Tokum ne craint pas les coups

Autres informations / 11.04.2013

Tokum ne craint pas les coups

Des dix poulains au départ du Prix de Saint-James (F), Tokum (Rock of Gibraltar) était le plus délaissé au betting. Dans une course perturbée au départ par l’incident qui a touché Rottmayer (Hurricane Run) et Olivier Peslier (rêne cassée), Tokum a commencé par prendre des coups par son adversaire qui n’avait plus de direction. Cela aurait pu tourner au cauchemar, mais Tokum a finalement trouvé sa place, calé à la corde, en sixième ou septième position. César Passerat, grâce à qui le poulain bénéficiait d’une décharge, ne s’est pas affolé dans la ligne droite. Il a suivi au maximum Affaire Solitaire (Danehill Dancer) dans son effort, et quand il a finalement déboîté Tokum, tout à l’extérieur, le poulain a eu un beau passage sur ce terrain très souple. Il a pris nettement la mesure de Vayakhan (Dalakhani), qui lui avait pourtant pris plusieurs longueurs au démarrage. Tokum était le poulain le plus expérimenté du lot et avait aussi l’avantage d’avoir couru régulièrement cet hiver, depuis ses débuts discrets en décembre, à Deauville. Il a ensuite toujours couru en progrès, mais avant le coup, Nicolas Bertran de Balanda espérait surtout prendre une place, comme il nous l’a confié : « À la base, je le voyais plutôt pour une place et je pensais ensuite l’orienter vers les handicaps. Je vais donc être obligé de changer mes plans… Je l’ai toujours bien aimé, mais aujourd’hui, il fait un "truc". Il vient avec les courses, gagne en maturité et devient plus dur. »

UNE FAMILLE DE TENUE

Tokum avait été acheté par Nicolas Bertran de Balanda à la vente breeze-up Arqana de mai 2012. Élevé par Isabelle Corbani, c’est le premier produit de sa mère, Headdress  (Halling), restée inédite en compétition. La deuxième mère du poulain, Crown of Light (Mtoto), fut en revanche troisième des Oaks et des Yorkshire Oaks (Grs1) et a produit Balkan Knight (Selkirk), un bon stayer, placé de multiples Grs2.