L’"asso" des jeunes éleveurs rassemblée à deauville

Autres informations / 11.08.2013

L’"asso" des jeunes éleveurs rassemblée à deauville

Ce samedi, l’"Asso" des Jeunes Éleveurs a organisé son déjeuner sur l’hippodrome de Deauville. L’opération, qui rassemblait pour la première fois des personnes venant de toute l’Europe, a été un succès. Camille Vercken, l’un des membres fondateurs de l’association, était très heureuse de cette journée : « C’est génial. Nous avons reçu un super accueil ce matin au haras de la Cauvinière, qui est une très belle vitrine pour les courses et l’élevage français. Nous sommes ensuite venus sur l’hippodrome, et nous remercions France Galop de nous avoir offert cet espace dans le Jardin des propriétaires. Le déjeuner a rassemblé cent-cinquante personnes, avec plus de trente étrangers, venant d’Irlande, d’Angleterre, d’Espagne, de Belgique, de Finlande, de République Tchèque, de Hongrie, de Suède, d’Argentine ou encore de Serbie. Tout le monde échange, c’était vraiment le but. Nous remercions aussi les haras hôtes, qui ont accueilli et véhiculé bénévolement les étrangers. Ce rassemblement est une belle initiative de la France, et l’opération sera renouvelée dans un autre pays l’an prochain. Reste à savoir lequel ! »

Laura Saldou Masik, en charge de la communication et du marketing au F.R.B.C., était elle aussi satisfaite : « Nous sommes extrêmement contents de cette édition. Beaucoup de pays étaient représentés, ce qui est très positif. C’est un premier pas en avant, qui va permettre de développer le réseau. Nous espérons que l’idée sera reprise l’an prochain dans un autre pays européen. »

A LA RENCONTRE DES PROFESSIONNELS ETRANGERS AU JARDIN DES PROPRIETAIRES

Sam Hoskins est, lui, président de The Thoroughbred Breeders’ Association (T.B.A.) en Angleterre. La T.B.A. a été fondée il y a cinq ans et rassemble 1.000 membres. Elle a pour objectif d’encourager les jeunes à aller sur les hippodromes et de les intéresser à l’élevage. Sam Hoskins est aussi éleveur en Angleterre, dans le Sommerset.

« J’élève avec trois juments en Angleterre et j’en possède aussi deux autres en France, au haras du Lieu Fergant, chez Geneviève Neveux. Je fais aussi un peu de pinhooking avec des amis. J’ai deux yearlings en préparation à La Motteraye pour les ventes d’octobre et un yearling par Siyouni qui sera présenté aux ventes de La Teste, par le haras de l’Hôtellerie. J’ai aussi un cheval à l’entraînement en France, chez Jérôme Reynier. Je manage également une écurie de groupe, Hot to Trot Racing Club, qui rassemble 130 membres et possède 7 chevaux à l’entraînement. Je pense que l’organisation de ce week-end est un très bon travail de l’association des Jeunes Éleveurs. J’ai pu rencontrer beaucoup de nouvelles personnes et j’espère que tout le monde viendra l’an prochain en Angleterre. »

Sophie Lafrentz et Jochen Drepper (Allemagne), qui ont fondé en 2012 le German Racing Next Generation Club, ont déclaré : « Cette écurie s’articule autour de trois axes : en premier lieu, l’écurie de chevaux de course, plutôt destinée à des jeunes qui souhaitent devenir propriétaires. Dans un deuxième temps, l’organisation d’événements sur les hippodromes ou les haras, afin que les membres du club découvrent en profondeur le monde des courses. Et, enfin, le "Case study competition", qui est un concours auquel sont invités à participer les étudiants des grandes universités allemandes en effectuant une analyse de la situation du secteur économique hippique et en proposant des idées ou des projets pour l’améliorer. Actuellement, le German Racing Next Generation Club est composé de 80 membres, dont 5 dirigeants. Cette journée des Jeunes Éleveurs est une très bonne initiative. Nous avons organisé un événement similaire il y a quelques semaines et ça nous a permis de revoir des gens qui étaient venus en Allemagne, mais aussi de tisser de nouveaux liens. »

Gavin O’connor (Irlande) et Laura Gomez (Espagne), qui viennent de terminer l’école de "stud management" à l’Irish National Stud se sont également exprimés : « Cette journée des jeunes éleveurs est une très bonne idée et il s'agit de la première fois que nous entendons parler d’une telle initiative. C’est une bonne occasion pour rencontrer de nouvelles personnes, des jeunes mais également des professionnels affirmés. Nous avons apprécié la visite au haras de la Cauvinière où les étalons nous ont été présentés, ainsi que la visite de l’Écurie des Monceaux, animée par Henri Bozo. »

Isabelle Copar (Autriche), éleveur et Présidente de la société des courses autrichienne mais aussi vétérinaire à conclu : « Je viens à Deauville tous les ans. Pour les éleveurs autrichiens, se déplacer ici est une bonne opportunité pour connaître les courses françaises. L’Autriche est un petit pays et seulement cinq ou six éleveurs amènent des poulinières en France. Moi-même, je vais faire saillir une de mes poulinières au haras de la Cauvinière. Cette journée a été magnifique et permet à des gens provenant de différents pays de se rencontrer au cours d’une seule journée. Ils peuvent voir de très bons chevaux et être présentés à des gens très importants du monde des courses. »