Les trois “redoute’s choice” de gerard larrieu

Autres informations / 12.04.2011

Les trois “redoute’s choice” de gerard larrieu

Gérard

Larrieu (Chantilly Bloodstock) s’est fait remarquer la semaine dernière en

achetant trois yearlings, tous issus de Redoute’s Choice (Danehill), aux ventes

Inglis Easter Yearling Sale, organisées à Newmarket,  en Australie, du 5 au 7 avril. Le courtier

français détaille ses achats : « J’ai acheté les trois yearlings pour un

syndicat composé d’un propriétaire chinois qui élève en Australie, une

Écossaise installée à New-York mais qui possède également des poulinières en

Australie, et pour Saeed-Nasser Al Romaithi, le propriétaire de Rajsaman et

Marinous. Les poulains sont destinés à rester en Australie et vont aller chez

deux entraîneurs différents, pas encore choisis. » Gérard Larrieu a acheté pour

800.000 AU$ une pouliche de la multiple gagnante de Gr1 Special Harmony

(Spinning World). « Elle a un papier exceptionnel de poulinière»,

détaille-t-il. Pour 440.000 AU$, il a remporté un mâle issu de l’

"Aga-Khan" Vadsalina (Sagacity). Ce yearling était donc issu du

partenariat établi en 2008 entre les Aga Khan Studs et Arrowfield Stud.

Vadsalina est une soeur utérine, par Sagacity, de la lauréate de Gr1 Vadawina

(Unfuwain) et de la double gagnante de Gr3 Vadapolina (Trempolino). « Avec ce

pedigree, il constitue un stallion prospect pour les deux hémisphères. Je

pensais que peu de gens en Australie connaîtraient ce courant de sang,  mais j’avais Coolmore en face de moi… »

Enfin, un fils de Clean Sweep (End Sweep), qui a battu les mâles dans les 2.000

Guinées néo-zélandaises, a été acheté pour 750.000AU$. C’est après leur

déplacement à Dubaï, où ils ont suivi les performances de Rajsaman et Marinous,

que Gérard Larrieu et Saeed-Nasser Al Romaithi se sont dirigés vers

l’Australie. « M. Al Romaithi avait envie de découvrir le monde hippique en

Australie, et comme nous étions à Dubaï, nous avions déjà fait la moitié du

chemin… Nous avons visité les grands haras et assisté à des réunions de courses.

Il s’est rendu compte que l’industrie hippique était florissante en Australie,

qu’il y avait un enthousiasme délirant pour les courses, et que les allocations

étaient particulièrement attractives. Il a donc eu envie d’investir. Concernant

ma cliente écosssaise, j’avais déjà essayé de lui acheter des femelles en

France, mais sans y parvenir. Elle m’a dit qu’elle reviendrait cette année… »

Gérard Larrieu avait d’ailleurs comme objectif d’acheter également des

pouliches issues de Fastnet rock (Danehill). « Ses produits étaient très

matures et devraient être précoces, mais les femelles se sont vendues très

cher… J’ai essayé d’en acheter cinq, mais j’ai été battu à chaque fois. » Quant

au marché, le courtier français souligne sa dimension internationale : « Le

prix moyen a progressé de 10 % par rapport à l’an dernier, mais 2010 avait été

difficile. J’ai trouvé le marché très soutenu, avec beaucoup d’enchérisseurs,

de tout horizon : Chinois, Hongkongais, Malaisiens, sans parler des frères

Maktoum et de Coolmore… »

LES

PREMIERS FRUITS DU PARTENARIAT ENTRE LES AGA KHAN STUDS ET ARROWFIELD

Après la

vente de deux premiers yearlings issus du partenariat entre les Aga Khan Studs

et Arrowfield à Melbourne, il y a un mois, trois autres yearlings sont passés

sur le ring de Newmarket. Nous avons déjà évoqué le cas du fils de Vadsalina,

acheté pour 440.000 AU$ par Gérard Larrieu. L’entraîneur Tony Noonan s’est

porté acquéreur pour 150.000 AU$ d’une pouliche issue d’une demi-soeur inédite

de l’invaincue Zarkava (Zamindar) et de l’étalon d’Arrowfield Hussonet (Mr

Prospector). Sa mère,  Zarakiysha

(Kendor), descend de la célèbre lignée "Aga Khan" de petite étoile et

Zahra. Paul Messara a déboursé 30.000 AU$ pour le premier produit par Flying

Spur (Danehill) de l’inédite Tazkara (Sinndar), une fille de la placée de Gr3

Tashiriya (Kenmare). Tazkara est également une demi-soeur des gagnants de

Stakes Tashelka (Mujahid) et Tashkandi (Polish Precedent). En 2008, six jeunes

poulinières bien nées ont été exportées en Australie à Arrowfield Stud. Ces

yearlings représentent leur première production. Huit poulinières des Aga Khan

Studs sont aujourd’hui installées à Arrowfield Stud en Australie, et six de

leurs produits seront préparés pour les ventes publiques l’année prochaine. «

Dans l’ensemble, les ventes de ces premiers produits sont satisfaisantes. Nous

avons développé ce partenariat afin de développer nos courants de sang en

Australie, mais le but n’est pas de courir nos chevaux là-bas. Les produits passent

donc tous en vente, et nous n’avons pas l’intention de développer de façon

importante le nombre de poulinières stationnées en Australie. Il s’agit d’un

partenariat à vocation commerciale », a expliqué Georges Rimaud.