Rubi ball peaufine sa condition avant la grande echeance

Autres informations / 17.04.2011

Rubi ball peaufine sa condition avant la grande echeance

Troisième et avant dernière étape

en vue du Gras Savoye Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), le Prix Murat (Gr2) est

"LA" course de référence en vue de la grande épreuve. Sur ses onze derniers

lauréats, six ont participé ensuite à l’arrivée du Gr1 du 29 mai prochain.  Pour la première fois de sa carrière, le "patron"

d’Auteuil, Rubi  Ball  (Network),  va  participer  à  ce  Gr2  avec  pour objectif d’effectuer les derniers réglages

avant d'être directement  présenté  dans  le

 Grand  Steeple.  Son  entourage souhaite en effet ne pas le courir dans

toutes les préparatoires.  A  6ans,  le  champion  de  la  famille  Papot  est  à  son zénith.  Vainqueur  du  Prix

 Troytown  (Gr3),  sous  72

 kilos, performance qui n’était plus arrivée

depuis 1997 et le succès d’al capone ii (Italic), Rubi Ball a démontré son aptitude

à porter le poids. Crédité également de 72 kilos ? dans

le "Murat", il

tentera un nouvel exploit puisqu’aucun lauréat  de cette course, depuis plus de trente ans, n’a

réussi à s’y imposer sous une telle "montagne" de plomb. Cependant,

il faut se souvenir des paroles de son jockey David Cottin, après le "Troytown".

Il avait senti un net changement dans le  comportement  de  son  partenaire  :  «  Il  est  de  plus

 en plus  détendu  et,  de  ce  fait,  s'est  relâché  un  instant.  Par conséquent,    j'ai  été  obligé  de  "refaire  un  bout"  pour conserver ma place. Quand je lui ai demandé

d'accélérer et de  s'allonger,  il  a  parfaitement  répondu.  Il  allait  plus  vite que tout le monde et sait très bien ce qu'il

a à faire. Il a sauté le rail ditch comme un champion. Il va falloir un très

bon cheval pour aller le chercher dans le "Grand Steeple"... s'il  reste  comme  cela.  »

 Tout  se  passe  comme  dans  un

"rêve" pour Rubi Ball, sur la route du Gr1 phare de l’obstacle  français.  Dès  lors,  on  s’attend  logiquement  à  le  voir

nous éblouir une nouvelle fois.