Le braquet de polistyle fait la difference

Autres informations / 18.03.2013

Le braquet de polistyle fait la difference

Polistyle (Poliglote) a fait parler son abattage, ses qualités de sauteur et son aptitude au terrain lourd dans le Prix de la Christinière. Bien que débutant en steeple, le pensionnaire de Guy Cherel n’a pas commis de faute et Bertrand Thélier l’a rapproché progressivement. Dans le dernier tournant, il était sur les talons de Polidam (Trempolino), qui commençait à faiblir, et de Veleha (Saint des Saints). Mais dès la dernière haie sautée, il a facilement pris la mesure de la pouliche, alors que Polidam concédait la troisième place à Vieux morvan (Voix du Nord), qui a bien fini. « La dernière fois, il était battu par Nina Candela, qui est une toute bonne jument, nous a confié Guy Cherel. Il n’a pas de changement de vitesse, mais il a un grand abattage et je pensais qu’Auteuil lui conviendrait mieux que Pau. Je ne suis pas surpris de sa victoire, car il est déjà bien dressé sur le steeple. Il s’est d’ailleurs montré plus sage et sérieux que sur les haies. Je pense que Vieux Morvan est aussi bon, mais il manquait de compétition. Je suis content de sa course également. Quant à la suite de leur programme, on va y réfléchir, car j’ai déjà pas mal de 4ans sur le steeple, et je ne veux pas les faire courir ensemble… »

LA FAMILLE DE LUTIN VILLE

Guy Cherel a acheté Polistyle foal, chez Alec Waugh (Jedburgh Stud), qui l’a élevé avec Isabelle Corbani. C’est un fils de Kelbelange (Ganges), qui a gagné plusieurs courses en plat, alors qu’elle était entraînée par Stuart Cargeeg. Kelbelange est une soeur de Flat Out (Sagamix), placé de Gr1 sur les claies de Punchestown. Leur mère, Divine Rodney (Kendor), est une soeur de Singing Rodney (Goldneyev), qui a produit Lutin Ville (Rifapour), gagnant du Prix Duc d’Anjou (Gr3).