L’avion vorda prend son envol pour deauville

Autres informations / 22.07.2013

L’avion vorda prend son envol pour deauville

Vorda (Orpen) a enthousiasmé en s’imposant dans le Prix Robert Papin (Gr2). Après son facile succès dans le Prix La Flèche (L), elle affrontait cette fois un lot plus relevé, avec quelques poulains entraînés en dehors de nos frontières et surtout Védeux (Elusive City), vainqueur du Prix du Bois (Gr3). Vorda a ajouté le style à cette victoire. Comme lors de ses sorties précédentes, elle a connu un passage à vide à quatre cents mètres du but. Mais elle a su se ressaisir et, trouvant alors le passage, elle a littéralement laissé les autres sur place en quelques foulées, quand bien même elle était isolée en pleine piste.

Or, l'opposition n'était rien moins que représentative de qualité : Omaticaya (Bernstein), la pouliche italienne qui a animé l’épreuve, est, avec Arpinati (Lucky Story) qui l’avait devancée dernièrement, la meilleure de son pays, et Védeux n’avait pas fait de détail en remportant le Prix du Bois, après avoir débuté victorieusement.

LE PRIX MORNY, AVEC SERENITE

Après avoir fait l’impasse sur le Prix du Bois, Vorda confirme donc qu’elle est la meilleure 2ans française. Philippe Sogorb va pouvoir préparer le Prix Morny (Gr1) sereinement.

L’entraîneur nous a raconté : « Je me suis régalé en la regardant. Quand elle accélère, elle est vraiment au-dessus des autres... Je dis toujours à ses jockeys de ne pas s’affoler, qu’elle a un passage à vide à quatre cents mètres du poteau, mais qu’ensuite, elle embraye... Pour pouvoir se permettre cela sur cette distance, c’est qu’elle est vraiment très bonne ! Elle progresse à chaque sortie, aussi bien physiquement que mentalement. Sa grande force, c’est son calme. Elle voyage aussi très bien. Le matin, elle n’est pas démonstrative, sauf quand nous la travaillons. C’est pour cela que je l’avais débutée dans une course B. J’avais établi son programme jusqu’à ce Prix Robert Papin. Ensuite, bien sûr, je pensais au Prix Morny, tout en étant conscient qu’il y aurait d’autres chevaux à battre. Mais après cette victoire, je me dis que nous pouvons aller à Deauville avec une vraie bonne chance. Elle n’ira sur place que la veille de la course. Je préfère qu’elle reste à la maison, sans changer ses habitudes... »

OMATICAYA ATTIRE LES CONVOITISES

Omaticaya, dont l’entourage avait annoncé qu’il venait en France avec des ambitions, a justifié cette confiance en contenant jusqu’au bout Védeux. Après avoir débuté "à réclamer", Omaticaya a ensuite gagné une course à conditions puis une Listed, sur 1.100m. Elle a été devancée par Arpinati dans un Gr3, mais son entraîneur avait expliqué que cette défaite lui avait beaucoup appris. Vincenzio Fazio, qui entraîne la pouliche avec sa femme Manila Illuminati, a d’abord rendu honneur à Vorda : « J’avais vu les courses de Vorda. Pour moi c’était la plus dangereuse et elle l’a démontré. Il n’est pas évident de venir sur une pointe de vitesse comme elle l’a fait. » Le professionnel italien est quand même très content de sa pouliche : « Elle a donné tout ce qu’elle avait, c’est une lionne. La voiture avec la camera l’a quelque peu gênée, Omaticaya la regardait et avait peur de se rabattre à la corde. Cela dit, la pouliche n’a jamais lâché prise. Je suis vraiment très fier d’elle. » Omaticaya doit tout logiquement rentrer à Rome après le Prix Robert Papin. « Nous avons reçu des offres, mon portable sonne toujours... Pour une petite écurie comme la nôtre, une championne comme Omaticaya n’arrive pas tous les jours et il serait difficile de se séparer d’un tel bijou. Nous verrons bien la suite de l’histoire, le Prix Morny reste possible même si un autre long voyage est un petit peu risqué. Nous n’achetons pas plus que quatre ou cinq poulains par an, ce n’est pas facile d’en sortir un vraiment très bon. »

