Escale espagnole a san sebastian

Autres informations / 15.08.2012

Escale espagnole a san sebastian

Vice-président

de l’hippodrome de San Sebastian, Jérôme Carrus nous a accordé une interview à

la veille de l’étape espagnole du Défi du Galop, qui aura lieu dans la Copa de

Oro (A) sur la piste de Lasarte.

JDG. –

QUEL REGARD PORTEZ-VOUS SUR LA DIXIEME ETAPE DU DEFI DU GALOP ?

Jérôme

Carrus. – Nous avons une très belle étape avec deux chevaux français, Esles

(Motivator) et High Jo (High Chaparral), sans compter des concurrents espagnols

qui ont couru les grands prix. On a vraiment un très bon lot, qui devrait

évoluer sur une piste bonne, même si des orages sont prévus. Et l’ambiance sera

excellente, à l'image de chaque 15 août à Deauville. La venue de chevaux

tricolores permettra peut-être de faire taire les rumeurs au sujet du dopage.

D’autant que nous sommes soumis au contrôle de France Galop et les chevaux sont

contrôlés aussi bien à l’entraînement que sur les hippodromes. Le dopage est

donc un mauvais procès pour nos épreuves.

PLUS

GENERALEMENT, QUE VOUS A APPORTE L’ARRIVEE DU "DEFI" ?

Cela

nous a permis d’augmenter notre rating, comme pour toutes les courses du

"Défi". Nous tournons aujourd’hui à un rating de 108/110 pour la Copa

de Oro [Coupe d'Or, ndlr]. D’ailleurs, chaque année, notre rating augmente

d’environ trois ou quatre points. On déplace également les caravanes du

"Défi" et les hippodromes comme ceux de Bordeaux ou Toulouse nous

font une belle publicité. Par ailleurs, plusieurs présidents de sociétés de

courses effectueront le déplacement pour l’étape de San Sebastian.

DEPUIS

L’AN DERNIER, SAN SEBASTIAN ORGANISE DES REUNIONS PMU. QUELS SONT LES PREMIERS

ENSEIGNEMENTS A TIRER DES ENJEUX SUR CES COMPETITIONS ?

En 2011,

nous avons eu quatre réunions PMU pour vingt-quatre courses. Cette année, nous

en avons sept pour quarante-deux courses, preuve que France Galop a dû juger

que la moyenne des enjeux était bonne. La condition pour avoir plus de réunions

cette année a été de déplacer les compétitions du dimanche au lundi. Le public

espagnol a suivi ce changement. Pour la Copa de Oro, nous effectuons de bons scores

en tenant compte du fait qu’elle se dispute un jour férié. En 2011, nous avons

par exemple enregistré 1.400.000 € d’enjeux sur la Copa de Oro. San Sebastian

est un bon hippodrome étranger. Il y a souvent des chevaux français ou ayant

couru dans le Sud-Ouest qui se déplacent [environ 65 % des partants ont déjà

couru en France].

AU

REGARD DES BONS RESULTATS, ALLEZ-VOUS AUGMENTER LES ALLOCATIONS A SAN SEBASTIAN

?

Étant

donné que l’hippodrome a été privatisé il y a sept ans, nous avons obligation,

dans nos accords, d’assurer un minimum d’allocations et d’offrir une

augmentation de celles-ci. Mais nous avons créé une réunion supplémentaire en

septembre, tout en gardant le même niveau d’allocations pour toutes les

courses. Nous avons également plus de courses pour les jeunes chevaux.

SAN

SEBASTIAN EN CHIFFRES

13

réunions dont sept PMU en 2012 - 200.000 € d’enjeux en moyenne cette année -

Piste de 1.600m de tour