Saint-cloud, prix astronomie (b) : un air de diane avec galikova

Autres informations / 09.04.2011

Saint-cloud, prix astronomie (b) : un air de diane avec galikova

 « Une pouliche de "Diane" ». Tout le

monde a cette phrase à la bouche ou en tête suite à la démonstration de la JDG

Rising star Galikova (Galileo) dans le Prix Astronomie (B). Vite dans le sillage

de sa compagne de couleurs et leader, Nosail (Anabaa Blue), la future lauréate

a été réellement impressionnante dans la phase finale. Très appliquée, Galikova

développe beaucoup de puissance et "tourne" très vite les jambes.

Elle possède un très gros moteur, qui n’a certainement pas encore atteint son

plein régime et, pour l’instant, se présente comme l’une des favorites du

prochain Prix de Diane - Longiness (Gr1). Son entraîneur, Freddy Head, l’aime

beaucoup et il déclarait : « Elle possède beaucoup de vitesse pour sortir des

stalles. Elle est très sérieuse et je l’aime beaucoup. J’ai beaucoup apprécié

sa fin de course car elle a été capable de placer deux accélérations. Nous

avons pour idée de courir soit le Prix Cléopâtre, soit le Prix Saint-Alary. Le

Prix Pénélope est trop rapproché et elle ne va pas y prendre part. »

UNE

BONNE COURSE POUR L’AVENIR

Galikova

a couru deux fois, à 2ans. Elle a remporté le Prix de la Cascade (F) avant de

bien se comporter dans le "Marcel Boussac" (Gr1), terminant cinquième

après avoir attendu. Son expérience, acquise à 2ans, est donc assez moindre et

ce Prix Astronomie a été une bonne course pour elle. Elle a pu galoper dans le

sillage de sa leader et, après être sortie de son sillage, elle s’est montrée

très "professionnelle". C’est de bon augure pour la suite de sa

carrière, car, désormais, elle va pouvoir disputer les courses de son calibre,

celles de niveau Groupe. Enfin, on se gardera de toute comparaison avec sa

soeur. Chacune est unique et la

JDG

Rising star Goldikova (Anabaa) est déjà une légende. Ne plaçons pas ce lourd

fardeau de "la soeur de" sur les épaules de Galikova, qui n’est

d’ailleurs pas vraiment "taillée" comme son aînée, d'un point de vue

du physique.

DES

ENCOURAGEMENTS POUR SHARETA

Principale

opposition à Galikova, Shareta (Sinndar) s’est montrée à la hauteur. Elle forme

le jumelé gagnant avec la favorite, nettement détachée de la troisième, Nosail.

En quatrième position durant le parcours, elle a dû prononcer deux efforts : un

pour recoller à Galikova et l’autre pour l’attaquer. Mais Galikova n’avait

encore "rien fait" et Shareta n’a pu que la "pousser" pour

finir. Elle a toutefois montré un beau changement de jambes et cette 3ans,

encore maiden, est, à n’en pas douter, une pouliche de grande qualité. Son

jockey, Christophe Lemaire, était content d’elle et nous apprenait : « Elle a

de l’action et c’est une bonne rentrée. Elle a eu un beau passage et a bien

respiré. Mais quand je suis venu, Galikova est repartie... »

BORN

GOLD, UNE POULICHE QUI NE SIGNE PAS SES PRODUITS

Grâce

aux exploits de Goldikova, on connaît déjà le pedigree de Galikova, sa cadette

de trois ans. Gagnante à Jallais, Born Gold (Blushing Groom), leur mère, est

entré au haras en 1995 et, la concernant, Pierre-Yves Bureau nous avait raconté

: « Ce qui est amusant c'est que Born Gold ne signe jamais ses produits. À

chaque fois, ils "prennent" tout de leurs pères à l'image de

Goldikova qui a "pris" beaucoup d'Anabaa. Galikova est très signé

Sadler’s Wells. On avait choisi Galileo comme étalon car on sait que le sang de

Northern Dancer fonctionne bien avec Born Gold. Nous avions eu Gold Round et

Gold Sound, deux gagnants de Groupes, qui sont respectivement par Caerleon et

Green Tune. » Concernant l’avenir, on ajoutera que Born Gold n’a pas de 2ans,

qu’elle a ensuite donné naissance à un yearling par Anabaa - propre frère de

Goldikova donc- et qu’elle est retournée à Galileo en 2010.