Vichy, grand prix de vichy-auvergne - 7e etape du defi du galop (gr3)

Autres informations / 19.07.2012

Vichy, grand prix de vichy-auvergne - 7e etape du defi du galop (gr3)

: UN

CHEVAL "D’ARC" REMPORTE LE DEFI DU GALOP A VICHY

Attendu

par tout Vichy, No Risk at All (My Risk) n’a pas déçu dans le Grand Prix de

Vichy (Gr3), support de la 7e étape du Défi du Galop. Après avoir

patienté, le pensionnaire de Jean-Paul Gallorini a passé l’opposition en revue

dans les trois cents derniers mètres, à l’extérieur. Dans la longue ligne

droite de l’hippodrome de Vichy, il y a eu No Risk at All et les autres.

C’est-à-dire un cheval qui, comme Cirrus des Aigles (Even Top), lauréat en

2011, vaut plus qu’un Gr3. L’entourage du gagnant 2012 du Grand Prix de

Vichy-Auvergne a de grands objectifs. Le cheval va être préparé pour le

prochain Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Les principaux opposants au

favori No Risk at All, Pink Gin (Kouroun) et Aizavoski (Monsun), n'ont pu se

montrer menaçants: Pink Gin a galopé très tendu tandis qu'Aizavoski n’a jamais

pu "challenger" le lauréat après avoir attendu. Les places sur le

podium sont revenues à Ok Coral (Timboroa), qui réalise une superbe valeur à ce

niveau, et Don Bosco (Barathea), toujours aussi régulier dans les étapes du

"Défi". Cinquième, Aizavoski ne marque qu’un point. Ce qui relance un

peu la course au Défi du Galop, car il n’a pas fait "l’écart" dans

cette étape vichyssoise.

PASSÉ,

PRÉSENT ET FUTUR DE NO RISK AT ALL AVEC JEAN-PAUL GALLORINI

Très

sollicité après sa victoire, Jean-Paul Gallorini nous a raconté l’histoire de

No Risk at All. Celle d’hier et celle qu’il veut écrire avec son cheval dans

les mois à venir.

JOUR DE

GALOP. – POURQUOI ETRE VENU COURIR LE GRAND PRIX DE VICHY ?

Jean-Paul

Gallorini. –Les conseilleurs ne sont pas les payeurs ! Tout le monde me

demandait pourquoi je venais courir ici. Mais moi, je suis venu sans pression

avec No Risk at All et on voulait voir ce qui allait se passer. J’ai beaucoup

de bons souvenirs ici. Je me souviens encore des casaques classiques qui

venaient gagner le Grand Prix de Vichy… Cela me faisait plaisir de gagner ici.

Et ce soir, j’ai aussi une pensée particulière pour Bernard Ferrand, qui a

réussi à sortir Vichy de ses cendres.

POUR

PARLER D’AVENIR, QUEL SERA CELUI DE NO RISK AT ALL ?

J’envisage

de lui faire courir le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Auparavant, il va

disputer le Prix Foy. Il ne se rendra donc pas à Deauville. Nous allons éviter

les combats avant le grand combat. J’ai eu des demandes pour le faire courir en

Angleterre et tout le monde me demandait de l'engager dans le Grand Prix de

Saint-Cloud. Je n’ai pas voulu. D'ailleurs, il n’y était pas engagé. C’est

"l’Arc" que je veux courir avec No Risk at All.

POUR

VOUS, NO RISK AT ALL EST-IL UN CHEVAL DE GR1 ?

Oui, je

le pense. Quand il a couru le Prix d’Ispahan, on ne voulait pas vraiment qu’il

aille au combat face à des chevaux de grande valeur. Vous savez, moi je

travaille simplement avec des "chevaux de boucherie" ! Dans

"l’Ispahan", je voulais simplement "voir" quelque chose,

qu’il nous montre sa capacité à changer de vitesse à ce niveau. Le cheval a

très bien couru, alors qu’il a dû aller à gauche, puis à droite, et encore à

gauche et à droite dans la ligne droite. Si la course s’était prolongée, il

aurait disputé la victoire. Voilà ce que m’a dit Ioritz [Mendizabal, son

jockey, ndlc] en descendant de cheval. Il m’a aussi dit que No Risk at All

avait le niveau d’un cheval de Gr1.

ET

2.400M ? CETTE DISTANCE NE VOUS FAIT PAS PEUR ?

Les bons

chevaux sont capables de gagner sur 1.400m à 2ans et sur 2.400m à 3ans. No Risk

at All n’aura aucun mal à bien faire cette distance. Il a les performances et

la qualité pour aller sur "l’Arc".

ET COTE

PEDIGREE ?

Il l’a

aussi ! Il faut arrêter, en France, de mettre les hommes et les chevaux dans

des cases. No Risk at All n’aurait pas le droit de courir "l’Arc"

sous prétexte que sa famille est lauréate en obstacle ? Et en ce qui me

concerne, ce serait pareil ? Avoir gagné "Grand Steeple" supprimerait

le droit de gagner un Gr1 en plat ? Tout cela est idiot. Mais si je reviens sur

son pedigree, c’est une longue histoire…

LAQUELLE

?

Ah…Tout

remonte à Neoménie, la deuxième mère de No Risk at All. Elle devait aller à la

boucherie,

mais

j’ai demandé à Monsieur Wildenstein qu’on l’essaie quand même. Il ne voulait

pas qu’elle coure sous ses couleurs, car elle était assez moche. Elle avait un

gros ventre et des oreilles d’âne ! (rires) Quand elle a débuté à Dieppe, elle

a fini sixième. On l’avait courue pour se faire une idée et son jockey, Denis

Leblond, m’a dit en descendant de cheval que c’était une championne. Elle a

fait une belle carrière, et finalement, au haras, elle n’a donné que des bons

chevaux.

