Guinees de newmarket : les pedigrees

Autres informations / 06.05.2011

Guinees de newmarket : les pedigrees

Les

Guinées de Newmarket ont rendu leur verdict : Frankel (Galileo) est bien le

champion que l’on espérait, digne des meilleurs sangs irlandais, et Blue

Bunting (Dynaformer), dominatrice chez les femelles, met à l’honneur un croisement

américano-français qui n’est pas sans nous rappeler quelques bons souvenirs

(Natagora)…

FRANKEL

L’INVINCIBLE…

La

démonstration de Frankel dans les 2.000 Guinées (Gr1) était attendue. Certes,

on n’imaginait pas son échappée solitaire dès l’ouverture des stalles alors

qu’il disposait d’un leader, mais on se doutait qu’il serait difficile, voire

impossible, de le devancer. Avoir comme père l’exceptionnel Galileo et comme

grands-pères les deux étalons les plus influents d’Europe en date, à savoir

Sadler’s Wells et danehill, imposaient un standing dont Frankel s’est largement

montré digne. Tout a déjà été dit sur Galileo, de son pedigree exceptionnel à

la qualité de sa production en passant par la classe dont il fit preuve en

course. Le fait est qu’il marche dans les traces de son glorieux défunt père

Sadler’s Wells : avec six générations en âge de courir, Galileo a produit

dix-sept gagnants de Gr1, un score équivalent à celui de son père au même stade

de sa carrière. Certes, il a produit plus de deux fois plus de foals, mais il

n’y a qu’un gagnant des 2.000 Guinées par saison…Pour information, rappelons

que quatre fils de Galileo sont étalons en France : Soldier of Fortune,

Vendangeur, Gravity et Cima de Triomphe. Or ce dernier, un lauréat du Derby

Italiano (Gr1 à l’époque) qui effectue sa première saison de monte au Haras du

Thenney cette saison, est par Galileo et une fille de Danehill, croisement à

l’origine de Frankel, du top 2 ans Teofilo, du gagnant du Critérium

International (Gr1) Roderic O’Connor, et de l’espoir classique française Golden

Lilac ! De fait, tous sont inbred sur Northern Dancer (3 x 4), sur Natalma (4 x

5 x 5) et sur Buckpasser (5 x 5), un cocktail des plus efficaces ! Du côté

maternel (famille 1-k), Frankel est un fils de Kind, double gagnante de Listed

et placée de Gr3 sur 1.000 et 1.200 m, une aptitude de vitesse clairement

héritée de son père Danehill et dont Frankel semble imprégné. Pourtant, sa

deuxième mère Rainbow Lake (Rainbow Quest) s’est adjugée les Lancashire Oaks

(Gr3) sur la distance classique avant de produire le double gagnant de Gr1 sur

distances intermédiaires, Powerscourt, un fils de Sadler’s Wells qui s’est

également placé dans l’Irish St Leger (Gr1) sur 2.800 m. D’ailleurs, cette

parenté avec Powerscourt a très certainement conditionné le choix des premiers

fiancés de Kind. Son premier foal est un fils de Sadler’s Wells nommé Bullet

Train : poulain de classe mais doté d’un tempérament délicat, il s’adjugea les

Lingfield Derby Trial Stakes (Gr3) sur 2.300m l’an passé. Les deux suivants

sont par Galileo : le 3ans Frankel, et un 2ans répondant au nom prédestiné de

noble mission que nous bouillons d’impatience de voir à l’oeuvre vu qu’il

dispose déjà d’un engagement dans le Derby 2012 !!!

DUBAWI

GOLD, EN ECHO A MAKFI…

Dauphin

de Frankel dans ces 2.000 Guinées, Dubawi Gold présente un pedigree très

intéressant. Son père,  Dubawi, n’a

produit que 11 foals en âge de courir avec des filles de Green Desert, d’où

quatre black type dont Makfi (2000 Guinées, Prix Jacques Le Marois), Luck or

Design (ex Lucky nine, gagnant de Gr1 à Hong Kong), Zubbaya (gagnante de

Listed) et Dubawi Gold... Gageons que le carnet de bal de Dubawi devrait

rapidement s’enrichir de nombre de juments porteuses du sang de Green Desert.

BLUE

BUNTING, UNE SURPRISE ?

Du côté

des pouliches, Blue Bunting n’a pas fait de détails en s’imposant dans les

1.000 Guinées (Gr1), terminant plus fort que ses rivales sur une piste et une

distance supposées ne pas lui convenir, à la grande surprise de son entourage.

