Grand national de liverpool (gr3) : ballabriggs écrit la legende des "mccain

Autres informations / 10.04.2011

Grand national de liverpool (gr3) : ballabriggs écrit la legende des "mccain

Il y a

toujours une "histoire dans l’histoire" à l’arrivée d’une course.

Plus encore lorsque celle-ci est le mythique Grand National de Liverpool (Gr3).

La course qui passionne toute l’Angleterre, sommet du dernier meeting

d’importance sur les obstacles anglais, a souri à Ballabriggs (Presenting), un

hongre de 10ans entraîné par Donald McCain, lequel n’est autre que le fils de

Ginger McCain, l’entraîneur du légendaire Red Rum (Quorum), seul triple lauréat

du Grand National en 1973, 1974 et 1977. Red Rum est d’ailleurs enterré à

Aintree. Il sera difficile pour Ballabriggs d’imiter Red Rum même si ce cheval

d’une grande régularité fait toujours sa valeur et semble meilleur que jamais.

DEUX

OBSTACLES EN MOINS SUR LE TRACÉ

Proposé

à la cote de 14/1, Ballabriggs a été monté de façon assez offensive, derrière

les leaders. Durant le premier tour, il a galopé avec beaucoup de ressources,

puis, au second, il a pris la direction des opérations alors que le fameux

Becher’s Brook et le fence qui le précède ont dû être évités. En effet, Ornais

et dooneys Gate ont subi une chute aux conséquences mortelles et ces deux

obstacles ne pouvaient, dès lors, plus être franchis... Un cas similaire avait

eu lieu dans le Maghull Novices’Chase (Gr1) plus tôt dans l’après-midi. Très courageux

dans la ligne droite, Ballabriggs a résisté à Oscar Time (Oscar), lequel a fait

illusion au dernier fence. Son jockey, Sam Waley-Cohen a dû croire au succès et

au triplé "King George -Gold Cup - Grand National", lui qui s’était

imposé dans les deux premières avec Long Run (Cadoudal). « C’est fantastique, a

déclaré Donald McCain. Avoir un propriétaire comme monsieur Hemmings est

significatif pour moi. Aintree représente autant pour lui que pour moi. Nous

avons toujours pensé que Ballabriggs pouvait être un cheval pour Aintree. Mais

on ne peut pas se prononcer tant que le cheval n’a pas foulé la piste. Les bons

chevaux sont faciles à entraîner. Les choses se sont déroulées dans le bon

sens, toute l’année. Sa victoire nous procure un plaisir absolu. » Après la

course, Ballabriggs n’était pas au mieux et son mentor a précisé : « Il faisait

chaud aujourd’hui. Il a fait une grande course et il est revenu fatigué car il

donne "tout"... » Lauréat, l’an passé, et top weight, cette année,

Don’t Push it (Old Vic) a évolué à l’extérieur et s’est bien rapproché en

dehors, mais il n’a pu aller chercher les deux premiers. Il se classe

troisième.