Quand les entraîneurs et la société des courses débattent…

Autres informations / 24.02.2012

Quand les entraîneurs et la société des courses débattent…

Mercredi

dernier, au cours d'une réunion de la fin du meeting azuréen, les entraîneurs

et les équipes dirigeantes de la SCCA (Société des courses de la Côte d’Azur)

se sont réunis, en compagnie de Dominique Boulard, pour établir un premier

bilan et pointer les changements à effectuer pour améliorer ce rendez-vous de

six semaines de courses.

INQUIETUDE

POUR LES BONNES COURSES DE 3ANS

Si le

nombre de partants par course est quasiment stable par rapport à 2011, la

baisse est sensible dans les courses à conditions (A, B ou D) réservées aux

3ans. L’inquiétude est de mise pour les Prix de la Californie et Policeman, en

sursis au niveau de leur rating. L’idée de créer un challenge, avec une

surprime pour les gagnants de Listed cagnoise parvenant à gagner un Groupe ensuite,

a été évoquée par différents entraîneurs.

 

 

PARIS,

PROVINCE, ETRANGER : SUR UN PIED D’EGALITE

Si l’on

décompose la provenance des chevaux ayant participé au meeting en trois

parties, la région parisienne (Chantilly et Maisons-Laffitte), les régions et

l’étranger, l’équilibre entre le nombre de partants et les gains totaux des

chevaux est parfaitement respecté. Chacun s’est donc trouvé à armes égales au

cours du meeting.

LES

AMELIORATIONS APPORTEES LORS DE CE MEETING

Thomas

Roucayrol, Directeur administratif de la SCCA, a rappelé les améliorations

apportées en termes d’infrastructures pour ce meeting. Il s’agit principalement

de l’installation d’une caméra pour juger les départs des 2.000m sur la

Polytrack, de la création de ronds de détente, de la rénovation du vestiaire

des jockeys.

L’OCCUPATION

DES BOXES, UN SUJET EPINEUX

Thomas

Roucayrol a aussi abordé le problème de l’occupation des boxes attribués lors

d’une commission, le plus justement possible. Il a souligné que cette

occupation se dégradait au fur et à mesure du meeting. L’an prochain, des

contrôles de l’identité des chevaux seront effectués plus régulièrement, et les

fraudeurs seront pénalisés lors de l’attribution pour l’année suivante.

Également, une procédure de contrôle des chevaux dans les camions, à leur

entrée comme à leur sortie, sera mise en place en 2013.

CE QUI

RESTE A FAIRE…

De

nombreux entraîneurs se sont plaints de la sécurité sur le site, aussi bien

lors du débarquement des chevaux que lors des entraînements. La création d’une

allée cavalière ralliant les différentes écuries aux pistes est prévue au

prochain budget, ainsi que des aires de débarquement. Des professionnels se

sont également plaints d’avoir trouvé des boxes sales à leur arrivée, ce qui,

outre le temps perdu alors que les chevaux attendent dans le camion, pose un

problème en matière de contamination éventuelle. Ces remarques ont été

enregistrées par les dirigeants de la société.