Prix d’indy (gr3) : le champion esmondo en patron

Autres informations / 19.03.2012

Prix d’indy (gr3) : le champion esmondo en patron

 « J’ai peur qu’Esmondo (Sholokhov) ne manque

d’une course, d’autant qu’il a bien profité de son hiver…» Guillaume Macaire

est mesuré avant la rentrée de son pensionnaire dans le Prix d’Indy (Gr3). Le

vainqueur du Prix Cambacérès (Gr1) doit se remettre en route et à le voir

enrobé au rond de présentation, on peut abonder dans le sens de son mentor.

Mais Esmondo est un champion, un vrai, et il sait répondre présent même

lorsqu’on ne l’attend pas. C’est ce qu’il a fait dimanche. Comme à son

habitude, il a attendu derrière les chevaux de tête, toujours avec des

ressources. Entre les deux dernières haies, il a donné l’impression d’être

"prenable". Ce n’était qu’une impression. Lorsque son jockey,

Bertrand Lestrade, lui a demandé de changer de vitesse, il s’est exécuté en

quelques foulées. « C’est un vrai régal ! », « Une machine ! », voilà ce que

l’on entendait au retour d’Esmondo dans l’enclosure du vainqueur. D’autant

qu’il se livre sans retenue depuis 2011. Son entraîneur nous a dit : « C’est

une victoire claire, nette et sans bavure. Il a très bien sauté et en face,

j’étais confiant. J’avais un peu peur avant la course car on a été obligé de

mettre les bouchées doubles à l’entraînement et ce n’est jamais bon de ne pas

doser les efforts, il vaut mieux les laisser venir dans leur rythme. » On a

donc la confirmation qu’Esmondo est le leader incontesté des hurdlers nés en

2008. C’est d’ailleurs également ce que pense son pilote, Bertrand Lestrade: «

C’est un cheval qui a vraiment deux vitesses, un grand champion qui domine ses

contemporains. Il saute vraiment bien et aime ce qu’il fait. » Rappelons que le

dernier cheval à avoir réussi le doublé

"Cambacérès"-"d’Indy" est Long Run (Cadoudal). C’était en

2009.

LA

GENERATION 2008, UN EXCELLENT CRU

Les

sauteurs nés en 2008 ne cessent de séduire en piste. Saint Palois (Saint des

Saints) a émerveillé dans le Prix Duc d’Anjou (Gr3), Esmondo en a fait de même

dans ce Gr3 et son dauphin dans le "Cambacérès", Blingless (Enrique),

a confirmé son talent. De même, il faudra revoir Land Baron (Lando), lauréat du

Prix Camille Duboscq (L), qui n’a pas fait sa course.

BLINGLESS

FAIT SA VALEUR

Déjà

dominé par Esmondo dans le Prix Cambacérès, Blingless n’a rien pu faire contre

le champion de l’association Bisson/Allard. Parti vite comme à son habitude, il

a animé la course à bonne allure, avant de ralentir dans le tournant d’Auteuil.

Dans la ligne droite, il n’a pu que voir passer Esmondo. Son mentor, Jehan

Bertran de Balanda, nous a confié : « L’arrivée est logique. Il répète mais n’a

pas de changement de vitesse, contrairement au vainqueur. On avait failli le

surprendre en novembre. Mais on ne peut pas faire cela plusieurs fois. » Catch

One (Smadoun) a réalisé une performance prometteuse en venant en pleine piste,

sans appui, pour aller chercher la troisième place, précédant Fubbs (King’s

Theatre), légèrement gênée par Blingless sur le plat. Et dans ce terrain, ce

genre de contretemps ne pardonne pas.

UNE

BELLE FAMILLE ALLEMANDE

Esmondo

a été acheté yearling 18.000 € aux ventes de Baden-Baden. Sa mère, Esmonda

(Mondrian), fille d’un gagnant de Derby allemand, est la soeur utérine du bon

Estejo (Johan Cruyff), vainqueur du Premio Roma (Gr1), et d’Estemona (Oxalagu),

double gagnante de Listed. Ermion (Surumu), la troisième mère, s’est classée

deuxième au niveau Listed et a conclu quatrième du Preis der Diana (Gr2).