Woodhasa de bordes, l’etoile de mylene bordes

Autres informations / 24.11.2012

Woodhasa de bordes, l’etoile de mylene bordes

Sept courses, sept victoires. Tel est le bilan parfait de l’anglo-arabe Woodhasa de Bordes (Hasa), après son brillant succès dans le Grand National des Anglo-Arabes à 37,5 % (B), samedi à Toulouse. L’occasion de revenir sur l’histoire de cette pouliche avec son éleveur, Mylène Bordes, et son entraîneur, Xavier Thomas-Demeaulte.

L’HISTOIRE D’UNE PASSION

Mylène Bordes est buraliste à Saint-Yrieix-la-Perche, dans la Haute-Vienne. C’est là qu’elle a également son élevage, avec trois hectares pour trois boxes, en privilégiant toujours la qualité. En ce moment, elle n’a qu’une poulinière, Perliwood du Lac (Satin Wood), la de Woodhasa de Bordes. Sa passion pour les chevaux est née très tôt : « Dès l’âge de neuf ans, j’ai été attirée par les chevaux, c’est ma grande passion, celle d’une vie. J’ai fait divers jobs, jusqu’à tenir un bureau de tabac, ce qui me permet d’exercer ma passion. » Dans l’élevage depuis une quinzaine d’années, elle a jeté son dévolu, pour son premier achat de poulinière, sur Perliwood du Lac. « Je l’ai achetée alors qu’elle était destinée à l’abattoir. Elle avait cassé en course et on me l’avait déconseillée, d’autant qu’elle n’avait pas de bons résultats. Mais je me suis vraiment acharnée pour l’avoir. En premier lieu, je voulais surtout la récupérer pour la soigner, la dorloter, car elle avait souffert. »

LE CHOIX DU CROISEMENT

Remise en état par Mylène Bordes, Perliwood du Lac part à la saillie d’Albert du Berlais et produit Aiwood de Bordes : « Son premier produit a été Aiwood de Bordes, qui est la copie conforme de son père. Cette dernière, je l’ai donnée à mon fils, en le prévenant que l’activité d’éleveur est très dure et qu’il peut se passer du temps entre la naissance d’un cheval et son arrivée sur un hippodrome. » La naissance d’Aiwood de Bordes apprend une chose à son éleveur: « On a pu voir que Perliwood du Lac était une excellente mère, exemplaire, qui donne beaucoup d’attention à ses produits. » Pour le deuxième produit de Perliwood, Mylène Bordes choisit Hasa pour père. Bonne pioche, car ce croisement va lui donner Woodhasa de Bordes. « En choisissant Hasa pour père, j’ai voulu ramener du sang par la mère. Tout le monde le faisait par l’étalon, mais j’ai préféré apporter du sang nouveau par la mère, qui est par Satin Wood. »

LA JEUNESSE DE WOODHASA DE BORDES

La jeune Woodhasa de Bordes a rapidement affirmé son caractère, tout en étant exemplaire : « Elle a toujours eu un bon fond, nous précise Mylène Bordes. Elle était coquine, mais pleine de tendresse et pas farouche. Mais là où j’ai été étonnée, c’est qu’elle a toujours tenu tête à sa mère, à l’inverse de sa soeur Aiwood de Bordes, qui était soumise. Je me souviendrai toujours quand Woodhasa de Bordes s’est cabrée en rentrant du débourrage, face à sa mère Pour cela, elle a vraiment le caractère d’un "anglo". Par la suite, j’ai remis Perliwood du Lac à Hasa et Woodhasa a un propre frère qui a 2ans. Il est au pré-entraînement. » Mais Woodhasa de Bordes a failli ne pas voir un champ de courses : « J’ai failli la perdre quand, un soir, au moment de rentrer du pré, elle n’était pas au portail. Elle était en au fond du pré, assisse. Il faisait très froid et elle était en train de faire une colique. Nous avons téléphoné aux vétérinaires de Pompadour qui l’ont soignée et, deux jours après, elle était guérie. » Mylène Bordes conclut en avouant que « Woodhasa de Bordes, c’est mon étoile et j’espère bien qu’elle fera encore carrière à 4ans et 5ans. Son accélération est vraiment similaire à celle d’un pur-sang. »

WOODHASA DE BORDES, PAR XAVIER THOMAS-DEMEAULTE

Les succès de Woodhasa de Bordes se font sous la responsabilité de Xavier Thomas-Demeaulte, installé dans les Landes, à Mont-de-Marsan. Ce centre d’entraînement réussit une belle année, grâce à Didier Guillemin et Philippe Sogorb également. Xavier Thomas-Demeaulte nous a confié au sujet de sa protégée : « Woodhasa de Bordes a toujours été facile, ne faisant aucune difficulté à l’entraînement. Je l’ai reçue le 1er décembre 2011. Elle a débuté à Mont-de-Marsan et nous étions confiants. De là à imaginer qu’elle resterait invaincue toute la saison, ce n’était pas évident. Tout au long de la saison, elle a bien pris ses courses. Je peux dire que c’est la meilleure anglo-arabe que j’ai eue à l’entraînement. Pour son programme à venir, on ne va rien inventer et suivre la filière proposée. Cet hiver, elle va rester à l’entraînement, on va la ralentir et passer l’hiver à Mont-de-Marsan. »

WOODHASA DE BORDES EN CHIFFRES

Femelle de 3ans

7 courses, 7 victoires sur 5 hippodromes différents

146.810 € de gains (allocations et primes propriétaires)