VEDEUX CONFIRME SON SUCCES DU PRIX DU BOIS

Védeux n’a pas démérité en prenant la troisième place, d'autant plus que le poulain a tiré en début de parcours. Il confirme sa victoire dans le Prix du Bois, ce qui n’est pas toujours le cas. Carlos Lerner nous a expliqué : « Védeux a eu un bon parcours, le long du rail. Tout s'est ouvert et il a eu sa chance. Aujourd'hui il est battu, mais il a l’excuse d'avoir été un peu tendu dans le parcours. Il répète néanmoins sa victoire du Prix du Bois en étant devant les chevaux qu'il avait battus. Si tout va bien, le cheval va courir le Prix Morny. »

UNE GRANDE FAMILLE ITALIENNE

Vorda a été achetée pour seulement 9.000 euros à la vente de yearlings d'octobre 2012 d'Arqana, par Philippe Sogorb pour Rémy Picamau. Philippe Sogorb nous avait expliqué à l’issue des débuts victorieux de Vorda : « Son propriétaire, Rémy Picamau, m'avait dit qu'il voulait me confier un cheval lorsque je serai installé entraîneur. Vorda est donc arrivée chez moi après avoir été achetée à la vente de yearlings, en octobre. » La famille maternelle de Vorda s'est illustrée en Italie. Sa troisième mère, Val d'Erica (Ashmore), fut la meilleure 2ans, puis la meilleure 3ans italienne. Elle s'était imposée dans l'équivalent italien des 1.000 Guinées, dans les Oaks d'Italie (Gr1) et dans le Premio Dormello (Gr2). Elle s'était par ailleurs classée deuxième du Prix de Diane (Gr1) en 1981. Velda (Observatory), la mère de la pouliche, a également couru en Italie, montrant de la précocité et gagnant pour sa deuxième sortie à 2ans. Elle n’a ensuite pas beaucoup évolué entre 2 et 3ans.

UN PREMIER GR2 POUR PHILIPPE SOGORB

Le 18 février dernier, après avoir mené au succès show Gorb (Caradak) à Cagnes, Philippe Sogorb a décidé d’arrêter sa carrière de jockey pour se consacrer au métier d’entraîneur. En tant que jockey, l’homme a connu de grandes victoires, notamment avec Vertigineux (Nombre Premier) dans le Prix du Muguet (Gr2), mais aussi avec Dabirsim (Hat Trick), à qui il était associé en début de carrière. À 36 ans, il a décidé de démarrer une carrière d'entraîneur, tout en continuant de monter en course. Il s’est installé à Mont-de-Marsan, là où il était venu travailler chez Robert Litt lorsque la marquise de Moratalla lui avait proposé un contrat de première monte. Récemment, Catcall (One Cool Cat) lui avait offert un premier Groupe à l’occasion du Prix de Saint- Georges (Gr3).

 

PRIX ROBERT PAPIN

Gr2 - Plat - Mâles - 2e poteau - 130.000- 1.100m - Pour poulains entiers et pouliches de 2 ans. Poids: 58 k.

1re VORDA (F2)

G. Benoist (56,5)

Orpen & Velda

Pr. : Assoc. G. Augustin-Normand/R. Picamau Ent. : P. Sogorb

El. : Edy S.R.L.

Arqana, octobre 2012, Deauville, Yearling, 9.000 €, Thenney à Philippe Sogorb

2e OMATICAYA (F2)

C. Demuro (56,5) Bernstein & Pronghorn

Pr. / Ent. : M. Illuminati El. : Epona Bloodstock Ltd

3e VEDEUX (M2)

M. Lerner (58)

Elusive City & Qahatika

Pr. : Assoc. P. Hoze / Ecurie Haras du Cadran

Ent. : C. & Y. Lerner - El. : Ecurie Haras du Cadran

Arqana, août 2012, Deauville, Yearling, 30.000 €, Cadran (rachat)