Prix wild monarch (l) : sanouva, une nouvelle etoile emerge d’un lot de qualite

Autres informations / 11.05.2012

Prix wild monarch (l) : sanouva, une nouvelle etoile emerge d’un lot de qualite

Le Prix

Wild Monarch (L) a révélé quatre bonnes pouliches. La course s’est décantée

dans la ligne d’en face, et dans le dernier tournant, Nickie (Lost World),

Viviane Royale (Poliglote), Sainte Ecaline (Saint des Saints) et Sanouva

(Muhtathir) avaient fait le trou. Nickie, qui a durci l’épreuve en face, a

sûrement payé ses efforts à la fin, et la lutte s’est engagée entre Viviane

Royale et Sanouva. Très "bébé", la fille de ma royale (Garde Royale)

s’est alors mise à pencher sur sa gauche, alors que Sanouva restait bien en

ligne. Après avoir mis un peu de temps à enclencher, la fille de Dindounas

(Astarabad) a alors fait sûrement la différence, s’imposant en pouliche

d’avenir. Le style de son succès et son pedigree fait pour réussir à Auteuil

nous incitent à lui décerner une JDG Jumping Star. Jean-Paul Gallorini, qui

avait délégué pas moins de six représentantes, a analysé : « Il n’y a pas de

secret. Les trois premières présentaient les meilleures origines. En obstacle,

comme au trot, le "papier" est important ! La mienne est bonne, comme

celle de Marcel Rolland d’ailleurs. »

VIVIANE

ROYALE ENCORE TRES "BEBE"

Viviane

Royale effectue en effet des débuts très intéressants, d’autant qu’elle n’est

pas née pour être précoce, comme nous l’a confirmé Marcel Rolland : « Elle est

encore très verte, comme on l’a vu sur le plat, lorsqu’elle a dû lutter. Mais

elle n’est pas issue d’une souche précoce, et elle va être bien meilleure à

l’automne. Cela dit, elle est aussi battue par une bonne pouliche. » Enfin,

Nickie (Lost World), une descendante de Newness (Simply Great), qui s’est

retrouvée aux avant-postes dans la ligne d’en face, a également satisfait Philippe

Peltier, qui nous a déclaré : « La course a été régulière, mais s’est vraiment

décantée en face. David allait tellement facile qu’il a durci la course, ce qui

lui coûte peut-être un meilleur classement. Mais je ne suis pas déçu, la

pouliche se comporte bien et cela va faire un élément très intéressant. »

LA

PETITE HISTOIRE DE SANOUVA

Sanouva

défend les couleurs de Jean-Louis Berger, coéleveur de Rubi Ball (Network). Il

était présent à Auteuil pour assister aux débuts de sa pouliche, et nous a

raconté comment il en est devenu copropriétaire : « J’étais aux ventes de

Deauville, en décembre 2010, lorsque nous avions vendu Hygie, la mère de Rubi

Ball, et son foal. Nous avions regardé les yearlings qui se présentaient le

lendemain, et j’avais vu Jean-Paul Gallorini regarder une pouliche qui m’avait

aussi tapé dans l’oeil. Il m’a expliqué que c’était une fille de Dindounas, et

qu’elle était par Muhtathir, ce qui m’a encore plus séduit. Je lui ai donc

demandé d’essayer de me l’acheter le lendemain, mais Bartabas voulait déjà

l’acquérir. Puis, alors que nous étions sur la route du retour, avec un groupe

d’amis, Alexandrine, ma fille, m’a appelée pour me demander si nous étions

toujours intéressés. Nous sommes donc montés jusqu’à 22.000 € et nous l’avons

eue. Je me suis associé avec Patrick Joubert et Didier Berland, un éleveur qui

s’est installé il y a quelques années dans le Charolais Brionnais, sur des

terres où a été élevé un certain Huron, double lauréat de "Grand

Steeple". Ensuite, quand Nicolas de Lageneste a appris que nous avions

acheté la pouliche, il a souhaité s’associer avec nous. Enfin, concernant son

nom, nous y avons réfléchi quand nous étions dans la voiture, et au bout de

plus de 200 km, l’un de nous a dit “Ça nous va !” et nous avons donc choisi ce

nom-là ! La pouliche est allée au pré chez nous, puis elle est partie au

débourrage et préentraînement à Saint-Voir. Elle a tout de suite montré sa

qualité. » Elevée par Hubert Honoré au haras d’Omméel, Sanouva est donc une

fille de la bonne Dindounas, lauréate du Prix de Pépinvast (Gr3) pour

l’entraînement de Jean-Paul Gallorini. Après Sanouva, elle a un 2ans par Dream

Well, et un yearling par Nickname.