Retour sur la poule d’essai des pouliches (gr1) : quand daniel wildenstein achetait une vieille jument vide…

Autres informations / 15.05.2012

Retour sur la poule d’essai des pouliches (gr1) : quand daniel wildenstein achetait une vieille jument vide…

L’histoire

de Beauty Parlour (Deep Impact) sous la casaque Wildenstein commence à

l’aéroport de New York, un jour de 1998. Frédéric Sauque, conseiller de la

famille, attend son avion pour Paris quand on lui propose une poulinière nommée

Bénédiction (Day Is Done). Il étudie rapidement le dossier. La jument est âgée

de 13ans et elle est vide. Mais quelque chose retient l’attention du courtier :

à ses débuts au haras, elle a produit un des meilleurs chevaux de l’histoire

des courses australiennes, Might and Power (Zabeel)– multiple gagnant de Gr1

dont le Melbourne Cup…Le champion, né en 1993, était son troisième produit. Son

contact lui demande 840.000 $ pour Bénédiction. Une vraie somme. À sa descente

d’avion, Frédéric Sauque décide de ne pas rentrer directement à Chantilly. Il

se rend immédiatement à Paris, au bureau de Daniel Wildenstein, car il sait que

le profil va l’intéresser. « Monsieur Wildenstein avait développé une théorie,

basée sur son expérience : si une poulinière a produit un très bon cheval parmi

ses trois premiers produits, elle a toutes les chances de donner à nouveau

naissance à un très bon cheval au cours de ses trois dernières années.

Bénédiction correspondait à ce schéma… » Effectivement, Daniel Wildenstein

regarde le dossier avec intérêt. Frédéric Sauque connaît bien son propriétaire

: il sait qu’à chaque fois qu’on lui propose un cheval, il demande une nuit de

réflexion. C’est pourquoi, lorsque Daniel Wildenstein lui propose d’en reparler

dès le lendemain, le courtier répond du tac au tac : « Oui Monsieur, comme

d’habitude. » Le propriétaire feint de s’en étonner : « Comment ça, comme

d’habitude ? Eh bien tenez, je vous donne mon accord immédiatement ! Achetez-la

tout de suite. » « Je me suis jeté sur mon téléphone et l’affaire a été faite

», sourit Frédéric Sauque en y repensant…Daniel Wildenstein a fait le bon choix

car Bénédiction a effectivement bien produit pour finir, donnant notamment

Buenos Aires (Rainbow Quest), placée de Listed et mère du gagnant de Listed

Buenos Dias (Peintre Célèbre), et Bastet (Giant’s Causeway), deux fois menée à

Deep Impact pour faire Beauty Parlour (Poule d’Essai des Pouliches, Gr1,

édition 2012) et Barocci (Omnium II, Listed).

BEAUTY

PARLOUR EN ROUTE VERS LE "DIANE"

Brillante

lauréate de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), Beauty Parlour (Deep Impact)

est bien rentrée de sa course, comme nous l’a confié son entraîneur Elie

Lellouche. Interrogé au sujet d’une éventuelle participation au Prix du Jockey

Club (Gr1), il nous a indiqué : « Il n’est pas question de Jockey-Club pour

Beauty Parlour. Comme je l’ai déjà précisé, son objectif sera bien le Prix de

Diane. D’autant qu’elle n’est pas engagée dans le Gr1 du 3 juin. »