Haras de la louviere

Autres informations / 20.10.2012

Haras de la louviere

Pour les

ventes de yearlings d’octobre Arqana, Jour de Galop a repris son tour des

haras. Notre première étape passe par le haras de la Louvière.

Dans

l’Orne, au milieu d’une forêt de chênes et de sapins, se dresse le haras de la

Louvière, l’un des élevages de référence de l’élevage français, qui compte

aussi parmi les plus importants consignataires à Deauville. C’est ici que Lady

O’Reilly a bâti un élevage et, depuis près de dix-huit ans, Marc Violette en

assure le bon fonctionnement. « Il y a des chevaux à la Louvière depuis 1968,

précise le directeur du haras, en commençant par des trotteurs, la passion

originelle de la famille Goulandris. Lady O’Reilly a repris le flambeau en 1978

pour y développer un élevage de pur-sang. » Le haras de la Louvière est un

haras quasiment privé. Il y a d’ailleurs très peu de transit de chevaux

extérieurs au haras, une sorte de protectionnisme qui « simplifie beaucoup les

choses d’un point de vu sanitaire », explique Marc Violette. La vocation du

haras est à la fois commerciale et sportive ; « Pendant longtemps le haras ne

présentait que les yearlings mâles et peu de femelles. Plus récemment et selon

les années, un certain nombre de pouliches étaient vendues. Notamment, Latice,

Célimène, Believe Me, Brazileira. Cette année, avec un grand nombre de femelles

et peu de mâles, tous les yearlings sont inscrits à la vente. Le haras de la

Louvière, c’est deux cents hectares de pâtures d’un seul tenant, une centaine

de boxes sur quatre cours différentes et des parcelles de terrain comprises

entre un demi et neuf hectares. Environ soixante poulinières stationnent au

haras, pour une cinquantaine de poulinages chaque année. De nombreux champions

sont nés au haras de La Louvière, à l’image du gagnant d’"Arc"

Helissio ou des classiques Latice, lawman, Silver Frost et Bluemamba. Cette

année, La Louvière propose quatorze lots dont l’un des trois produits de la

vente par Galileo, le lot 3, une fille de la gagnante de Listed Hideaway,

proche parente de High Rock (Rock of Gibraltar) et de Silver Frost (Verglas). «

Cette pouliche aurait pu passer à la vacation d’août, mais elle n’était pas

prête pour cette vente, elle est assez tardive. » Les élèves de La Louvière ont

tous en commun des origines exceptionnelles et suivent tous la même routine

pour se préparer aux ventes. « Nous les marchons en main dans un pré légèrement

accentué et en forêt, ce qui a tendance à agir sur leur moral. Ils sont longés

et se présentent dans la grande cour. La préparation est très naturelle, avec

pour seul objectif de faire des chevaux de course. » Le choix des croisements

est judicieusement étudié et ce ne sont pas toujours les étalons les plus

commerciaux qui sont présentés aux juments du haras. « Parmi notre lot de

yearlings, il y a un poulain qui aurait pu être sélectionné sur son physique

pour les ventes d’août. Il s’agit d’un fils de Dr Fong, qui est un très beau

produit. »