Donnez-nous un etat du terrain precis ! par sven hanson, haras du vieux pont (elevage de pride, reliable man, etc.)

Autres informations / 29.04.2012

Donnez-nous un etat du terrain precis ! par sven hanson, haras du vieux pont (elevage de pride, reliable man, etc.)

J’ai lu

avec intérêt votre article sur l’usage de la cravache. C’est une question très

importante que Alain de Royer Dupré a soulevée, et j’espère que beaucoup de

personnes partagent son point de vue. L’autre chose importante pour les

entraîneurs, les propriétaires et les parieurs, concerne l’information sur

l’état du terrain. Avant, les hippodromes faisaient connaître l’état de leur

piste vers 10 heures du matin. Maintenant, il faut s’estimer heureux si on sait

que le terrain est bon, souple, etc., mais de façon très générale. En

Angleterre, vous pouvez aller consulter l’état des pistes sur Internet et les

plus grands hippodromes vont même jusqu’à donner les conditions du terrain sur

tous les endroits de la piste (cf. les graphiques de Turftrax). Turftrax est

une compagnie indépendante qui s’acquitte de ce devoir. Comme chaque

responsable de nos hippodromes fait arroser sa piste de façon différente, nous

n’avons aucune chance, en France, de connaître avec exactitude l’état du

terrain sur la piste tout entière. Par exemple, avant le week-end du dernier

"Arc", il n’avait pas plu, et chacun s’attendait à un terrain très

dur à Longchamp. Personne n’attendait une piste souple dans tout Paris et ses

environs, et c’est effectivement ce qui s’est passé à Longchamp… mais pas à

Maisons-Laffitte où, pour les courses du vendredi, le sol était vraiment souple

! Étonnant, surtout que très peu de gens en étaient informés : ni les

entraîneurs, ni les propriétaires (qui avaient potentiellement des chevaux

préférant le terrain souple) et sûrement pas plus les parieurs. Tout le monde

attendait logiquement une piste rapide, ce qui ne fut pas le cas. Ce problème

pourrait être résolu facilement avec du travail et de la créativité, qui

améliorerait considérablement la réputation de notre sport. Quelqu’un m’a dit

que France Galop se référait à quelque raison légale pour ne pas faire

connaître publiquement l’état des pistes, mais cela peut difficilement être

recevable. Suis-je le seul concerné ? Je ne vois rien dans les journaux, ni

n’entend rien à la télévision. Pour finir, les hippodromes parisiens sont très

utilisés. Ce qui veut dire que quelqu’un doit s’occuper du gazon et des

hippodromes de façon très prudente. Nous devons tous être conscients de

l’énorme développement du "management" des pistes dans le monde

entier.


 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.