Solemia - orfevre : qui fera pencher la balance ?

Autres informations / 24.11.2012

Solemia - orfevre : qui fera pencher la balance ?

Un mois et demi après sa défaite dans l’"Arc" (Gr1), Orfèvre (Stay Gold) va se présenter le couteau entre les dents, sur ses terres, pour laver l’affront. L’honneur perdu en penchant dans la phase finale de

Longchamp est en jeu et celle qui était venue le refaire après avoir été déposée, la Française Solémia (Poliglote), joue le jeu en venant au Japon pour permettre une revanche à Orfèvre, qui avait fait l’effort de venir en France pour l’automne. Un choix dicté également pour Solémia par le fait que les tracés américains ne se prêtent pas à sa façon de courir et l’ont obligée à faire une croix sur le Breeders’ Cup. Dans un contexte de terrain et d’hippodrome bien différents que celui de l’"Arc", le Japan Cup offre une belle revanche du Championnat du monde des pur-sang. C’est un vrai "challenge" que Solémia relève. YASUTOSHI IKEE : « FIDELE A SES HABITUDES A L’ENTRAINEMENT »

Sans contestation, Orfèvre est le meilleur cheval d’âge au Japon. Comme Deep Impact (Sunday Silence), il va tenter d’accrocher le Japan Cup après son échec dans l’"Arc". Son entraîneur, Yasutoshi Ikee, a indiqué à la presse locale : « Dans l’"Arc", pour finir, ses travers sont apparus au grand jour. Après avoir passé la ligne d’arrivée, il a encore accéléré, à tel point que son jockey ne pouvait pas serrer la main d’Olivier Peslier. Après son retour de France et sa période de quarantaine, il a passé un peu de temps au haras. Son voyage lui avait fait perdre vingt kilos, mais il a rapidement tout repris. Son jockey l’a monté la semaine dernière et, comme d’habitude, une fois devant, il a penché vers le rail. À part ça, son travail a été parfait. J’espère qu’il va pouvoir représenter dignement le Japon. » Orfèvre retrouve Kenichi Ikezoe, le jockey qui l’a toujours monté au Japon.

DECOUVERTE DE L’ETRANGER POUR SOLEMIA

Pour la première fois – et aussi la dernière fois car c’est sa dernière course –, Solémia sort des frontières françaises pour courir. Son premier voyage à l’étranger la met directement dans le grand bain et le contexte sera tout nouveau pour elle. Le rythme soutenu des courses japonaises va la servir, en revanche, malgré quelques averses, il ne faut pas attendre un terrain lourd à Tokyo dimanche. Toutefois, Solémia a déjà réussi en bon terrain. Présent au Japon, Carlos Laffon-Parias a expliqué : « Je suis content de son état de forme. Comme il pleut, on la marchait à l’intérieur de l’écurie après ses travaux du matin. Ce serait génial s’il pleut plus, mais je ne pense pas que ce soit suffisant pour rendre lourd le terrain dimanche. » Il faut ajouter que depuis Alkaased en 2005, aucun cheval européen n’a gagné le Japan Cup.

LE TOP DES JAPONAIS

Orfèvre et Solémia ne courent pas seuls. Les meilleurs Japonais ont répondu à l’appel de ce Japan Cup, comme la pouliche de 3ans Gentildonna (Deep Impact), qui a décroché la triple couronne des pouliches dans son pays. Pour la première fois, elle va affronter ses aînés et une victoire serait synonyme d’exploit. Monté par Christophe Lemaire, Eishin Flash (King’s Best) est une valeur sûre au Japon. Il connaît bien l’hippodrome de Tokyo où il a gagné le Derby (Gr1) et, pour sa dernière sortie, le Tenno Sho (Gr1). Cheval constant, mais souvent battu par les meilleurs – Orfèvre et Eishin Flash notamment – Rulership (King Kamehameha) fait également partie des premières chances. Le partenaire de Christophe Soumillon, Tosen Jordan (Jungle Pocket)– compagnon de couleur et d’entraînement d’Orfèvre, notamment – vient de mal courir dans le Tenno Sho, mais, sur sa bonne valeur, il peut viser une place. Enfin, Gérald Mossé sera associé à l’Européen Red Cadeaux (Cadeaux Généreux), véritable globe-trotteur et cheval de tenue que le train élevé ne devrait pas déranger.