Gulf cup (gr2 pa) : un titre conserve facilement par fouladh

Autres informations / 27.02.2013

Gulf cup (gr2 pa) : un titre conserve facilement par fouladh

Mardi se

tenait la première des trois réunions de courses du Qatar Equestrian Festival.

Cette journée a été marquée par le succès de Fouladh (Amer), entraîné par Alban

de Mieulle, dans le Gulf Cup (Gr2 - PA).

 

Le Gulf

Cup possède un intérêt particulier : il est seulement ouvert aux chevaux élevés

dans la péninsule arabique (courses GCC). Il offre donc aux chevaux

"locaux" l’occasion de briller dans une belle course sur 1.600m,

placée lors de la journée d’ouverture du grand festival du Qatar. Cette

occasion, Fouladh Qa (Amer) l’a saisie, comme il l’avait déjà fait en 2012.

Visuellement, dans le tournant, le représentant d’Umm Qarn avait déjà l’allure d’un

gagnant alors qu’il était en quatrième position. La ligne droite n’a été qu’une

formalité pour lui. D’autant plus qu'Af Sabadek AE (Burning Sands) s’était

retrouvé plus loin que lui dans le parcours et avait donc beaucoup de terrain à

refaire. Attentiste, le pensionnaire d’Éric Lemartinel qui restait sur sept

victoires – la dernière à Doha avec comme partenaire Delphine Garcia-Dubois – a

comblé beaucoup de terrain pour finir, laissant une belle impression. Fouladh

est entraîné par Alban de Mieulle, lauréat de ce Gr2 PA à huit reprises depuis

2005 – seule l’édition 2011 gagnée par un pensionnaire de Julian Smart lui a

échappé. Avec Maleesah qa, en 2007 et 2008, l’entraîneur français avait réussi

la même chose qu’avec Fouladh : conserver son titre avec le même cheval.

Rencontré après ce succès, Alban de Mieulle nous a indiqué : « Fouladh est un

cheval qui est mieux sur 1.600m. En dernier lieu, il a été battu, mais c’était

sur 2.200m et il avait dû prendre la tête un peu tôt. Ceci dit, il n’était

devancé que par Al Mujahaz, qui est candidat à l’Emir's Sword jeudi.

Auparavant, sur 1.600m, Fouladh avait fait dead-heat, toujours face à Al

Mujahaz. Fouladh a beaucoup couru durant la saison qatarienne. Nous verrons ce

que nous ferons en fonction de son état de forme. C’est lui qui nous dira quoi

faire. Mais l’année se termine en mai ici et il ne reste plus de grandes

courses pour lui. Il peut néanmoins toujours courir ici des épreuves un peu

moins relevées. Il n’ira pas tenter sa chance en Europe et restera ici en vue

de préparer la prochaine saison de courses. »


 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.