Pasalsa, en pensant deja a la suite

Autres informations / 25.04.2011

Pasalsa, en pensant deja a la suite

Arrivée

à la fois serrée et limpide dans les 1000 Guinées suisses (1.600 mètres, 20.000

FS), qui lançaient, quinze jours avant les mâles, la saison classique, samedi à

Avenches. Ancienne pensionnaire de Didier Prod’homme, Pasalsa (Kingsalsa),

jaillissant à la distance, s’est imposée en quelques foulées, mais in extremis,

après avoir patienté à l’arrière du peloton. Frédéric Spanu a dû trouver le

temps bien long avant de pouvoir s’engager à mi-ligne droite, mais son

sang-froid a été remarquable. Victime d’un mauvais parcours tout en dehors, la

"Pantall" Femme Fatale (Feliciano) peut éprouver de logiques regrets,

dominée de très peu dans les toutes dernières foulées. Les mètres concédés

durant le parcours à la lauréate se paient comptant au passage du poteau. Quant

à l’animatrice, Aima d’Avril (Iron Mask), elle a démontré être restée la

meilleure locale à 3ans, malgré l’inconvénient d’une absence de sept mois. Son

mentor, Andreas Schärer, invoquait l’excuse d’un manque notable de préparation,

ayant axé son programme d’après la date initialement prévue, le 2

juin…Assurément, ses rivales se présentaient autrement plus avancées en

condition physique, mais a priori le mile semble représenter le bout des

possibilités de la fille d’Iron Mask face à l’élite. Après Pont des Arts et

Ziking, Kingsalsa apporte donc de nouvelles satisfactions aux époux Kräuliger,

via sa fille Pasalsa. À l’évidence, la protégée d’Andreas Schärer fera très

bien les 2.000 mètres du Prix de Printemps, en guise de test au Derby, et

semble à même d’affronter le sexe fort le 8 mai à Zurich.

                                                      

GRANDCAMP

RECONVERTI EN SPRINTER

Ex-favori

du Derby suisse aux soins de Rémy Mongil depuis plusieurs mois, le 5ans

Grandcamp (Platini), en ancien cheval de distance, a assis sa supériorité sur

les sprints en s’imposant une fois encore comme à la parade. Mais cette fois,

il a attendu les derniers mètres pour s’exprimer, tactique peu évidente sur la

distance de 1.300 mètres. Cependant, dès l’entrée de la ligne droite, sa

supériorité était évidente, tant son jockey attendait les derniers mètres pour

faire accélérer Grandcamp.