Prix vanteaux (gr3) : esoterique , la doctrine de la classe

Autres informations / 29.04.2013

Prix vanteaux (gr3) : esoterique , la doctrine de la classe

Avec un

bagage constitué d’une seule sortie, Ésotérique (Danehill Dancer) aurait pu

pêcher par manque d’expérience dans le Prix Vanteaux (Gr3). Mais cette

immaturité, la pouliche du baron Édouard de Rothschild l’a compensée par sa

grande classe. Pourtant, ses affaires étaient plutôt mal parties. La pouliche a

fait un écart sur sa gauche en sortant des boîtes, ce qui l’a sans doute un peu

tendue. De fait, Ésotérique est venue galoper à la hanche de Silasol (Monsun),

qui menait, et Maxime Guyon n’a jamais pu lui trouver de dos. Il a cependant pu

la faire souffler dans la descente. Il effectuait un canter en entrant dans la

ligne droite, et au Pavillon, l’éclair de classe s'est produit, Esotérique

accélérant sans qu'aucune autre concurrente ne puisse l’approcher. Elle gagne

son Groupe en laissant penser qu’elle pourra faire beaucoup mieux quand elle

aura totalement compris ce qu’on attend d'elle. Et quand on sait qu’elle a

nettement battu Silasol, une pouliche déjà gagnante de Gr1 (Prix Marcel Boussac,

à 2ans), on peut se dire qu’André Fabre tient là l’un de ses atouts majeurs

pour les classiques à venir. Toutefois, comme nous l’a confié son entourage,

des doutes existent sur sa tenue, aussi pourrait-elle se diriger plutôt vers la

Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) dans un premier temps. Concernant sa

partenaire, Maxime Guyon a expliqué : « C’est vrai qu’elle s’est montrée un peu

allante en début de parcours. Dans la descente, elle s’est décontractée et

comme la course s’est disputée à un rythme régulier, j’ai moins subi que si

cela s’était joué sur un déboulé. Je l’ai laissée prendre un bol d’air, et

ensuite, elle l’a fait très plaisamment. Elle a encore besoin d’apprendre mais

c’est une très bonne pouliche. L’accélération qu’elle avait donnée en débutant

dans le terrain lourd ne trompait pas. »

BONNE

RENTREE DE SILASOL

Derrière

elle, Silasol a pu préserver, de justesse, la deuxième place pour sa rentrée.

Carlos Laffon-Parias était satisfait du retour à la compétition de sa pouliche,

qui n’était pas encore vraiment fleurie. Il nous a raconté : « Silasol rentrait

et elle n'est battue que par une pouliche qui s'annonce bonne. En plus, la

future gagnante nous a mis la pression pendant tout le parcours, ce qui n'était

pas un avantage pour Silasol. Quand elle s'est fait dépasser par Esotérique,

Silasol a semblé battue, car elle pensait que son travail était terminé. Mais

comme dans le "Marcel Boussac", elle est repartie pour finir quand

elle a été de nouveau attaquée. J'aurais aimé que Silasol soit un peu plus

détendue dans le parcours. À l'avenir, nous allons peut-être essayer de la

monter différemment. Elle a couru trois fois ici, à chaque fois en allant

devant. » A priori, Silasol devrait se diriger vers le Pour Moi Coolmore Prix

Saint-Alary (Gr1).

LES

PROMESSES DE PARLE MOI

Beaucoup

de pouliches ont fini dans un mouchoir. Parle Moi (Montjeu), qui ne comptait

elle aussi qu’une sortie à son actif et qui rentrait, s’est remarquablement

comportée à ce niveau, sans que Christophe Soumillon ne soit dure avec elle.

Pearlside (Alhaarth)  qui a longtemps

attendu, a également fait un bon "bout" dans la ligne droite, comme

la petite Ighraa (Tamayuz), qui répète sa valeur du Prix Finlande. Concernant

la pouliche espagnole, Mauricio Delcher-Sanchez a confié : « Pearlside court

très bien, d'autant qu'elle finit dans le sillage de Silasol. De plus, le Prix

Vanteaux est toujours une bonne course. Il nous faut la réadapter aux épreuves

françaises, car le rythme n'est pas le même. Nous l’avons reprise en partant et

elle a bien fini. Ça va faire une bonne pouliche qui possède de la tenue. Nous

verrons pour la suite… » Mauricio Delcher-Sanchez est aussi l’éleveur de cette

pouliche, qui avait gagné le Critérium des Pouliches et le Grand Critérium en

Espagne, face aux mâles.

LA SOEUR

DE RUSSIAN CROSS ET RUSSIAN HOPE

Défendant

les couleurs d’Édouard de Rothschild, elle est également issue de son élevage.

C’est la soeur de plusieurs très bons chevaux, comme Russian Hope (Rock

Hopper), lauréat du Grand Prix de Deauville (Gr2), de Russian Cross (Cape

Cross), gagnant du Prix Guillaume d’Ornano (Gr2), d’Archange d’Or (Danehill),

lauréat du Prix Eugène Adam (Gr2), ou encore de Russian Hill (Indian Ridge),

lauréate du Grand Prix de Compiègne (L) et deuxième des Prix Corrida et de Royallieu

(Grs2).

