Face a la mortalite excessive en course, aqueduct reagit

Autres informations / 19.01.2013

Face a la mortalite excessive en course, aqueduct reagit

Le débat fait rage tous les ans sur l’hip- podrome d’Aqueduct, à New York. Durant chaque meeting hivernal, un nombre anormalement élevé de chevaux se blessent et doivent être abattus. En cause, la piste intermédiaire, en dirt "arrangé", conçue spécialement pour les courses hivernales. L’hippodrome d’Aqueduct est actuellement constitué de trois pistes : la piste extérieure, en dirt, la piste intermédiaire ("Inner track", dite "weather proofed"), en dirt modifié pour supporter les précipitations, et la piste intérieure, en turf. Cette piste intermédiaire fait ainsi parler d’elle. Il a été demandé à la New York Racing Association (NYRA) de prendre des mesures afin de réduire la mortalité anormalement élevée constatée dès que les courses se retrouvent basculées sur cette surface spéciale. Depuis le début de ce meeting hivernal, quatre chevaux ont déjà dû être euthanasiés. La N.Y.R.A. envisage donc de modifier la surface de la piste et pourrait remplacer cette piste par une P.S.F. (pour le meeting 2013-2014). Le nombre de courses courues par jour et durant le meeting pourrait aussi être revu à la baisse. Mais les modifications et mesures ne s’arrêteraient pas là. L’hippodrome d’Aqueduct est en effet la cible de pressions récurrentes provenant des associations de protection de défense des animaux. Cette pression est due à la mortalité excessive constatée sur l’hippodrome, et s’est renforcée depuis que le New York Times a publié un article hautement accusateur. Le journal a ainsi mené une longue enquête, et il en est ressorti un véritable brûlot, mettant en exergue l’usage excessif de la médication sur les chevaux. Depuis que l’hippodrome est devenu un "racino", c’est-à-dire intégrant en son sein un casino, les enjeux financiers auraient poussé les autorités hippiques à fermer les yeux sur l’utilisation notamment des stéroïdes et autres substances, destinés à masquer les faiblesses physiques des chevaux. Le but : proposer des pelotons toujours fournis pour alimenter les jeux et le chiffre d’affaires. C’est du moins ce qu’a conclu le New York Times. L’intégrité du milieu des courses étant ainsi remise en question, la N.Y.R.A. a aussi décidé de mener ses recherches, en créant un nouveau poste : en substance, celui de responsable des vétérinaires hippiques. Ce dernier sera chargé de surveiller la santé des chevaux, de s’occuper de leur sécurité, et de s’intéresser aux raisons des décès le cas échéant. Par ailleurs, des autopsies seront menées sur les chevaux euthanasiés ces derniers jours, afin de déterminer les causes réelles de la mort. Ironiquement, c’est le jour même de ces annonces que la suspension de dix ans de l’entraîneur Rick Dutrow, notamment pour médication excessive, a été annoncée. Les responsables de la N.Y.R.A. avaient alors affirmé que cela prouvait bien que les tricheurs remettant en cause l’intégrité du monde hippique n’avaient pas leur place dans l’État.