MAIS

POURQUOI A-T-ON AUSSI PEU VU SES PRODUITS EN PLAT, JUSQU’A NO RISK AT ALL ?

Parce

que je n’avais pas le droit de les courir ! Quand je gagnais une bonne course

en plat avec un bon cheval de cette famille, Monsieur Wildenstein voulait

l’envoyer chez un autre entraîneur. Alors, en accord avec lui, je les ai courus

en obstacle pour continuer à les entraîner.

MAINTENANT,

NO RISK AT ALL EST A VOUS, VOUS ETES DONC LE CHEF A BORD…

Oui,

mais cela a été compliqué. D’abord, il a eu une fêlure à un canon. Puis,

pendant plusieurs mois, le cheval n’a pas eu le droit de courir à cause des

difficultés liées à la succession de Sylvia Wildenstein.  Au fond, je me demande si cela n’a pas été un

mal pour un bien, car cela lui a laissé le temps pour se soigner. Aujourd’hui,

le cheval m’appartient et je vais courir "l’Arc" car No Risk at All a

sa chance à défendre.

UN FILS

DE LA GRANDE NEWNESS

Élevé

par Sylvia Wildenstein, le français No Risk at All est un fils de l’excellente

poulinière Newness (Simply Great), dont un autre fils, Nom de d’La (Lost

World), est lauréat notamment de la Grande Course de Haies de Lyon. C’est aussi

un fils de l’étalon français My Risk. Newness n’a jamais couru en plat, mais a

été la meilleure pouliche de sa génération en obstacle. Elle a remporté le Prix

Orcada (Gr3) et a pris la troisième place du Prix Maurice Gillois (Gr1).

Newness est notamment la mère de N’avoue Jamais (Marignan), lauréate du Prix

Alain du Breil (Gr1), Nom d’une Pipe (Linamix), double gagnant de Gr3 sur les

haies d’Auteuil et huit fois placé de Groupe, Nickname (Lost World), auteur du

doublé Prix Alain du Breil-Prix Renaud du Vivier (Grs1) et vainqueur de

quatorze Groupes au total. New Saga a été son premier produit de valeur en plat

avant qu’elle ne débute en obstacle dans le Prix Achille Fould (L - 2e). Après

No Risk at All, Newness a donné Not Lost (Lost World), une propre soeur de

Nickname. Deuxième mère de No Risk at All, Neomenie (Rheffic) a gagné à

Auteuil, deux fois sur les "balais" et deux fois sur le steeple. Elle

a produit Nil Bleu, gagnant du Prix Berteux (Gr3) avant une honnête carrière

sur les obstacles.

DON

BOSCO VA CONTINUER DANS LE "DÉFI"

Très

régulier dans les étapes du Défi du Galop, Don Bosco a une nouvelle fois été

dans le coup. Il s’est classé troisième et David Smaga, son entraîneur, nous a

expliqué: « Le cheval court très bien, mais il s'est déferré au moment où il

allait le mieux, à mi-ligne droite. Il aime aller devant comme cela. Il va poursuivre

ce challenge,  et disputera donc l'étape

de Clairefontaine. »

PHILIPPE

BOUCHARA :« BEAUCOUP D’HIPPODROMES AIMERAIENT ACCUEILLIR CIRRUS DES AIGLES OU

NO RISK AT ALL »

À la fin

de la réunion de courses, le président de la Société de courses de Vichy-Auvergne,

Philippe Bouchara, était sous le charme de la ligne droite de No Risk at All :

« Les personnes très nombreuses présentes ce soir sur l’hippodrome ont vu un

champion en piste. C’est une chance pour nous que son entraîneur ait

l’intention de courir "l’Arc". Tout Vichy sera derrière lui le 7

octobre à Longchamp. Sa victoire de ce soir est vraiment une belle récompense

aussi pour tous les bénévoles qui s’investissent tout au long de l’année à la

Société. (…) Le Grand Prix de Vichy a toujours été une épreuve très appréciée

des professionnels. D’ailleurs, Jean-Paul Gallorini a confié après sa victoire

que le côté émotionnel et ses souvenirs sur les bords de l’Allier avaient pesé

dans son choix de venir courir ici. (…) Depuis des années, Vichy ne cesse de progresser

sur le plan sportif et nos deux derniers vainqueurs de Grand Prix le prouvent :

Cirrus des Aigles et No Risk at All sont deux chevaux que beaucoup

d’hippodromes, dans le monde, souhaiteraient accueillir un jour. Vichy l’a fait

en 2011 et 2012. J’espère que cette belle série va se poursuivre dans les

années qui viennent, et que ces deux chevaux de Gr1 prouveront à tous les

entraîneurs que l’on peut venir courir sans crainte un champion à Vichy.

OK CORAL

REHAUSSE SA VALEUR

Lauréat

l’an dernier d’une course pour cavalières sur cette piste, Ok Coral a fourni

une très belle valeur en prenant la deuxième place. Ce pensionnaire de Keven

Borgel courait pour la première fois au niveau Groupe, lui qui avait gagné le

Grand Handicap de Marseille en étant monté dans le groupe de tête. Mercredi, il

a attendu et est venu régler la course du peloton. Il a fait plaisir à son

entourage et son entraîneur nous a dit : « Cela fait trois mois que je disais

vouloir courir ici. J’attendais du terrain très souple, comme il y en a ici

depuis dix ans pour cette course, mais il n’est pas venu ! Ok Coral fournit une

superbe valeur. Il se peut qu’il continue dans le Défi du Galop. On va essayer

de lui faire courir les Listeds en province, en cherchant le terrain souple. »