Pourtant, l’analyse de son pedigree ne lui interdit nullement les aptitudes de

vitesse dont elle a fait preuve ! Son père, Dynaformer, est par le gagnant de

Derby Roberto (dont nombre de descendants s’accommodent très bien de pistes

légères) et une lauréate de Gr1 sur 1.800m par His Majesty (un sang que l’on

retrouve d’ailleurs chez Frankel via la mère de Danehill). Solide performer,

polyvalent puisque titulaire de sept victoires en trente sorties dont deux Grs2

sur le dirt US et une en chrono record sur 2.400m turf, il est rapidement

devenu un étalon hors norme. Dynaformer impressionne avant tout par son

physique. Si vous avez la chance de visiter Three Chimneys Farm à Midway

(Kentucky) où il est stationné, vous le trouverez facilement : entrez dans le

barns des étalons, observez les portes à larges barreaux des boxes et arrêtez

vous devant la seule qui soit littéralement défoncée : Dynaformer est juste

derrière ! Nul doute qu’il vous toisera du haut de ses 26 printemps, et vous

impressionnera par sa taille, sa puissance, son coffre et sa présence… Un vrai

seigneur ! Mais il impressionne aussi par sa production : père de plus de cent

gagnants de Stakes, il enregistre avec Blue Bunting son vingtième gagnant de

Gr1 ! Parmi eux, citons le classique Barbaro (Kentucky Derby), le prometteur

3ans américain Brilliant Speed (Blue Grass Stakes), et les européens Américain

(Melbourne Cup), Lucarno (St Leger), Rainbow View (Fillies’ Mile, Matron

Stakes), White Moonstone (Fillies’ Mile) et Wiener Waltzer (Deutsches Derby,

Rheinland Pokal). Douze de ses vingt gagnants de Gr1 sont des femelles. Aucune

n’a jamais remporté un Gr1 sur plus de 2.000m, à l’inverse des mâles, souvent

plus tardifs et dotés de tenue. Ce constat pourrait expliquer pourquoi aucun

des vingt-deux étalons fils de Dynaformer n’a jamais produit quoi que ce soit

de notable, alors que ses filles comptent déjà quatre gagnants de Gr1 dans leur

production. Mais cette statistique fait aussi de Blue Bunting une pouliche plus

apte au parcours des "Guinées" qu’à celui des "Oaks"…Certes,

Miarixa, issue d‘une très belle famille française estampillée

"Lagardère" (4-n) et mère de Blue Bunting, est une propre soeur de

l’honnête stayer Mister Kick (placé des Prix Berteux et de Lutèce). Mais une de

ses soeurs utérines a produit le spécialiste des 1.400 m Sceptre Rouge (Prix

Herod) avec Red Ransom, un fils de Roberto comme Dynaformer… De plus, la

troisième mère de Blue Bunting, Mrs Annie, avait montré assez de speed pour

prendre une troisième place dans le Prix d’Arenberg (Gr3) sur 1.000m derrière

Sicyos à 2ans, en digne soeur utérine de la rapide Miss Satamixa, au mieux sur

1.200m avant de s’imposer dans le Prix Jacques Le Marois (Gr1) sur le mile…Miss

Satamixa et Miarixa sont des filles de Linamix, lequel conforte sa réputation

de père de mères en enregistrant avec Blue Bunting son septième gagnant de Gr1

en la matière, après Clodovil, Montmartre, Rosanara, Sageburg, Valixir, et une

autre lauréate des 1.000 Guinées, la glorieuse française Natagora. Or, cette

dernière descend en droite ligne du chef de race Hail to Reason tout comme Blue

Bunting !!! Cette analogie entre les pedigrees américano-français de ces deux

classiques n’est pas fortuite. En se limitant à la branche Roberto de la lignée

de Hail to Reason, les croisements obtenus avec des descendantes de Lyphard ont

généré les gagnants de Gr1 Sikeston (Lear Fan x Lyphard), Time Paradox (Brian’s

Time x Alzao), Reggane (Red Ransom x Alzao), Amorama (Sri Pekan x Alzao),

Robertico (Robellino x Dancing Brave) et Casual Look (Red Ransom x Manila) ! Le

pedigree de Blue Bunting, outcross à cinq générations libres comme nombre de

produits d’étalons améliorateurs (et Dynaformer est bien de ceux-là), présente

donc des garanties de vitesse qui la prédisposaient plutôt à bien se comporter

sur les 1.600 m du Rowley Mile de Newmarket. Aura-t-elle la tenue nécessaire

pour remporter les Oaks ? Réponse dans quelques semaines…