Emmanuel clayeux : « apres avoir gagne un gr1 a cheltenham, on peut mourir tranquille ! »

Autres informations / 13.03.2013

Emmanuel clayeux : « apres avoir gagne un gr1 a cheltenham, on peut mourir tranquille ! »

Présent

ce lundi à Cheltenham pour voir évoluer sirène d’ainay (Dom Alco) dans le

Mares’ Hurdle (Gr2) puis Sacrée Tiepy (Ungaro) dans le Glenfarclas Cross

Country Chase, Emmanuel Clayeux n’aura finalement vu que la première nommée. En

effet, le cross a été reporté à jeudi, du fait de l’état de la piste. Après

l’Arkle Chase, il nous a livré ses impressions sur sa toute première visite à

Cheltenham, juste avant la deuxième place de sa pensionnaire, Sirène d’Ainay.

JDG. –

C’EST LA PREMIERE FOIS QUE VOUS VENEZ A CHELTENHAM. QUE RESSENTEZ-VOUS ?

Emmanuel

Clayeux. – C’est vertigineux, indescriptible ! Il faut vraiment le vivre pour

s’en rendre compte. Je m’étais déjà rendu en Irlande, mais là, c’est la

première fois que je vais à Cheltenham et que j’y selle une partante. À mon

avis, il faut vraiment des chevaux en acier pour réussir sur cette piste. Je ne

sais pas encore si nous resterons toute la semaine, même si le cross, dans

lequel j’avais Sacrée Tiepy, a été reporté à jeudi. Une chose est sûre, je

reviendrai, quel que soit le résultat de Sirène d’Ainay. J’aime beaucoup la

mentalité des Anglais, le respect qu’ils ont de l’animal. Après avoir gagné un

Gr1 à Cheltenham, on peut mourir tranquille !

VOUS

ALLEZ SELLER SIRENE D’AINAY DANS LE MARES’ HURDLE. AVEZ-VOUS PU L’ENTRAINER SUR

LES CLAIES ?

Les obstacles

ne sont pas un problème. Mais il y a très peu de claies dans le parcours, ce

qui n’est pas à notre avantage. J’ai fait le tour à pied et je pense que ma

jument peut s’adapter.

VOUS

ETES REPRESENTE PAR SIRENE D’AINAY EN TANT QU’ENTRAINEUR, MAIS VOUS ETES AUSSI

ELEVEUR, AVEC VOTRE PERE DOMINIQUE, DE SIR DES CHAMPS, CANDIDAT AU GOLD CUP

(GR1), UN ATOUT (ROBIN DES CHAMPS), QUATRIEME DU SUPREME NOVICES’ HURDLE (GR1)

OU ENCORE UNE ARTISTE (ALBERTO GIACOMETTI) QUI SERA VOTRE ADVERSAIRE DANS LE

MARES’ HURDLE. COMBIEN AVEZ-VOUS DE POULINIERES ET COMMENT PRATIQUEZ-VOUS VOS

CHOIX DE CROISEMENT ?

Nous

avons une douzaine de poulinières. Je n’ai pas de technique particulière pour

le choix des étalons, je fonctionne suivant les affinités que je peux avoir

pour un étalon. C’est vrai que c’est un plaisir d’avoir aussi élevé ces

chevaux. En règle générale, j’essaye de les valoriser et de les façonner avant

qu’ils ne partent. Je ne veux pas les vendre pour que leurs nouveaux

entraîneurs passent à côté, alors qu’ils n’étaient pas prêts à partir. Un

Atout, Willie [Mullins, ndlr] l’a acheté en connaissance de cause, mais il

avait déjà un peu de travail. J’aime vraiment mettre les chevaux en valeur.

SIR DES

CHAMPS AVAIT GAGNE LE PRIX DE L’YONNE POUR VOTRE ENTRAINEMENT, AVANT D’ETRE

VENDU EN IRLANDE ET DE PARTIR CHEZ WILLIE MULLINS. A-T-IL MONTRE DE LA CLASSE

RAPIDEMENT ?

Sir des

Champs a tout de suite montré qu’il avait de la qualité. C’était un cheval très

froid que l’on a couru en plat pour le dégrossir un peu. Il avait gagné à

Auteuil et Willie a su l’attendre car il était tardif. Avec Un Atout, il a

également fait du bon travail. C’est tout un ensemble entre nous qui formons

nos chevaux, et nos successeurs qui savent poursuivre notre travail.