Grand prix de compiegne, 6e etape du defi du galop (l) : pink gin relance la chasse au "defi

Autres informations / 27.06.2012

Grand prix de compiegne, 6e etape du defi du galop (l) : pink gin relance la chasse au "defi

L’étape

très européenne du Défi du Galop, dans le Grand Prix de Compiègne (L), est

revenue à Pink Gin (Kouroun). Il a gagné toute la course et quand Antoine

Hamelin a ouvert les mains, le sort de ses adversaires a été plié. Ce succès

relance la chasse à la prime du Défi du Galop. Avec cette victoire, Pink Gin se

place en embuscade derrière Aizavoski (Monsun), tenant du titre de ce challenge

européen et actuellement en tête de l’édition 2012. Le Grand Prix de Vichy

(Gr3), qui sera la prochaine et septième étape du "Défi", pourrait

bien en être le tournant, car ce sera la prochaine cible de Pink Gin et il

pourrait, pourquoi pas, y retrouver Aizavoski. L’Allemagne était représentée

dans cette étape par Navarra Queen (Singspiel), dont la présence prouve

l’attrait des étapes du Défi du Galop. Gagnante de Gr3 en Italie et placée du

Prix de Diane allemand, elle se classe deuxième. Représentant du Gestu¨t

Ammerland, Crispin de Moubray nous a expliqué, concernant sa performance : « Le

but était de la monter près des chevaux de tête. Ce fut le cas mais il y a eu

deux pelotons. Quand ils se sont rassemblés dans le tournant final, elle s’est

retrouvée en septième position. Elle a fourni un bon effort dans la phase

finale, mais un terrain plus rapide lui aurait été plus profitable. À Milan,

elle a battu le record de la piste sur 2.000m en bon terrain. »

LES

BONNES OPTIONS

Cinquième

de l’étape du "Défi" de Bordeaux, où il avait bien couru, Pink Gin a

cette fois été monté plus près. Cela a joué car il était difficile de revenir,

et, comme l’expliquait Antoine Hamelin : « C’est un cheval qui aime bien se

faire emmener. Là, il a pu avoir une bonne course, même s’il s’est montré un

peu brillant en début de parcours. »

UNE

VICTOIRE FAMILIALE

Pink Gin

a toujours été un bon cheval, qui avait donné des espoirs en début de carrière,

quand il était chez Jean-Marie Béguigné. Désormais dans le Forez, chez l’homme

en forme de cette saison 2012, Jean-Pierre Gauvin – lauréat du "Jockey

Club" – Pink Gin montre le potentiel qui était le sien en début de

carrière après des ennuis de santé. Il défend la casaque Bagnenault de

Puchesse, bien connue dans le Centre-Est où cette famille s’est beaucoup

investie dans les sociétés de course. Après l'épreuve, Renaud Bagnenault de

Puchesse nous a raconté : « C’est une victoire familiale. Notre casaque

appartenait déjà à notre grand-père et, aujourd’hui, nous sommes trois frères

et soeurs à faire courir sous ces couleurs. Pink Gin a été élevé en Normandie,

comme la quasi-totalité de nos élèves. C’est un cheval qui a connu des ennuis

de pieds. Là, il revient très bien et notre idée est de courir avec lui le

Grand Prix de Vichy. »

LE PREMIER

PRODUIT DE PINK CLOUD

Pink Gin

a été élevé par ses propriétaires, éleveurs sans sol, qui avaient fait

l’acquisition de Pink Cloud (Octagonal), sa mère, aux ventes d’août de

Deauville. Pink Gin a été son premier produit et donc son premier gagnant. Pink

Cloud est aussi la mère de Pink Anabella (Anabaa), lauréate d’un maiden à Lyon,

à 2ans, en 2011. Pink Cloud était une bonne jument, dure à l’effort, qui a

gagné deux Quintés avant de se placer à deux reprises au niveau Listed. Elle

est une fille de Belle du Brésil (Akarad), une jument qui a, elle aussi, joué

un rôle intéressant au niveau Listed. Belle du Brésil est à l’origine de

Floresta (Kaldoun), une jument qui a remporté le Prix Zeddaan (L) sous les

couleurs de notre confrère Gilles Barbarin. Sa propre soeur, Tambura, est,

elle, la mère de la bonne Verba (Anabaa), lauréate du Prix Altipan (L),

multiple placée de Groupe, et de Welcome Millenium (Kendor), qui s’est classée

quatrième de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1).

 


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.