Retour sur la route des etalons 2012, christine dutertre : « bilan, reglages, regrets… »

Autres informations / 21.02.2012

Retour sur la route des etalons 2012, christine dutertre : « bilan, reglages, regrets… »

La

fondatrice de la Route des étalons tire un bilan de la troisième édition, qui a

eu lieu à la fin du mois de janvier.

JOUR DE

GALOP. – QUEL EST, FINALEMENT, LE BILAN CHIFFRE DE L’EDITION 2012 DE LA ROUTE

DES ETALONS ?

Christine

Dutertre. – Il se résume en trois chiffres : 29 haras ouverts, 95 étalons

présentés et 3.140 personnes recensées, en cumulant les visites dans tous les

haras [chaque haras a accueilli en moyenne entre 150 et 200 personnes, ndlr].

La proportion des visiteurs étrangers est estimée entre 15 et 20 %.

QUELLE

EST VOTRE IMPRESSION GENERALE ?

Côté

étalonniers, le concept semble définitivement admis en terme d’action

promotion/marketing pour les ventes de saillies. Côté participants, au-delà du

plaisir à sillonner la Normandie d’un haras à l’autre, on sent un réel intérêt

professionnel de voir ou revoir des étalons avant arrêter définitivement son ou

ses choix. L’initiative du département propriétaires de France Galop est

également intéressante : il est en effet très judicieux d’amener des nouveaux

propriétaires sur le terrain, à la source de la filière. C’est une initiative à

renouveler, même hors circuit Route des étalons.

EXISTE-T-IL

DES AMELIORATIONS A PREVOIR ?

Bien

sûr, il faut toujours se remettre en question ! L’année prochaine, nous

envisageons d’avancer d’une semaine la date. Il était un peu maladroit

vis-à-vis de nos amis trotteurs de tomber en même temps que le week-end du Prix

d’Amérique. Sur un plan commercial également, les éleveurs attendent parfois

cette date pour finaliser leurs croisements et la saison commence dès février.

Il serait également souhaitable que tous les haras acceptent d’ouvrir le samedi

et le dimanche. Cela pose évidemment des problèmes de personnel mais

faciliterait géographiquement la tournée des visiteurs.

ETES-VOUS

SATISFAITE DE VOS PARTENARIATS ?

Nous

avons été bien accompagnés par nos partenaires médias. Le Conseil régional nous

a apporté une contribution substantielle avec l’aide de Camille Vercken du

Syndicat des éleveurs. Enfin, la participation de la Breeders’s Cup,

représentée en France par Nicolas de Chambure, a été innovatrice et appréciée.

Juste quelques mots sur le F.R.B.C. : on entend parfois des interrogations sur

son action. Je peux vous dire que pour la "Route", Anne Delhom et

Capucine Houel ont été vraiment actives et opérationnelles. C’est souvent du

travail de l’ombre mais indispensable à la réussite d’un événement…

AVEZ-VOUS

DES REGRETS ?

Oui,

deux essentiellement. Le premier : celui de ne pouvoir faire la

"Route" moi-même, étant retenue au Mézeray. Mais j’imagine que c’est

le cas de tous les étalonniers… Le second est le plus important :

l’indifférence d’Arqana, l’agence nous demandant de payer 3.000 euros pour la

location du restaurant de l’établissement. Il était hors de question de payer

une telle somme pour notre soirée, alors que la "Route" est une

action complètement bénévole et volontairement sans frais pour les étalonniers.

Sans négociation possible, nous avons choisi un autre lieu. C’est dommage.