29 et un C.D. de 0,19, indiquant donc des aptitudes de vitesse

supérieures à sa tenue.  BRILLANCE &

CLASSICISME : DES QUALITÉS INDISPENSABLES…

La

moyenne des dosages de nos 37 gagnants de Stakes est : D.P. = 5 – 2 – 10 – 2 –

0 (19) // D.I. = 2,17 // C.D. = 0,44. Le nombre total de citations est très

correct, celui des mentions classiques est très bien équilibré (car proche de

la moitié du total), et la brillance est largement dominante sur la tenue. Un

dosage type pour un bon 2ans, précoce et vite… D’ailleurs, nous avons lu

récemment sur un forum où il était question de nos articles le commentaire d’un

éleveur, qui disait "de toute façon, pour faire un 2ans, il faut de la

vitesse…". C’est à vrai dire le principe de base des courses, mais les

dosages moyens de nos 2ans confirment cette déclaration pleine de bon sens, la

brillance étant l’une des deux qualités premières indispensables: aucun de nos

2ans gagnants de stakes n’est exempt de mention de brillance ni de classicisme

! Les plus "brillants" sont Mambia et Hung Parliament (11 citations)

devant Prairie Star (10)  et Misty for Me

(9), et les moins dotés sont Captain Chop, Chinese Wall et Darling Story,

d’ailleurs cantonnés au rayon Listed avant d’échouer de peu au niveau supérieur

pour les deux premiers. Par ailleurs, les plus "classiques" de nos

2ans sont Prairie Star (20 citations), French Navy (19), Hung Parliament et

Nova Step (17), les moins dotés étant Darling Story (aucune mention) et Captain

Chop (1). Rappelons que la notion de "classique", telle que définie

dans les dosages, correspond plus à la notion de classe pure qu’à l’aptitude à

la distance de 2400 m. Par contre, 12 de nos gagnants de Stakes sont exempts de

mention "intermédiaire", signe que cette catégorie est beaucoup moins

influente. Les plus "intermédiaires" sont Captain Chop (8 citations

qui compensent son déficit de brillance et de classicisme), devant Action Chope

et Doo Lang (6). Les indices (D.I. et C.D.) les plus orientés sur la vitesse

concernent Captain Chop, My Name is Bond, Darling Story et Mambia.

MENTION

SOLIDE POUR LES GR1…

Les

mentions "solides" et "professionnelles" caractérisant les

gènes de tenue dans les dosages sont évidemment beaucoup moins présentes chez

nos 2ans que celles relatives à la vitesse. Si 24 de nos 37 jeunes champions

possèdent des mentions "solides", seuls 7 d’entre eux ont des actifs

"professionnels", Wootton Bassett, Irish Field et Klammer étant les

seuls à cumuler des mentions dans ces deux catégories. Les plus

"solides" sont Marlinka, Private Eye et Whip and Win (5 citations),

et les plus "professionnels" sont Irish Field (3 citations), Klammer

et Private Eye (2). Les indices confirment ces valeurs, ajoutant l’excellent

Récital à la liste. Il est par ailleurs très intéressant de constater que nos 5

sujets gagnants de Gr1 à 2ans possèdent tous entre 2 et 4 mentions "solides",

ce qui laisserait entendre que cette caractéristique serait fort utile pour

aborder les grands tournois. Dream Ahead (Prix Morny) et Wootton Bassett (Prix

Jean-Luc Lagardère) auraient donc la tenue nécessaire pour couvrir la distance

des "guinées" ou de la Poule d’Essai, Récital et Roderic O’Connor

pourraient viser le "Derby" ou le "Jockey Club", et Misty

for Me le Prix de Diane ou les "Oaks". En théorie…

L’ÉQUILIBRE,

UN FACTEUR DÉTERMINANT…

Si le

total moyen du nombre de mention est de 19, nous retrouvons les totaux les plus

riches chez Hung Parliament (32 mentions), Mambia et Prairie Star (30), et les

plus pauvres chez Darling Story (4), My

Name is

Bond et split trois (6), les seuls en dessous de la dizaine. Par comparaison,

le nombre de mentions portées par Zarkava (6 – 1 – 7 – 2 – 0) ou par Sea the

Stars (5 – 3– 8 – 0 – 0) est de 16, ce qui confirme que le total n’est sans

doute pas aussi déterminant que l’équilibre des dosages. Outre Wootton Bassett,

ceux qui présentent le meilleur équilibre (entendre par là un total de mentions

classiques égal à la moitié du total des dosages) sont Irish Field, My Name is

Bond, Pontenuovo, Split Trois, Maiguri, Temps au Temps et Whip and Win.

MAIGURI,

NOTRE FOCUS DE LA SEMAINE…

Parmi

ceux-ci, un certain Maiguri attire notre attention. Par Panis et une soeur

utérine d’une gagnante de Poule d’Essai des Puliches par Sinndar, ses dosages

présentent un équilibre quasi-parfait : DP = 4 – 1 – 6 – 1 – 0 (12), soit 50 %

de mentions classiques, une bonne dose de brillance et une pointe de solidité.

Tôt en piste, Maiguri a gravi les échelons pour devenir l’un des tous meilleurs

2ans français de sa génération. La Poule d’Essai des Poulains sera son prochain

objectif majeur…Son père, Panis, devenu l’un de nos meilleurs pères de 2ans, a

la particularité de transmettre beaucoup de brillance dans les dosages de ses

produits, quelles que soient les poulinières qui lui sont présentées. Est-ce là

le secret de sa réussite ?

LES

LIMITES DU SYSTÈME…

Nous

avons analysé les dosages moyens de nos 2ans en les classant par ordre de

distance, mais sans rien obtenir de très exploitable. Il est clair que

remporter une épreuve sur 1.000m au mois de juin de ses 2ans ne fait pas

nécessairement du cheval un pure sprinteur… Il faudra donc attendre l’année classique

pour statuer plus précisément sur les aptitudes réelles de nos jeunes pousses,

et les rapprocher ensuite de leurs dosages. Rappelons enfin que plusieurs

facteurs peuvent limiter l’efficacité des dosages : une mauvaise affectation

d’un chef de race dans une catégorie, la non-qualification de nombreux étalons

de valeur (européens en particulier), la faible prise en compte de la valeur

des femelles, etc. N’oublions jamais que les systèmes de cotation ne sont que

des outils, fatalement empreints d’une bonne dose de subjectivité, pas des

formules magiques ! Nous vous donnons maintenant rendez-vous à la semaine

prochaine pour aborder cette fois les facteurs déterminants des pedigrees de

nos 2ans gagnants de Stakes !