Hommage a abeth mussat

Autres informations / 28.10.2012

Hommage a abeth mussat

GERARD

NICOL, PRESIDENT DE L’APGO : « LE SOUVENIR D’UNE FEMME DYNAMIQUE »

Un grand

merci à Jour de Galop de nous ouvrir ses colonnes à la suite de la disparition

de notre amie Abeth Mussat. J’ai eu le grand avantage, depuis plus de dix ans,

en tant que Président de l’APGO, de pouvoir rencontrer et travailler avec Abeth

Mussat. Lorsque Raymond Clétienne m’a passé le témoin de l’APGO, j’ai proposé à

Abeth de poursuivre sa fonction de vice-présidente de notre association, et

aussitôt elle a accepté avec enthousiasme, ce qui la caractérisait. Bien

évidemment, j’en ai été fort honoré. Chaque fois qu’elle le pouvait, elle

participait à nos réunions et à nos manifestations et elle nous communiquait sa

joie de vivre, éclairée par son merveilleux sourire. Nos longues communications

téléphoniques sur le thème du cheval étaient un régal. Je me souviendrai avec

émotion de cette réunion de juin dernier, à La Cochère, au cours de laquelle

nous avons évoqué puis décidé des actions à mener dans le cadre de l’APGO

Basse-Normandie et du dîner qui a suivi, en présence de son mari, Patrick.

C’est à lui, à ses enfants et petits-enfants que je pense aujourd’hui. Abeth

Mussat nous manquera, mais nous garderons d’elle le souvenir d’une femme dynamique,

passionnée, et pour laquelle l’amitié n’était pas un vain mot.

NATHALIE

BOZO : « UNE ETERNELLE ADOLESCENTE »

Nous

avons tous été très affectés par la disparition si brutale d’Abeth. Son sourire

et sa gentillesse nous manqueront énormément. Ce qui me frappe aujourd’hui,

c’est la réaction des jeunes, mes enfants, et toute cette génération qui nous

pousse et qui considéraient Abeth comme une des leurs, une amie avec laquelle

ils avaient toujours du plaisir à passer un moment, et c’est ce qui restera d’elle,

une éternelle adolescente qui parcourait les hippodromes et les déjeuners sur

l’herbe au milieu de la jeunesse.

FABRICE

BESNOUIN : « C'ETAIT TOUJOURS UN PLAISIR DE SE VOIR »

Je

connaissais Mme Mussat depuis mon enfance, habitant la même commune. Nous

avions aussi en commun d'avoir nos pères vétérinaires équins. Au fil des années

de notre collaboration avec Limnos, nous avions tissé des liens d'amitié

sincère, ayant vécu de vrais moments de complicité, de joie et de peine,

empreints d'un profond respect réciproque. Son sens aigu de la physiologie du

cheval et sa passion pleine et entière resteront une grande chance pour ceux

qui l’auront partagée avec elle. Car, partagée avec Mme Mussat, cette passion

c'était vivre, savoir vivre, autant que d'apprendre ce qu'aimer les chevaux

implique. On ne pouvait pas s’ennuyer avec elle, toujours là pour relancer une

discussion, égayer d'un éclat de rire ou d'un sourire une tension. Abeth avait

cette faculté délicieuse de pouvoir allier la fantaisie et l'humour à une intelligence

et une perspicacité aiguës. En toute simplicité, par une attitude parfois

fantasque, elle ramenait de la sincérité face à des comportements trop sérieux

pour en dévoiler l’honnêteté. C'était toujours un plaisir de se voir, et j'ai

eu cette chance à de nombreuses reprises. Elle connaissait toute la gratitude

que j'avais pour elle de m'avoir confié son étalon et sa confiance. Sa

compagnie nous manque, celle d'une grande dame.