Solémia, d’une 3ans sympa à une lauréate d’“arc”

Autres informations / 10.10.2012

Solémia, d’une 3ans sympa à une lauréate d’“arc”

Nous

avons retracé la carrière de Sol®¶mia (Poliglote), de ses débuts à 2ans dans le

Prix de la Chapelle (F) à son succès dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe

(Gr1). Un parcours tout en progression d’une pouliche qui s’est vraiment

révélée à 4ans, sans avoir été très heureuse lors de ses tentatives dans les

Groupes, ni avoir été épargnée par les ennuis de santé à 3ans…

Solémia

n’a débuté qu’au mois d’octobre de ses 2ans, dans le Prix de la Chapelle (F), sur

1.800m. Une date et une distance qui trahissent à la fois la tenue de la

pouliche, et le fait qu’elle n’était pas précoce. Solémia se classa sixième,

sans avoir vraiment compris ce qu’on lui demandait, juste devant Pirika

(Monsun) et dans un lot qui allait révéler des futurs éléments de Groupe, comme

Epic Love (Dansili), deuxième de cette course puis gagnante du Prix Vanteaux

(Gr3) et deuxième du Prix Saint-Alary (Gr1).

SIX

LONGUEURS SUR LA LIGNE DROITE DE MAISONS-LAFFITTE

Dès sa

sortie suivante, Solémia ouvre son palmarès, sans faire de détail, dominant de

six longueurs le Prix Aquatinte II (B), sur les 1.800m de la ligne droite de

Maisons-Laffitte, en terrain pénible et avec une arrivée jugée au troisième

poteau. Solémia – qui avait été supplémentée pour participer à cette course –

et Olivier Peslier ont toujours eu l’avantage, même s’il y a eu un moment de

flottement au passage du second poteau, quand Olivier Peslier a repris sa

partenaire. Mais Solémia replace ensuite un autre démarrage qui lui permet de

pulvériser l’opposition. On se souvient aussi qu’Olivier Peslier avait

sollicité la pouliche à droite, pour l’obliger à rester calée contre le rail,

mais Solémia n’avait pas voulu obéir, dévoilant un certain caractère, comme ses

frères… Carlos Laffon-Parias nous avait confié : « Quand on supplémente, on a

toujours un peu plus de pression. Au départ, je ne pensais pas la courir. Mais

j’avais fait le "papier" et comme je pense avoir une bonne pouliche,

je me disais que si j’avais raison, elle pourrait s’imposer. De plus, elle

était vraiment en bonne forme depuis sa course de début. Elle gagne bien tout

en ayant démarré un peu tôt. Olivier l’a reprise un moment et elle a su

repartir. Le terrain ne l’a pas dérangée et elle le fait avec la manière. Il

faut maintenant espérer qu’elle passe un bon hiver pour devenir une bonne 3ans.

Cependant, nous n'avons pas choisi la facilité en lui faisant gagner une

"B", ce qui ferme plusieurs engagements. Mais je pense qu’elle a la

qualité nécessaire pour monter de catégorie.» Solémia ne sera pas revue en

piste à 2ans.

MISE EN

ROUTE DIFFICILE À 3ANS

Elle

effectue sa rentrée à 3ans, le 19 mars, directement dans une Listed, le Prix

Rose de Mai, sur les 2.100m du Val d’Or. Elle laisse les premières places à des

pouliches en forme, venant de Cagnes, et termine cinquième, mais sans avoir eu

un bon parcours, toujours parquée en dehors. Carlos Laffon-Parias décide alors

de rallonger sa pensionnaire et l’aligne sur les 2.400m du Prix Dictaway (B).

Dans une course sans train, l’arrivée se joue au sprint et Solémia termine

troisième, à moins d’une longueur de Miss Crissy (Verglas) et Brasileira (Dubai

Destination). Évitant les terrains légers, elle ne court pas pendant l’été et

revient dans les courses principales le 7 septembre, sur les 2.500m du Prix des

Tourelles (L). Longtemps piégée en épaisseur, elle lutte jusqu’au bout face à

Bernières (Montjeu), mais doit s’incliner de trois quarts de longueurs.

