Kizuna, le trait d’union entre la france et le japon

Autres informations / 25.06.2013

Kizuna, le trait d’union entre la france et le japon

On connaissait déjà Kizuna (Deep Impact), lauréat du Derby japonais (Gr1) et annoncé dans le prochain Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Lundi, à Chantilly, on a découvert son homonyme. Kizuna (Hurricane Run), lauréate du Prix du Chemin du Viaduc (G), n’évolue pas au niveau du 3ans de Shinji Maeda, mais son histoire mérite d’être racontée. D’abord l’origine de son nom : l’idéogramme Kizuna est devenu célèbre en 2011, quand il a été choisi pour symboliser la solidarité qui s’est exprimée après le séisme et la catastrophe nucléaire qui ont touché le Japon. Ce Kanji signifie en effet le lien, l’attachement qui peut exister entre deux personnes, deux peuples. Or Kizuna appartient à Kenichi Izumi, le fils du propriétaire de Nakayama Festa (Stay Gold), deuxième du Prix de l’Arc de Triomphe de Workforce (King’s Best).

DESTINEE A ETRE CROISEE A NAKAYAMA FESTA

Tony Clout, qui entraîne la pouliche et dont les connexions avec le Japon sont bien connues, nous a raconté : « Nous l’avons achetée au breeze-up Arqana dans le but de la présenter plus tard à Nakayama Festa. Nous l’avions payée 55.000 euros ; c’est déjà une belle somme mais son pedigree est très intéressant : sa mère, une fille de Riverman, est une sœur d'Harayir, gagnante des 1.000 Guinées, et sa troisième mère a remporté les Irish Oaks. Il est prévu qu’elle parte au haras au Japon à la fin de son année de 3ans ou de celle de 4ans. Elle a beaucoup de fond, alors qu’au Japon, ils ont beaucoup de chevaux de vitesse. Cela peut permettre d’équilibrer les choses. »

Kizuna a donc ouvert son palmarès sur 2.400m, et devrait encore s’épanouir sur des distances plus longues. La pouliche n’a débuté qu’en avril dernier, dans le Prix de Chaillot (F), signe d’une certaine estime. Tony Clout a poursuivi : « Elle n'a pas couru à 2ans, car elle est très tardive. Je ne pouvais pas la présenter en compétition. Elle a débuté dans un bon lot et elle finissait huitième. C'était un peu décevant, mais c'était sur 2.000m. Or, c'est une pouliche qui a beaucoup de fond. Elle sera mieux sur plus long encore. Lors de sa deuxième sortie, son jockey est tombé. La pouliche était à la corde et elle a été victime d'un tassement. Heureusement qu'elle a pilé à ce moment-là, sinon elle aussi serait tombée. »

Kizuna pourrait bientôt croiser son fameux homonyme sur les pistes de Lamorlaye. Le poulain japonais devrait en effet venir préparer l'“Arc” en étant hébergé chez Satoshi Kobayashi.