Demonstration d’union au comite de france galop

Autres informations / 18.12.2012

Demonstration d’union au comite de france galop

Le Comité de France Galop qui s’est tenu ce lundi était très attendu. Car, au cours des dernières semaines, la tension était montée d’un cran sur différents sujets, tous portant plus ou moins sur le même sujet : les allocations. Fallait-il les augmenter, ou non ? Et comment les répartir ? 2ans ou chevaux d’âge ? Paris ou province ? Les chiffres du conseil économique et social sont-ils fiables ? Etc. La pression avait culminé dimanche soir, dans les colonnes de JDG, avec un courrier de l’association des entraîneurs qui se terminait par ces mots : « Si nos demandes n’étaient pas prises en considération par le conseil d’administration et le Comité, nous serions contraints de manifester notre mécontentement par toutes les voies possibles.» D’après les différents témoins que nous avons interrogés, Bertrand Bélinguier a répondu aux questions posées par les entraîneurs après son traditionnel exposé sur les sujets d’actualité. Le président de France Galop a d’abord rappelé que, le 4 décembre, il avait réuni toutes les associations socioprofessionnelles. Et qu’en cette occasion, elles étaient tombées d’accord pour que toute la communauté du galop français prenne à sa charge la T.V.A. sur le pourcentage entraîneurs. Cette solidarité entre toutes les composantes du monde des courses (propriétaires, éleveurs et entraîneurs) représente 400.000 euros par an. Le problème existait depuis des années; il est réglé, a dit le président de France Galop. Sur la représentation de l’association des entraîneurs au Conseil d’administration, Bertrand Bélinguier a simplement rappelé qu’il avait choisi, pour siéger, le chef de file de la liste arrivée en tête dans le collège des entraîneurs, à savoir Frédéric Danloux. Et il a ouvert une piste, déjà évoquée le 12 décembre :que lorsque l’association a besoin d’être entendue par le conseil d’administration, qu’elle puisse venir y prendre la parole. Concernant la transparence sur le coût des réunions premium, le président de France Galop a annoncé qu’il n’avait rien à cacher de la situation actuelle et que ces éléments seraient bientôt connus. Et que des décisions seraient prises à la lumière de ces chiffres. Et sur la demande d’une répartition plus équilibrée des augmentation d’allocations, que les hausses avaient plus profité à Paris entre 2010 et 2013, avec un + 48 % contre + 44 % aux courses en régions. Aux dires de plusieurs témoins, le discours de Bertrand Bélinguier a été très applaudi, ce qui témoigne de la volonté d’union de toute la famille du galop. On en oublierait presque que le Comité a pris des décisions importantes en faveur du propriétariat. Et c’est Axelle Nègre de Watrigant, présidente de la commission propriétaires, qui en parle dans les pages qui suivent…