 

Avec un

bagage constitué d’une seule sortie, Ésotérique (Danehill Dancer) aurait pu

pêcher par manque d’expérience dans le Prix Vanteaux (Gr3). Mais cette

immaturité, la pouliche du baron Édouard de Rothschild l’a compensée par sa

grande classe. Pourtant, ses affaires étaient plutôt mal parties. La pouliche a

fait un écart sur sa gauche en sortant des boîtes, ce qui l’a sans doute un peu

tendue. De fait, Ésotérique est venue galoper à la hanche de Silasol (Monsun),

qui menait, et Maxime Guyon n’a jamais pu lui trouver de dos. Il a cependant pu

la faire souffler dans la descente. Il effectuait un canter en entrant dans la

ligne droite, et au Pavillon, l’éclair de classe s'est produit, Esotérique

accélérant sans qu'aucune autre concurrente ne puisse l’approcher. Elle gagne

son Groupe en laissant penser qu’elle pourra faire beaucoup mieux quand elle

aura totalement compris ce qu’on attend d'elle. Et quand on sait qu’elle a

nettement battu Silasol, une pouliche déjà gagnante de Gr1 (Prix Marcel Boussac,

à 2ans), on peut se dire qu’André Fabre tient là l’un de ses atouts majeurs

pour les classiques à venir. Toutefois, comme nous l’a confié son entourage,

des doutes existent sur sa tenue, aussi pourrait-elle se diriger plutôt vers la

Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) dans un premier temps. Concernant sa

partenaire, Maxime Guyon a expliqué : « C’est vrai qu’elle s’est montrée un peu

allante en début de parcours. Dans la descente, elle s’est décontractée et

comme la course s’est disputée à un rythme régulier, j’ai moins subi que si

cela s’était joué sur un déboulé. Je l’ai laissée prendre un bol d’air, et

ensuite, elle l’a fait très plaisamment. Elle a encore besoin d’apprendre mais

c’est une très bonne pouliche. L’accélération qu’elle avait donnée en débutant

dans le terrain lourd ne trompait pas. »

BONNE

RENTREE DE SILASOL

Derrière

elle, Silasol a pu préserver, de justesse, la deuxième place pour sa rentrée.

Carlos Laffon-Parias était satisfait du retour à la compétition de sa pouliche,

qui n’était pas encore vraiment fleurie. Il nous a raconté : « Silasol rentrait

et elle n'est battue que par une pouliche qui s'annonce bonne. En plus, la

future gagnante nous a mis la pression pendant tout le parcours, ce qui n'était

pas un avantage pour Silasol. Quand elle s'est fait dépasser par Esotérique,

Silasol a semblé battue, car elle pensait que son travail était terminé. Mais

comme dans le "Marcel Boussac", elle est repartie pour finir quand

elle a été de nouveau attaquée. J'aurais aimé que Silasol soit un peu plus

détendue dans le parcours. À l'avenir, nous allons peut-être essayer de la

monter différemment. Elle a couru trois fois ici, à chaque fois en allant

devant. » A priori, Silasol devrait se diriger vers le Pour Moi Coolmore Prix

Saint-Alary (Gr1).

LES

PROMESSES DE PARLE MOI

Beaucoup

de pouliches ont fini dans un mouchoir. Parle Moi (Montjeu), qui ne comptait

elle aussi qu’une sortie à son actif et qui rentrait, s’est remarquablement

comportée à ce niveau, sans que Christophe Soumillon ne soit dure avec elle.

Pearlside (Alhaarth)  qui a longtemps

attendu, a également fait un bon "bout" dans la ligne droite, comme

la petite Ighraa (Tamayuz), qui répète sa valeur du Prix Finlande. Concernant

la pouliche espagnole, Mauricio Delcher-Sanchez a confié : « Pearlside court

très bien, d'autant qu'elle finit dans le sillage de Silasol. De plus, le Prix

Vanteaux est toujours une bonne course. Il nous faut la réadapter aux épreuves

françaises, car le rythme n'est pas le même. Nous l’avons reprise en partant et

elle a bien fini. Ça va faire une bonne pouliche qui possède de la tenue. Nous

verrons pour la suite… » Mauricio Delcher-Sanchez est aussi l’éleveur de cette

pouliche, qui avait gagné le Critérium des Pouliches et le Grand Critérium en

Espagne, face aux mâles.

LA SOEUR

DE RUSSIAN CROSS ET RUSSIAN HOPE

Défendant

les couleurs d’Édouard de Rothschild, elle est également issue de son élevage.

C’est la soeur de plusieurs très bons chevaux, comme Russian Hope (Rock

Hopper), lauréat du Grand Prix de Deauville (Gr2), de Russian Cross (Cape

Cross), gagnant du Prix Guillaume d’Ornano (Gr2), d’Archange d’Or (Danehill),

lauréat du Prix Eugène Adam (Gr2), ou encore de Russian Hill (Indian Ridge),

lauréate du Grand Prix de Compiègne (L) et deuxième des Prix Corrida et de Royallieu

(Grs2).