Déclaration de son entraîneur après la course : « Cette année, elle est

toujours revenue de ses courses avec des soucis. Toutes ses tentatives ont donc

été des rentrées. Ici, ce n’était pas une course facile, car elle devait

affronter ses aînées. Sur ce type de distance, je pense qu’elle peut gagner sa

bonne course. Surtout lorsque le terrain va s’assouplir. Elle provient d’une

famille de terrain lourd. Elle possède également de la marge et devrait être

meilleure à 4ans. »

IL Y A

UN AN, LE PRIX JOUBERT, D’UNE ENCOLURE…

Paroles

prémonitoires car Solémia gagne sa Listed pour sa sortie suivante, dans le Prix

Joubert, en devançant Pirika. Une victoire au bout du suspense, comme nous

avions titré à l’époque, car en plus d’une photographie très serrée, une

enquête de plus de trente minutes est diligentée sur la pouliche. Le résultat

reste inchangé. De nouveau, on évoque dans son entourage le fait qu’elle

continuera sa carrière à 4ans, car, comme l’explique alors Pierre-Yves Bureau,

« elle n’a pas encore tout montré et reste capable de progrès ». Le manager de

l’écurie ajoute : « Elle fait partie de l’une de nos meilleures familles et,

pour l’élevage, c’était important qu’elle devienne "gros black type".

D’autant plus que cette pouliche possède un modèle magnifique. En terrain

souple, elle est beaucoup mieux. Cela nous donne l’espoir, pour 2012, qu’elle

puisse tirer son épingle du jeu au niveau Groupe. » Finalement, quelques jours

plus tard, l’équipe se laisse tenter par une supplémentation dans le Prix du

Conseil de Paris (Gr2). Solémia n’y est devancée que d’une encolure par Vadamar

(Dalakhani), sans être particulièrement heureuse. Pierre-Yves Bureau se

félicite : « Elle va faire une jument très sympa pour l’an prochain. »

SUCCÈS

ÉCRASANT POUR SA RENTRÉE À 4ANS

À 4ans,

Solémia trouve pour sa rentrée le terrain souple qu’elle affectionne et en

profite pour gagner de quatre longueurs le Prix Lord Seymour (L). Carlos

Laffon-Parias évoque une possible participation au Prix d’Hédouville (Gr3),

dix-huit jours plus tard seulement, tout en soulignant le travail du cavalier

du matin de Solémia, qui a réussi à assagir cette pouliche qui n’est pas si

simple que cela à gérer. Le 8 mai, Solémia se présente donc au départ du Prix

d’Hédouville. Sur la piste, elle termine troisième derrière Allied Powers

(Invincible Spirit) et Molly Malone (Lomitas). Mais une enquête est ouverte,

Molly Malone ayant penché vers la corde, et Solémia se retrouvant complètement

ligotée. Elle récupère la deuxième place sur tapis vert. LE “CORRIDA”, ENFIN !

Trois

semaines plus tard, Solémia remporte enfin son premier Groupe. Il s’agit du

Prix Corrida (Gr2), où elle devance Shareta (Sinndar), peu heureuse à la corde.

Solémia ne bénéficie pas non plus d’un parcours idéal, mais Olivier Peslier

décide judicieusement de ne pas venir à la corde, où Shareta se retrouvera

bloquée. L’essentiel est fait. Solémia pourra entrer au haras avec un succès de

Groupe sur sa page de pedigree. On évoque une participation au Grand Prix de

Saint-Cloud (Gr1), où c’est finalement Galikova (Galileo) qui représentera la

casaque classique. Solémia, elle, sera revue à Deauville, à l’occasion du Prix

de Pomone (Gr2) dont elle prend la quatrième place, sur un terrain rapide, un

nez devant une certaine Haya Landa (Lando)… C’est dans le Prix Vermeille  (Gr1) que son destin prend un tout autre

virage. Troisième, à une tête de Pirika, derrière l’intouchable Shareta,

Solémia fait mieux que tenir son rang, sur une piste bonne qui ne l’avantage

pas. Galikova ne convainc pas. Le lundi précédent le grand rendez-vous, Solémia

travaille sur les Aigles. Son entraîneur prévient : « Elle peut s’améliorer de

quatre ou cinq kilos en cas de terrain souple. » Dès le lendemain, la pluie

arrive sur la région parisienne. La suite, on la connaît…