écurie des monceaux

Autres informations / 11.08.2013

écurie des monceaux

L’Écurie des Monceaux est devenue, en quelques années, un acteur central de la vente d’août. Les yearlings présentés par le haras de Lucien Urano, en 2012, avaient fait sensation. Les trois top prices de la vente étaient des poulains présentés par le haras avec, en tête d’affiche, le premier produit de la gagnante de Gr1 Alpine Rose (Linamix) par Sea the Stars, et aussi une pouliche par Galileo et Prudenzia (Dansili), soit la sœur de Chicquita (Montjeu), adjugés respectivement 1.200.000 et 1.100.000 euros.

LE HARAS PORTE PAR LES SUCCES DE SES ELEVES

« Les élèves des Monceaux marchent bien, donc c’est positif. Cette année, nous aurons vingt-quatre yearlings à la vente d’août, et un à la V2 », nous a expliqué Henri Bozo, Directeur du haras. Le haras à en effet été mis à l’honneur en compétition, notamment avec Most Improved (Lawman), gagnant des St James’s Palace Stakes (Gr1) à Royal Ascot l’an dernier, et Chicquita, gagnante des Irish Oaks (Gr1) et deuxième du Prix de Diane-Longines (Gr1), tous deux élevés en association avec Skymarc Farm. Les 2ans laissent également espérer de belles choses grâce à Ectot (Hurricane Run) et Marbre Rose (Smart Strike). Il aborde donc la vente 2013 avec optimisme. « Nous avons eu beaucoup de visites. Les gens arrivent avec un état d’esprit positif. Le marché des pur-sang est très globalisé et les succès fantastiques des yearlings vendus à Arqana devraient attirer de nombreux investisseurs étrangers. Le vrai challenge de notre industrie consiste à relancer la demande française. Nous sommes très dépendants des investisseurs étrangers. »

HISTOIRE DU HARAS

L’Écurie des Monceaux s’étend sur 250 hectares. Elle a été créée en 1924 par Raph Strassburger, un américain passionné de la Normandie et des chevaux. Alan Clore, le propriétaire de Tryptich, a ensuite pris la relève. Lorsqu’il est parti, le haras est passé de main en main pendant trente ans, étant un peu laissé à l’abandon. Il a été racheté il y a dix ans par Lucien Urano. « M. Urano a commencé ses investissements dans les chevaux par le trot, nous a expliqué Henri Bozo. Il possède le haras de Retz, où stationnent notamment des étalons comme Look de star et Gobernador. Mais il aime les défis. Investir dans le pur-sang était un challenge. C’est un entrepreneur, et il se donne les moyens de réussir. Je travaille ici depuis neuf ans. C’est génial de se lancer dans un projet comme celui-là. Partir de presque rien, monter une équipe... »

LE NOUVEL ACTEUR FORT DES VENTES

L’Écurie des Monceaux a commencé à vendre des yearlings en août à partir de 2009, et n’a pas tardé à se faire une place importante sur le marché. « Nous passons la grande majorité de nos yearlings aux ventes et réinvestissons régulièrement dans des yearlings et poulinières. Il y a 160 boxes. Avec les juments en pension, soixante-quinze poulinières sont stationnées ici à l’année. Nous aurons aussi vingt-cinq yearlings en octobre. Nous allons garder trois ou quatre yearlings femelles, dont nous possédons peu d’éléments de la famille. Et nous devrions acheter aussi un peu aux ventes. La majorité des yearlings nous appartiennent, nos associés et nous, et tous sont nés et élevés ici. Cela facilite la préparation. »

Le choix des étalons a lui aussi pour ambition de viser le haut de gamme. « Nous essayons de faire des croisements de haut niveau. Nous aimons aller vers des étalons confirmés. Nous en discutons avec M. Urano, et il valide », a expliqué Henri Bozo. Galileo, Oasis Dream, Shamardal, Dubawi, Montjeu, Teofilo... Voilà des noms qui apparaissent sur le catalogue. Mais le haras des Monceaux est aussi allé vers de nouveaux étalons. Il présente des yearlings de la première production de Lope de Vega et Makfi. « Ce sont des yearlings qui plaisent. Il est bon aussi de ramener de nouveaux courants de sang intéressants. » L’idée d’accueillir un étalon n’est pas exclue, même si le haras préfère encore attendre. « Faire rentrer un étalon ? Pourquoi pas. Mais l’idée serait de faire rentrer quelque chose de spécial, pas d’avoir un étalon pour en avoir un. »

UNE "CUVEE" 2013 DE QUALITE

L’Écurie des Monceaux propose bon nombre de lots issus de familles riches en black type cette année. « Nous avons de nouveau un lot très homogène de yearlings », avec deux lots "locomotives", issus de familles ayant fait parler d’elles à la vente d’août l’an dernier. Le lot 33 est une belle pouliche par Galileo et Prudenzia. Sa propre sœur avait créé l’événement l’an dernier, tout comme Chicquita, adjugée 600.000 euros en 2011. « C’est une très belle pouliche, qui se déplace extrêmement bien. Quand elle marche, elle engage beaucoup. Lorsque sa sœur Chicquita était au haras, on voyait bien que c’était une pouliche très qualiteuse. » Le lot 99 est quant à elle la trois quarts sœur du top price 2012 (Sea the Stars & Alpine Rose). Il s’agit d’une belle pouliche grise, par Galileo et Alpine Rose. « C’est aussi une très jolie pouliche. Alpine Rose a été présentée à Redoute’s Choice cette année. »


× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.